« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

dimanche 28 octobre 2007

Identification bis...

Amis Bibliophiles Bonsoir,

Un jeune et sympathique bibliophile débutant aimerait savoir si nous sommes capables d'identifier les armes ci-dessous...

Merci pour lui.

Titre de l'ouvrage : SUETONIUS TRANQUILLUS et in tum commentarius exhibente Joanne Schildio. Editio secunda. Lugduni batavorum (Leyde), ex officina Francisci Hackii, 1651, in-8.

H

18 commentaires:

bertrand a dit…

Bonsoir,

malheureusement rien dans OHR, la bible pour l'identification des armoiries de bibliophiles.

L'indication manuscrite "secrétaire du Cabinet" semblerait indiqué un (premier) possesseur qui exerçait cette fonction. Sans doute celle de Secrétaire du Cabinet du roi comme cela est sous-entendu.

Il faudrait, je pense, chercher qui a bien pu être Secrétaire du Cabinet du roi dans les années 1650 à 1670 ?? La réponse est sûrement là. Sur ce point je n'ai guère de documentation.

A vous Messieurs les historiens dix-septiemistes !

Amitiés, Bertrand

Jean-Paul a dit…

Bertrand,

Vous avez oublié de mentionner qu'il s'agit des armes d'un ecclésiastique, piste à suivre qui réduit le nombre des possesseurs à....plusieurs dizaines...?

Jean-Paul

bertrand a dit…

Effectivement j'ai oublié de le préciser.

Les hypothèses sont donc moins nombreuses.

Qui était à la fois secrétaire du cabinet du roi et ecclesiastique (évêque ou archevêque je pense d'après les cordons ??) durant cette période de 1650 à 1670 ??

Trouvera-t-on jamais ??

Amitiés bibliophiliques, Bertrand

bertrand a dit…

ce n'est ni Omer Talon, ni l'Abbé Dubois, qui furent tous deux secrétaires du cabinet du roi Louis XIV.

c'est peut-être Toussaint Rose (1611-1701) qui fut successivement secrétaire de Mazarin puis secrétaire du cabinet de Louis XIV ?? Mais ses armes ne figurent pas dans OHR, donc... avis à ceux qui connaissent les armes de la famille de Toussaint Rose.

Amitiés du soir, Bertrand

bertrand a dit…

euh !

je chauffe ou quoi !

Toussaint Rose était Marquis de Coye, et si je ne me trompe la couronne sur les armoiries est celle d'un marquis ??

A vous lire,

Bertrand

bertrand a dit…

euh bah non !

Toussaint Rose a été marié à Magdeleine de Villiers...

Donc...

Pas lui !

Désolé de cet intermède inutile.

Amitiés, Bertrand.

Pour info le saviez-vous :

On dit que Toussaint ROSE, futur marquis de Coye, écrivait aussi vite que la parole ; c'était lui qui avait la plume et rédigeait toutes les lettres «de la main du Roi», dont il imitait la graphie et le style à s'y méprendre. Ainsi, comme le révèle une biographie de ce secrétaire célèbre, beaucoup de missives qui passent pour être de la main du monarque ne sont-elles, en réalité, que l'œuvre de ce secrétaire...

Voilà, au moins vous n'aurez pas lu mon commentaire pour rien...

Amitiés, Bertrand

Jean-Paul a dit…

Effectivement, Bertrand, on peut préciser, pour restreindre un peu l'étendue du domaine des recherches, que nous avons une couronne de marquis avec un chapeau d'archevêque (pendants à 4 houppes). Sur ce, je vous souhaite à tous une bonne nuit !

Jean-Paul

Anonyme a dit…

bonjour !
Les armes sont celles de la famille Le Pelletier (ou Le Peletier); ref: planches "art héraldique" de l'Encyclopédie, blason n°157.Le livre appartenait à Michel Le Peletier, Abbé de Jouy, Evêque d'Angers en 1692 puis d'Orléans en 1706 (unique Evêque de la famille); il ne s'agit probablement pas du premier possesseur de cet ouvrage publié en 1651 (reliure postérieure ?), la signature du Secrétaire du Cabinet est sans doute celle d'un autre propriétaire...
Salutations bibliophiliques !
Philippe "lexovien"

bertrand a dit…

Décidément l'union fait la force de ce blog.

