« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

vendredi 13 avril 2007

Une Histoire de Bibliophile... ou comment trouver le livre impossible

Une petite histoire pour aujourd'hui...

On craque parfois sur un livre sans trop savoir pourquoi. J'essaie de ne jamais acheter de livre incomplet, ou dépareillé, mais cette fois là, il y a déjà quelques années je me suis laissé tenter par le tome 2 des "L'Histoire des imaginations extravagantes de Monsieur Oufle", par Bordelon, parue en 1754 chez Duchesne.



Un bon petit volume in-12, en plein veau, avec des planches hors-texte (4), et comme il était dépareillé, j'ai pu l'obtenir à un prix intéressant.

En plus des relations de voyage, j'aime les ouvrages anciens sur l'ésotérisme. Celui-ci est plutôt rare, et est l'un des plus charmants ouvrages du 18ème sur les sciences occultes. "Oufle" est la version "verlan" de "le fou" et l'on suit les pérégrinations de ce bourgeois, qui fini par être convaincu de l'existence des loups-garous, fantômes et autres revenants à force de lire lui-même des ouvrages occultes.

Selon Dorbon, "le libre de Bordelon, écrit pour livrer une bataille acharnée aux démons et à la superstition, n'en reste pas moins un manuel de démonologie des plus complets où toutes les pratiques magiques et superstitieuses sont amplement décrites."

Enfin, voilà, je n'avais malheureusement que le tome 2... jusqu'à ce que je croise le tome 1 sur ebay. Mais la bonne nouvelle ne s'arrêtait pas là... puisqu'il s'agissait de la même édition que mon tome 2, avec la même reliure, dans le même état (bon), et avec les mêmes fers et la même dorure. Bref... son jumeau.

Je suis la vente... et je rate la fin de l'enchère pour des raisons professionnelles. Mais le vendeur avait affiché un prix moyen (150 euros de mémoire), et non pas un prix de départ faible comme c'est souvent le cas sur ce site, et il n'avait pas vendu le livre.

J'ai pris contact avec lui, et j'ai pu l'acheter à ce prix... Le tome 1 est donc venu rejoindre le tome 2 dans ma bibliothèque, et ils sont en tout point identiques, même le veau a la même patine... L'ensemble vaut souvent autour de 1500 euros.. Et depuis j'en ai acheté un autre exemplaire, curieusement relié, puisque les cinq parties sont reliées séparément, dans un beau veau glacé.

J'évite toujours autant d'acheter des dépareillés, même si je me remémore souvent cette trouvaille... cela montre en tout cas que la bibliophilie est une passion qui a le temps, et qui doit prendre le temps. Finalement, si un ouvrage vous plaît, même dépareillé, vous pouvez tenter de saisir l'opportunité... mais si ce n'est pas le cas... sauf exception, vous finirez toujours par le croiser une nouvelle fois...

Encourageant, non?

H
Ouvrage présenté: justement, "L'Histoire des imaginations extravagantes de Monsieur Oufle", par Bordelon, parue en 1754 chez Duchesne. A noter la grande planche dépliante du sabbat... ou assemblée des sorcières, et sur laquelle on identifie clairement quelques sorcières sur leur balai volant!

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Il existait, je crois, au XIXème siècle une librairie parisienne spécialisée dans les livres dépareillés... Il est vrai qu'il est toujours difficile de vendre des ouvrages dépareillés, mais les bibliophiles auraient souvent bien besoin d'un endroit où compléter leurs collections!

Hugues a dit…

Je crois aussi avoir lu dans le Magazine du Bibliophile, quelque chose concernant cette librairie spécialisée dans les dépareillés.

Aujourd'hui, on pourrait quasiment penser que c'est ebay qui joue ce rôle... le conseil en moins bien sûr.

Si vous avez des dépareillés ou que vous en recherchez, n'hésitez pas à poster un message, qui sait?

Anonyme a dit…

Bonsoir,
Je consulte régulièrement votre blog et votre message sur les ventes aux enchères m'a incité à y ajouter mon grain de sel. Je fréquente moi aussi les salle des ventes... mais également les bouquinistes. Ma règle d'or : regarder tous les livres. J'ai récemment fait quelques acquisitions a prix plus qu'absurde auprès de libraires dont, visiblement, ce n'était pas la spécialité : un superbe livre boîte en reliure "italienne" pour 15 euros... et... le "thrézor des antiquités..." de Jacopo de Strada (1553, première édition française parue un mois après l'EO latine) pour 40 euros (avec un manque d'une cinquantaine de pages si quelqu'un peut m'aider à complèter ne serait-ce que de photocopies...). Le vendeur est toujours persuadé d'avoir vendu un ouvrage "début 18ème" selon ses dires. Bref, en matière de livres anciens et, lorsque l'on apprécie de chiner, les meilleures affaires sont, paradoxalement, à réaliser auprès des libraires. Les particuliers sont en effet persuadés qu'un livre de plus de 200 ans ne peut valoir qu'une fortune...
Bien amicalement et merci pour votre blog qui est une fameuse idée.

Hugues a dit…

Merci "Anonyme", pour cette contribution!

Difficile de donner un avis. Je pense énormément de bien des libraires, qui sont la clef de voûte de l'univers du Livre Ancien... Mais après-tout, l'erreur est humaine et ils peuvent aussi parfois "glisser", comme ils disent.

Dans votre message, en fait, vous évoquez les bouquinistes... c'est un peu différent... ceux-ci fonctionnent plus sur une quantité importante d'ouvrages vendus... que sur un soin particulier accordé à chacun...

Mais les "coups" sont toujours possibles, c'est ce qui fait le sel de la passion bibliophilique... dès que je suis en situation d'acheter, sur une brocante, un salon, etc, je rêve tout éveillé qu'un ouvrage miraculeux m'attend!!!

Je vous propose d'ailleurs un bon coup, je vous rachète votre Strada pour 120 eurso, vous faites deux fois la culbute!

On tope là?

Pour les particuliers... c'est vrai que c'est aléatoire. Certains béotiens pensent qu'un livre ancien date de 1960 et qu'il ne vaut donc rien, et vous pouvez acheter auprès d'eux des livres du 18ème pour rien... Pour d'autres un livre ancien vaut systématiquement une fortune...

Merci pour le compliment sur le blog... ça fait plaisir!

H

nounours pascal a dit…

arrivé mi juin, je visite et chine un peu sur le blog, ça fait du bien.
je deteste moi aussi les "incomplets" et n'hésite pas à proposer une copie quand je posséde l'ouvrage.
parfois on pense, sur la foi d'une description (ebay) que l'ouvrage proposé est incomplet; quel plaisir aprés réception de s'appercevoir qu'une planche signalée manquante est présente mais en faisant partie d'une autre planche (2 dans 1).
La quéte fait partie fait partie du plaisir de (ma) bibliophilie.
Que c'est bon de trouver LE volume manquant

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...