« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

jeudi 20 septembre 2007

Rangement, humeur...

Je suis un peu surmené en ce moment (gentiment, je vous rassure), donc moins de temps pour un message sur le fond, ce qui me permet de vous rappeler que vos messages sont plus que bienvenus. N'hésitez jamais a m'envoyer des textes, des articles!

Un petit billet donc... Je suis en plein rangement de ma bibliothèque, à moins que ce ne soit perpétuel. Enfin bref. C'est une excellente occasion de redécouvrir des livres acquis il y a plusieurs années, de les feuilleter, en un mot de se laisser porter par cette douce langueur, humer les maroquins, caresser les papiers.... ah! oh! oui, encore!

Mais je m'égare. J'ai réalisé qu'en parcourant les rayonnages, je presque dater la période où j'ai acheté chaque ouvrage. Je ne sais pour vous, mais il est évident que mes goûts et mes exigences ont changé avec le temps. Je conserve encore précieusement une petite édition de format Cazin de Racine, qui est mon premier livre ancien, alors qu'il est évident que je ne lui accorderais plus aucun regard si je le croisais demain sur un étalage (coiffes arrachées, épidermures, etc).

Aujourd'hui, je n'achète plus de tels ouvrages et alors que je regardais stupidement les amateurs de reliures il y a quelques années, je suis aujourd'hui un obsédé de la reliure (à partir du moment où le contenu me plaît, entendons-nous bien). Il me faut du maroquin, du veau glacé, je cherches des coiffes parfaites, je m'extasie sur la dorure. Un vrai malade quoi.

Le contenu reste primordial, mais cette exigence vis-à-vis de la reliure est bien nouvelle, et je suis aujourd'hui convaincu que c'est un élément essentiel dans une bonne/belle bibliothèque. Aussi, j'achète moins, mais mieux, ou en tout cas, dans des états qui sont désormais exempts de défauts majeurs.

En contemplant les rayonnages et en passant un petit coup de cire de la BN au passage sur les exemplaires qui le méritent, je pensais à l'un d'entre vous (Jean, ou Dédé?) qui s'interrogeait sur les vers. Je n'ai pas ce problème, heureusement, et je me demandais s'il arrive encore parfois de tomber sur des vers vivants ou bien si l'on ne croise plus que le résultat de leurs méfaits...?

C'est vraiment curieux, les évolutions d'une bibliothèque, a-t-elle changé en avec moi, ou bien est-ce elle qui m'a changé?

H

Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...