« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

lundi 4 février 2008

Entraide

Amis bibliophiles Bonsoir,

Deux lecteurs du blog ont besoin de vous.

Martin est l'heureux amateur qui possède cette belle reliure, avec en plus un bon ouvrage à l'intérieur...

Il cherche à en savoir un peu plus sur ces deux ex-libris... Le Doux? Ledoux? Ledoulx?
Ah que c'est dur, auriez-vous une idée? C'est un vrai défi, Martin aide souvent à résoudre ces questions sur le blog, pouvons faire quelque chose pour lui?

A Pierre maintenant: il cherche à obtenir des renseignements sur le volume ci-dessous. Il s'agît d'un fort volume in folio de 1614, remarquable par la qualité et
l'état de sa reliure qui transcrit en latin des homélies de St Jean Chrysostome.
Le titre en est "Opéra, etc...", les tomes 2 et 3 faisant partie de la même reliure.
Il aimerait avoir votre avis général, ainsi des informations sur l'intérêt ou la rareté éventuelle de ce texte ou de cette édition.

Qu'en pensez-vous?

Merci pour eux.

H

50 commentaires:

bertrand a dit…

A propos de l'ex libris de Martin, qui je suppose est apposé sur un maroquin XVIIè ou XVIIIè avec papier de garde étoilé doré. Peux-tu me dire Martin si l'ex libris est ancien (contemporain de l'édition) ou bien plus récent. Le cachet en dessous avec le monogramme me laisse croire à un ex libris XIXè dans le goût du XVIIIè s. ?? A toi de me dire. Quoi qu'il en soit, OHR est muet sur une éventuelle famille Ledoux avec armoiries.

A bientôt pour les infos.

Amitiés, Bertrand

Martin a dit…

Salut Bertrand,

Le premier ex-libris me semble bien contemporain du livre (1754) et de la reliure (maroquin mosaiqué dans le style de l'atelier des petits classiques).

On peut, bien sûr, coller n'importe quel ex-libris ancien dans n'importe quel livre ancien pour en augmenter le prix, mais avec une provenance tellement difficile à identifier?
En fait, on connait deux ex-libris de(s?) Le Doux, celui-ci et un autre, signé par Coutellier. Guigard ne donne que le nom de famille. Dans l'intermédiaire des chercheurs et curieux, on en parle plusieurs fois: François Ledoux, secrétaire du roi, échevin de Reims, Jean Ledoux, bourgeois de Châlons, Louis Ledoux, procureur du roi de la ville de Sainte-Menehould.

Le deuxième ex-libris, plus jeune sans doute, pourrait bien être celui d'un héritier. C'était ma première idée, mais sans aucun fondement. Je n'arrive même pas à déchiffrer les initiales.

Merci

bertrand a dit…

Pour le monogramme du bas, plus récent (milieu ou fin XIXè peut-être), je déchiffre BL, soit B Ledoux peut-être un descendant effectivement.

Pour l'ex libris du haut, du XVIIIè, je n'ai rien pour le moment.

Je continue à chercher.

Amitiés, Bertrand

bertrand a dit…

Pour un écu similaire, la première édition de Guigard donne :

"D'azur, au lion d'argent accompagné de 3 étoiles, 2 en chef, 1 en pointe"

La simple mention du nom LE DOUX en deux parties ne nous éclaire guère d'avantage mais avec la devise on peut peut-être trouver quelque chose.

A suivre,

Bertrand

Jean-Paul a dit…

Je confirme l'existence d'une famille Ledoux à Reims au XVIIIe siècle, mais ne connait pas son ex-libris. Celui présenté est bien du XVIIIe. Le monogramme est du XIXe et semble être "TLB" (dans l'ordre ?)

bertrand a dit…

Au cas de Pierre maintenant. Je ne voudrais pas qu'il pense que nous ne sommes que de vils amateurs d'étiquettes 4 X 6 en papier !