Amitiés, Bertrand

bertrand a dit…

Je viens de regarder de nouveau dans OHR, effectivement les meubles sont ceux de la famille Le Pelletier, le Michel que vous citez n'y figure malheureusement pas mais d'après ce que j'ai pu trouver ici et là, il apparaît que son père serait Claude Lepelletier, Conseiller d'état.

La chose que je n'ai pas réussi à déterminer c'est le degré d'alliance entre ces Le Pelletier dont la marquisat était à Jouy dans l'Yonne près de Sens et la branche des Le Pelletier de Saint-Fargeau, dont un autre illustre Michel a plutôt mal fini...

Amitiés, Bertrand

Jean-Paul a dit…

Le bibliophile est Michel Robert Le Pelletier des Forts, comte de Saint-Fargeau (1675-1740) dont le petit-fils sera le premier martyr de la Révolution.

Jean-Paul

Philippe "lexovien" a dit…

Je me permets de rappeler qu'il s'agit d'un évêque de l'Eglise Catholique Apostolique et Romaine dont il n'est pas convenable d'évoquer ici la descendance. Paix à son âme !

bertrand a dit…

je n'osais le dire...

Petit-fils d'un évêque ??

Père, pardonnez-leur ils ne savent pas ce qu'ils font.

PS : Quels sont vos sources Jean-Paul. L'évangile apocryphe de Philippe trouvée à Nag Hammadi ?

Amitiés, Bertrand

Pilou a dit…

Il faut aussi rappeler que les moeurs des hommes d'Eglise, en particulier des plus hauts "gradés", était plus ou moins conformes à l'air du temps... C'est-à-dire qu'une descendance pouvait plus ou moins exister...
(d'ailleurs, pour les moeurs libertaines du début du XVIIIème siècle, voir l'excellent film de Tavernier, Que la Fête Commence).

Jean-Paul a dit…

Oh là ! Où vous perdez-vous encore ? Mauvaise influence du cochon mîtré? Le Pelletier de Jouy à qui appartenait cette belle reliure armoriée n'est pas le Pelletier de St-Fargeau, lui aussi bibliophile....et je n'ai jamais dit qu'ils avaient une parenté ! Le Jouy est d'Eglise, le St-Fargeau est d'Etat. ...Et pas de mauvais jeux de mots, sinon je vais me coucher !

Jean-Paul

bertrand a dit…

Ah là, sur ce coups là, vous donnez le bâton pour vous faire battre Jean-Paul, je vous rappelle votre commentaire :

"Le bibliophile est Michel Robert Le Pelletier des Forts, comte de Saint-Fargeau (1675-1740) dont le petit-fils sera le premier martyr de la Révolution."

Vous dites bien qu'il y a une parenté entre ces deux personnes ???

Ce que je n'ai sans doute pas compris, c'est que dans un premier temps vous dites que le bibliophile est Le Pelletier des Forts (1675-1740), mais que vient-il faire ici ?? La reliure n'est pas à ses armes. Elles sont bien celle de l'abbé Le Pelletier de Jouy...???

Une petite clarification s'impose afin que nous n'allassent pas nous coucher en forme de cochon mitré frustré...

Amitiés bibliolâtres, Bertrand

Jean-Paul a dit…

Bertrand,

C'est vous qui avez le premier évoqué les Pelletier de Saint-Fargeau, en dehors de toute relation à la reliure, uniquement pour évoquer la possible, mais non démontrée, parenté avec Pelletier de Jouy, ecclésiastique propriétaire de ladite reliure. Je ne faisais qu'apporter des précisions sur ledit Pelletier de Saint-Fargeau, lui aussi bibliophile et grand père d'un Saint-Fargeau, premier décapité à la Révolution. Est-ce clair ? Puis-je aller rejoindre Morphée ?

Bonne nuit
Jean-Paul

bertrand a dit…

C'est clair. Bonne nuitée à vous et merci pour ces précisions.

Amitiés, Bertrand

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...