« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

mardi 4 décembre 2007

Une exposition d'enfer

Amis Bibliophiles Bonsoir,

A ne pas manquer, sur le site François Mitterrand de la BNF, du 4 décembre 2007 au 2 mars 2008, ce qui donne le temps d'y aller et même d'y retourner, une exposition dédiée à l'Enfer de la BNF.
Pour le grand public contemporain, l'Enfer de la Bibliothèque s'entend comme une légende, un fantasme, le territoire majeur de l'interdit qui alimente en retour toutes les curiosités. Mais l'écart est grand entre ce mythe et la réalité. Aussi l'ambition de l'exposition que la BnF consacre à cette part obscure de ses collections consiste-t-elle à lever le voile sur la vérité de l'Enfer. Il convient d'abord de retracer l'histoire, pleine de surprises, de la constitution de ce lieu abstrait, mental – une « cote », un numéro de classement qui le désigne à la consultation « réservée » – où sont rassemblés textes et images réputés contraires aux bonnes mœurs. L'exposition propose un double parcours.

L'un concerne l'histoire : comment l'Enfer s'est-il constitué au département des Imprimés et au département des Estampes ? Comment a-t-il évolué ? Le second propose une déambulation à travers le contenu de l'Enfer : quels sont les livres, les documents, les images que l'on a classés là ? Ces parcours à travers la littérature telle qu'elle n'est pas enseignée vont à la rencontre d'un monde imaginaire où les personnages obéissent à toutes les fantaisies du désir, où l'excès de la parole devient pamphlétaire et le discours politique, pornographique.

Ce monde c'est celui de l'anonymat, du pseudonyme, des fausses adresses, des dates trompeuses, des éditeurs clandestins, des lieux clos, celui des couvents, des boudoirs, des bordels, des prisons mais aussi des bibliothèques. Des écrivains tels que Sade, Apollinaire, Louÿs, Bataille et quelques autres en sont les acteurs à jamais anonymes de la célébration de l'érotisme et du sexe entre le XVIe et le XXe siècle. Une large place est offerte aux premières manifestations de la photographie pornographique et de même sont exposées les estampes japonaises entrées à la Bibliothèque grâce à la générosité des premiers collectionneurs occidentaux.

L'exposition est interdite aux moins de 16 ans.

H

Source : site de la BNF

3 commentaires:

bertrand a dit…

Comment ça pas de commentaire sur ce bel article consacré à l'Enfer de la BNF !!!

Je reviens de Dijon où j'ai bien eu du mal à me procurer un exemplaire de ce superbe catalogue "L'enfer de la Bibliothèque".

Très nombreuses illustrations, on y découvre des tas de livres sur le sujet y compris lorsqu'on est libraire mais pas forcément spécialiste du sujet...

Un joli cadeau à faire à papy (abstenez-vous de l'offrir le soir du réveillon si mamy est juste derrière papy... ça ne ferait guère sérieux !

Interdit également aux novices (CSA ... -18 ans s'abstenir...)

J'ai vraiment envie d'aller voir cette belle expo à la BNF, unique en son genre et qui ce me semble ne sera pas renouvellée de si tôt.

Amitiés coquines, Bertrand

Gonzalo a dit…

J'irai la visiter, ainsi que l'exposition sur "Paris, capitale des livres" mardi 18, soit le lendemain du dîner... Si quelqu'un est intéressé! Je ne pense pas passer à la vente Bérès, mais bon... on verra!

bertrand a dit…

Bonsoir Gonzalo,
j'ai bien peur qu'une vente Bérès et une expo BNF soient un peu trop pour la même journée...

Je viendrai visiter l'Enfer X de la BNF en janvier ou février, à tête "reposée".

A demain,

Amitiés, Bertrand

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...