Votre édition de Saint Chrysostome, père de l'Eglise grècque comme chacun sait ici et de très nombreuses fois édité, traduit, etc, n'a pas été facile à localiser au Catalogue Collectif des Bibliothèques de France (CCFR), je crois l'avoir cependant déniché comme suit :

Jean Chrysostome (0347?-0407) , Auteur

S. Joannis Chrysostomi,... Operum tomus quartus, continens omnium beati Pauli Epistolarum enarrationem... [-quintus, quo miscellanea ejus opera continentur, hoc est homiliae, quae in certa Scripturae loca non sunt habitae, sed de festis, de sanctis, deque variis ejusmodi argumentis, itemque libri et epistolae ac demum florilegia sive centones ex moralibus ejus epilogis contexti. Accessit auctarium hac editione, quo exhibentur ea quae post ultimam anni 1588 in lucem edita... Notationes in S. Jo. Chrysost. sententias quae... pias laedere aures possunt, auctore Flaminio Nobilio... In S. Joannis Chrysostomi Homilias ad populum antiochenum et alias quasdam tomi V de variis argumentis... notae Frontonis Ducaei,...] [Texte imprimé]

latin

Parisiis , 1614

4 parties en 2 vol. in-fol.

http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30649443s
catalogue BNF.

On a ici les tomes IV et V de ces monumentales Opera (sans accent merci Hugues).

Le tome V est-il le dernier ?

J'en trouve un autre exemplaire à la BM de Grenoble.

5 tomes en 4 volumes in-fol. avec un frontispice gravé (tome I ?) et un portrait de S. Jean C. L'exemplaire n'étant pas indiqué incomplet on peut supposer que c'est la collation de l'ouvrage entier.

La BM de Nantes ajoute une note intéressante sur cette édition qu'elle possède aussi en 5 tomes en 4 vol. in-folio :

"Quoique tous les vol. soient datés de 1614, nous avons vu partout cette édit. citée sous la date de 1613, qui est celle du Privilège"

La BM de Troyes la possède aussi (complet ?).

A priori cette édition ne court tout de même pas les rues. Vous possédez uniquement les tomes 2 et 3 dans la même reliure, c'est bien cela ?

Ne parlons pas valeur vénale. Si vous lisez les langues de Cicéron et de Platon alors vous avez de belles heures de lecture devant vous, n'est-ce pas là l'essentiel.

De plus la reliure en peau de truie estampée à froid est jolie semble-t-il (il faudrait la voir de plus près), elle vait penser aux reliures baloises ou germaniques de l'époque. Etonnant pour une édition parisienne cependant.

En espérant avoir commencer à dérouler la pelote de laine...

Amitiés, Bertrand

Raphael Riljk a dit…

Une modeste contribution en forme de morceau de puzzle, qui ramène sur Reims via Google Livres, en appâtant avec "ex-libris le doux", 3e référence.


"LE Doux, famille rémoise du ...
dans un cartouche Louis XV, couronne au sommet, guirlandes, feuillages, lions,livres et compas sur les côtés; à la base, banderole : Ex libris Le Doux".

In Travaux de l'Académie nationale de Reims - Page 75 de Académie nationale de Reims - 1930. Mais je ne sais pas si l'année est valide (problème fréquent).

Raphael

Raphael Riljk a dit…

L'auteur,la date et la reliure de Pierre évoquent le bois ciré de la bibliothèque d'un établissement jésuite allemand de l'époque...

Quelle est l'inscription manuscrite au titre ?

Raphael

Raphael Riljk a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anonyme a dit…

Merci à tous et surtout à Hugues pour la création de ce blog génial!
En fait, j'avais tout sous les yeux, mais je n'arrivais pas à, comment dire, lier les fils ?
Je viens de commander à la bibliothèque deux livres sur Jean-Nicolas Ledoux en espérant qu'ils contiennent quelques informations sur sa famille et sa bibliothèque. Pour l'instant, ce n'est qu'un soupçon, bien sûr, mais je suis assez optimiste.
Merci encore, et si quelqu'un aurait une autre idée...

Martin a dit…

Mes excuses pour le commentaire anonyme.
Martin

bertrand a dit…

Salut Martin, j'ai demandé hier soir par mail à M. Jacques Laget, très informé en ce qui concerne les ex libris, voici sa réponse :

"Il y a un ex-libris XVIIIe qui est celui de l'Architecte Claude-Nicolas
Ledoux, le monogramme XIXe surmonté d'une couronne à l'antique m'est inconnu
mais pourrait être belge."

En espérant que cela peut t'aider.

Amitiés, Bertrand

Jean-Paul a dit…

S'il y a quelqu'un à interroger sur les ex-libris, c'est Madame Meyer-Noirel 3 avenue de la République 54510 Tomblaine, et la BM de Nancy qui conserve la collection la plus importante d'ex-libris, au moins en France.

