« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

lundi 16 juillet 2007

Retour du blog

Bonsoir à tous,
Je reprends le blog aujourd'hui. Ce soir avec un message reprenant les principaux éléments de votre débat en mon absence, les amateurs d'énigmes me pardonneront, et demain avec des messages plus habituels.
Encore une fois, je remercie tous ceux qui ont participé aux débats en mon absence, j'ai pu les suivre à distance, à défaut de pouvoir y participer simplement. Je vous avoue que c'était une sensation très particulière de voir le blog continuer à vivre, grâce à vous, pendant ces quinze jours.

Je suis toujours en vacances (la France qui se lève tard!), mais j'ai un accès plus simple à internet.
Au fil de vos débats, j'ai noté quelques idées et débats que je relancerai dans des messages particuliers : la reliure contemporaine ou d'art, les ex-libris, la restauration, la définition de la bibliophilie, la névrose bibliophile (je me refuse à parler de bibliomanie) qui semble tous nous atteindre, la bibliographie, les odeurs, le curiosa, et même Jean de Bonnot...

Cela en fait des sujets... et c'est tant mieux. Je vais commencer par créer deux nouveaux libellés de rubriques : "débats", qui va se remplir rapidement, et "citations", pour regrouper toutes les citations intéressantes autour du livre et la bibliophilie.

Ainsi, je vous livre celle que m'a envoyé Clara, une bibliophile Italienne, fidèle du blog, et que je trouve assez juste, elle rejoint le débat sur le nombre d'exemplaires d'un même ouvrage que se doit de posséder un bibliophile (trois, dont un pour être prêté aux amis) :

"Il ne faut jamais prêter les livres. Les livres sont comme les jeunes filles: si on les laisse se balader, ils se perdent". Pitigrilli.

De mon côté, j'étais en vacances sur une île où l'on ne trouve qu'une vingtaine de maisons, et aucun commerce... donc aucune librairie... hélas.

Mais je peux quand même vous raconter une petite histoire... Je suis parti en vacances dans un stress total, au point que quelques minutes avant de partir, je traînais encore sur ebay, mais visiblement déjà ailleurs... puisque j'ai cliqué sur un "achat immédiat" d'un joli petit ouvrage de voyages, à 34,90 euros, comme cela arrive parfois sur le site. Un vrai petit "chopin". Comme il me fallait partir au mariage de mon frère, puis en vacances... j'ai décidé de le payer immédiatement via paypal... et c'est là que j'ai découvert qu'on doit éviter de voir trouble quand on chine sur le net, le prix étant en fait de 349 euros! Oups. Bon, j'ai payé, c'est toujours un bel ouvrage, mais côté "chopin", je crois que c'est plutôt raté. Sauf bien sûr, si c'est Chopin qui a composé "Les Indes Galantes".

On se dit à demain?

H

P.S
. : "Les Indes Galantes", Rameau, 1735.

2 commentaires:

Philippe a dit…

Superbe opéra!

Philippe a dit…

Et bon retour dans le monde "civilisé"! En tout cas, dans celui où les librairies ne sont pas absentes.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...