« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

lundi 23 juillet 2007

Des goûts et des odeurs....

Il n'y a rien à faire. J'ai beau vouloir, j'ai beau lire les messages enthousiastes de Raphael et Bertrand, rien n'y fait, l'odeur des livres ne me dérange pas, mais j'avoue que je n'y prends aucun plaisir.

Globalement, même si je suis très senible aux odeurs, je dois dire que mes livres ne dégagent des parfums très légers, en tout cas les livres anciens.

Pour les livres plus réçents, malheureusement, j'en ai un ou deux qui dégagent une véritable odeur de moisissure, mais j'ai bien peur qu'il n'y ait rien à faire... à moins que je ne teste le bookdeodorizer que nous avait présenté Isa, si je me souviens bien, et que vous pouvez retrouver sur http://bookdeodorizer.blogspot.

Et vous? Humez vous les livres qui viennent rejoindre votre bibliothèque avec délice? Pas même votre exemplaire du voyage en Colombie de Stevenson? Sourire.

H

7 commentaires:

bertrand a dit…

oh Hugues ! Tu me déçois !

Bonne soirée quand même.

PS: voilà ce que c'est que de s'être ruiné le nez dans la co... lle !!

Amicalement, Bertrand

Anonyme a dit…

Personnellement, j'ai fait un achat qui me tenait à coeur, dernièrement. La meilleure surprise fut son odeur piquante, presque poivrée. Depuis, je passe mes soirées dans mon salon, seul, à le sniffer de longues minutes : je fais tourner les pages très vite juste au-dessus de mon nez en aspirant aussi fort que possible puis je rejette la tête en arrière sur un lourd soupir avant de m'affaler dans mon fauteuil, l'air béat et la narine dilatée. Le pire ? Il y a 5 volumes.

Cher Hugues, pour ton problème, deux solutions. Soit tu n'es pas un bibliophile et tu fais honte à tout le monde, soit tu n'as que des livres en état neuf. Auquel cas tu fous la honte à tout le monde... :D

TE

Hugues a dit…

Ah... cher TE, venant de toi, qui ne savais pas faire la différence entre une édition France Loisirs et une édition Princeps il y a trois semaines de ça....

Tu as vu juste en plus! En effet, je n'ai que des livres en état neuf, mais ils sont 16, 17 ou 18ème... Est-ce vraiment un tort de préférer les éditions en bon état?

:D

Jeune Padawan va... Allez file, et que je ne te revoie plus dans la cour des grands!

H

Anonyme a dit…

A vous tout je dois, maître Yoda.
Mais de votre triste odorat ne devez point vous offenser ni par amertume me blâmer pour ce que vous refusa la Nature. Cette rancoeur de suffisance teintée vous rendra-t-elle un jour l'odeur ? Sinon, que sais-je, tentez le bourre-pif ? :D

TE

alain a dit…

On a quelque fois l'imprsion que les livres ont leur odeur personnelle.
Toute une bibliothéque ne sent pas le moisi!!
Cela doit plus tenir à la qualité originelle du papier, de même que les rousseurs.
Certains des dessins de Corot qui sont présentés au Louvre présentent des rousseurs, d'autres pas!Pourquoi?.Les conditions de conservation sont les mêmes!
Aprés tout, comme les êtres vivants, les livres ont peut étre
des gênes propres et leur vieillissement en dépends

Philippe a dit…

J'adore sentir mes bouquins. Je me rappelle avoir déjà parlé d'un livre qui avait la même odeur que l'endroit où j'allais en vacances étant plus jeune, un vieux collège anglais du XVIIIème, lui aussi, tout comme mes livres, "dans son jus". Tout comme la reliure, le texte ou les gravures, l'odeur fait la "personnalité" des bouquins. Alors, supprimer l'odeur, non merci, même si ça sent le moisi! Pas de déo!

Hugues a dit…

Sourire... bande de f�tichistes!
Je ne dis pas que je d�teste les odeurs, je dis que je m'en accommode!

Puisqu'il le faut bien... H�las.

Sourire

Hugues

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...