Martin a dit…

Oui, ça aide. Merci, Bertrand.
On connait des lettres de lui avec un cachet aux initiales LD entrelacées, surmontéés d'une couronne comtale.

bertrand a dit…

Jean-Paul, Madame Meyer-Noirel a rédigé le Répertoire général des ex-libris français, des origines à l'époque moderne. (1496-1920), en collaboration avec Jacques Laget, cité par moi plus haut. Donc je pense qu'ils ont les mêmes sources.

Amitiés, Bertrand

Jean-Paul a dit…

Je ne savais pas que Jacques Laget avait apporté sa contribution à l'immense travail initié par mon amie Germaine Meyer-Noirel. Ta précision est justifiée, mais notre problème reste entier. Il faut donc que j'aille consulter le Jadart ("Les bibliophiles rémois et leurs ex-libris") à la BM de Reims...

Jean-Paul a dit…

Martin,

L'ex-libris est bien un de ceux utilisé par la famille rémoise des Le Doux au XVIIIe (l'écu est Louis XV)dont l'architecte Claude-Nicolas , né à Dormans, à 40 km de Reims était membre. Il est en outre cité par Guigard.

Jean-Paul a dit…

Martin,
A y regarder de plus près, et sachant qu'il existe au moins deux modèles de cet ex-libris, l'un sans livres ni instruments d'architecte, l'autre avec (livres + compas, règle, rapporteur), votre ouvrage aurait appartenu à l'architecte Claude-Nicolas Le Doux.Accessoirement, on remarquera les faces "humanoïdes" des deux lions supportant l'écu.

Martin a dit…

Merci, Jean-Paul. Ces instruments d'architecte sont exactement mon problème actuel.
Ma théorie de ce matin était simplement: Claude-Nicolas, héritier des livres d'un membre de sa famille, y a apposé son propre ex-libris (au monogramme LD).
La personne que je cherche est le premier possesseur, celui qui est responsable pour la reliure extraordinaire. Soit que c'etait une bibliothèque extrêmement riche, soit qu'il y avait une relation spéciale entre l'auteur (anonyme) et cette personne. (Ma première idée en voyant ce livre). Si le premier ex-libris est celui de Claude-Nicolas, adieu ma théorie...
Il me reste quand-même un joli petit livre fort rare dans une jolie reliure, et, en plus maintenant, avec une belle provenance.
A suivre.
Par ailleurs, vous êtes d'accord avec le monogramme? Pas de B, pas de T, tout simplement un L et un (plus petit) D?

Jean-Paul a dit…

Où voyez-vous un D dans le monogramme ? Ce monogramme comprend un "L", un "T" (accolé au dos du "L") et un "B" dans un style type "Art déco" sous le "TL". Autant l'ex-libris aux lions est de l'époque Louis XV (c'est certainement celui de Claude-Nicolas Le Doux), la vignette "TLB" ou "BTL" est du XIXe-XXe.

Martin a dit…

Je vois deux Ds et deux Ls, dont un sur la tête (?)

Martin a dit…

Pas très XVIIIe, effectivement. Faut vouloir les voir. Adieu, ma pauvre théorie.

Montag a dit…

Mais au fait, quel est ce livre ? ou cela m'a-t-il échappé...
M.

alain a dit…

Comment expliquez vous la présence sur la vignette et l'ex-libris d'une couronne comtale?

Martin a dit…

Bonsoir Montag et Alain,

Comme je ne l'ai pas encore lu, je ne peux rien dire sur ce livre. Possible qu'il soit tombé dans l'oubli à tort, mais pas très vraisemblable. D'après mon expérience (malheureusement, j'ai un faible pour les livres rares), la raison pour la rareté de beaucoup de livres est tout simplement le manque d'intérêt. Personne ne les achetait, personne ne les gardait. Ou presque.

Le livre en question s'appelle "L'inconstant puni par l'inconstance", 2 parties en 1 vol. petit in-12, A Londres, 1754.
Faute de succès, on vendait (ou essayait de vendre) les exemplaires restants avec une nouvelle page de titre: "Le combat de l'amour avec l'intérêt, ou La trahison punie", Strasbourg 1762. D'après Conlon, ce deuxième livre serait une réimpression, mais si je ne me trompe pas, j'ai assez soigneusement comparé mon exemplaire avec l'édition microfiche du Combat de l'amour et c'est bien le même livre.

Pour les couronnes, aucune idée.

bertrand a dit…

Même édition (même tirage) avec titre de relais à une date ultérieure, ce qui arrivait assez souvent, mais ce qui est très rarement signalé par les bibliographes, même les plus pointus, je viens ainsi de démasquer une de ces éditions dans les Mémoires présentés au Duc d'Orléans de Boulainvilliers, pour lesquels il existe une édition de 1754 et 1755 qui n'en est en fait qu'une seule. Dans ce cas précis cela n'avait à ma connaissance pas été signalé. Pour ces Mémoires de Boulainvilliers il existe donc une EO de 1727, une édition nouvelle soit avec un titre à la date de 1754 soit à la date de 1755 (l'adresse du libraire change également). Ce sont ces pinailleries de bibliophiles grincheux qui font à mon sens tout le plaisir infini des recherches sur les livres anciens, quels qu'ils soient.

Ton livre à l'air alléchant de par le titre Martin, moi, au XVIIIè s., je l'aurais lu !

Amitiés, Bertrand

Raphael Riljk a dit…

Une hypothèse qui ne vaut peut-être pas un liard pour l'ex-libris:

LBF : Louis de Bordes de Fortage ?

R.

Pierre a dit…

A propos des homélies de St Jean Chrysostome :

Bertrand, Merci pour vos renseignements. Je ne lis pas le latin dans le texte et c'est pourquoi un résumé ou des indications en français sur l'ouvrage m'auraient rendu service. Il me reste à louer les services d'un émérite professeur émérite pour en savoir plus...
La reliure est en effet remarquable qui confirme l'adage qui dit que tout est bon dans le cochon!
Cordialement. Pierre

Jean-Paul a dit…

Bonne question Alain ! Aucune biographie de l'architecte Le Doux ne signale le fait qu'il fut comte à un moment donné de sa vie, même s'il fut inquiété en 1795 "pour aristocratie"...

Raphaël, où se trouve le F dans le monogramme ?

Jean-Paul a dit…

Ah oui ! Raphaël, vous avez raison ! Bon sang, mais c'est bien sûr ! Bravo ! Je fatigue vite le soir...

Jean-Marc a dit…

Je me permets de signaler que Mme Germaine Meyer-Noirel est décédée en ce début d'année à l'âge de 87 ans.
Pour ma part, j'ai été en contact avec Jacques Laget. Il peut peut-être apporter des informations. Sinon, il existe l'Association Française de la Connaissance de l'Ex-Libris (AFCEL) qui publie dans son bulletin un courrier des lecteurs où ce type de questions est traité.

Jean-Marc

bertrand a dit…

Bonsoir Jean-Marc,
j'ai déjà contacté hier Jacques Laget, voir sa réponse publiée dans un commentaire ci-dessus par mon intermédiaire.

A bientôt,

Amitiés, Bertrand

Jean-Paul a dit…

Philippe-Louis de Bordes de Fortage, célèbre bibliophile bordelais, dessinateur d'ex-libris, membre éminent de l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, dont la vente de sa bibliothèque a donné un "Catalogue", 1924-1927, 3 vol. in-8°. A écrit une "Notice" sur sa famille (Bordeaux, 1892)BnF-Tolbiac RES-LM3-2282.
Je retravaille Le Doux demain..

bertrand a dit…

Pierre, si vous voulez lire Saint Jean Chrysostome en frenchie, alors rendez-vous sur ce site :

http://jesusmarie.free.fr/jean_chrysostome.html

Ne vous inquiétez pas, aucun prosélytisme religieux de ma part, le diable m'en garde !

Amen,

Amitiés, Bertrand

Pierre a dit…

Exactement l'aide que je recherchais ! Je n'aurais donc pas à apprendre le latin. Dieu soit loué !
Merci. Pierre

Hugues a dit…

Attention, Bibliopégimanes en culotte-courtes, ceci n'est pas pour vous.
J'ai ajouté des images de la reliure de l'ouvrage de Martin.
H

bertrand a dit…

Vraiment une magnifique reliure dans une condition parfaite ! Ah ! J'enrage ! Jalousie de bibliophile n'est pas mortelle mais sait tout de même bien vous mettre sur le flanc.

A moitié mort, donc, je te demande humblement si tu as réussi à l'atribuer à un quelquonque relieur de la deuxième moitié du XVIIIè s. ??

Amitiés, Bertrand

martin a dit…

Miracles de la technique! Je regarde cette photo sur un autre écran (suis parti pour quelques jours) et les couleurs sont totalement dífférentes. Bizarre. Faut que je regarde mes photos sur LRB.
En ce qui concerne le relieur, non, pas la moindre idée.

bertrand a dit…

Sans avoir rien trouvé d'approchant pour le moment, je regarderai du côté des productions de Antoine-Michel Padeloup (1685-1758) ou de ses successeurs. La mosaïque de maroquins était sa marque de fabrique. Celle-ci est très fine et visiblement parfaitement exécutée.

A suivre.

Amitiés, Bertrand

Jean-Paul a dit…

D'accord avec toi, Bertrand, c'est probablement une des dernières reliures de Padeloup (mosaïque "aux ciseaux"). Ses enfants et successeurs n'ont pas su être à la hauteur de leur nom, sauf peut-être celui qui s'exila à la cour du Portugal.

alex. a dit…

Si cela peut vous éclairer ces oeuvres de st Jean Chrysostome ont été imprimées par la [Compagnie de la Grand Navire] ou [Societas Parisiensis] en activité à Paris de 1582 à 166? d'après la vignette de l'imprimeur.

Anonyme a dit…

L'ex-libris du XVIIIe est bien celuis de l'architecte Ledoux. Voiir à ce sujet le Répertoire tome XII. et les Archives des de la Sté des collectioneurs d'ex-libris.
J. Laget

Martin a dit…

Merci pour cette confirmation.
L'ex-libris n'est donc pas contemporain. Dommage.

En entretemps, j'ai consulté le catalogue Bordes de Fortage sans succès:

2812. L'inconstant puni par l'inconstance. A Londres (Paris), 1754. 2 parties en un vol. pet. in-12, mar. olive, dos orné, dent. sur les plats, doubl. et gardes de pap. étoilé, tr. dor. (Rel. anc.)
Titre gravé par Tardieu.
Bel exemplaire dans une jolie reliure.

Anonyme a dit…

L'ex-libris XIXe couronné à l'antique pourrait être celui de Bordes de Fortage. Le Répertoire indique : B/B.F.L. / étiquette typo fin XIXe 38 x 26 mm., monogramme couronné. Tiré en noir rouge ou violet. Voir les dimensions au filet. Je vais demander une photocopie de ces étiquettes qui ont la cote 100.233 à la BM de Nancy.
J. Laget

Martin a dit…

38 x 26 mm, effectivement. Raphael avait donc raison et le descriptif serait incorrect?

serge a dit…

Bonjour
je reviens sur l' "édition" de 1754
le catalogue Bordes de Fortage
2812. L'inconstant puni par l'inconstance. A Londres (Paris), 1754. 2 parties en un vol. pet. in-12, mar. olive, dos orné, dent. sur les plats, doubl. et gardes de pap. étoilé, tr. dor. (Rel. anc.)
indique une édition in 12
or l'ouvrage auquel on a attribué cette superbe reliure est défini comme in 16 dans le catalogue de sa vente
qu'en est-il exactement le catalogue de la vente s'est il trompé?
cordialement serge

serge a dit…

vous serait-il possible de me faire tenir un bon scan de la page de titre gravé ?
merci par vance
cordialement
serge

serge a dit…

de nouveau . en analysant le scan de votre ex libris je distingue quelques variantes avec celui que je possède , mais celà est peut être du à la qualité du scan
pourriez vous également me faire un bon scan de l'ex libris ?
merci davance
cordialement
serge

Martin a dit…

Bonsoir Serge,

Si vous me contactez à antiquariat.sartorius@gmail.com , je veux bien vous répondre en ajoutant des scans plus grands (pas forcément meilleurs).

Cordialement,

Martin

stéphanie a dit…

Bonsoir,

Jean-Paul, où avez-vous lu que Philippe-Louis de Bordes de Fortage était un dessinateur d'ex-libris ?

J'ai également deux petites questions pour Serge : quel est le titre du livre pourvu de l'ex-libris de Philippe-Louis de Bordes de Fortage que vous possédez ? et cet ex-libris est-il finalement identique à celui que l'on peut voir sur le blog ou bien présente-t-il une variante ?

Merci d'avance pour vos réponses.

Stéphanie

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...