« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

mercredi 6 février 2008

Gomgam ou l'Homme Prodigieux, de l'Abbé Bordelon

Amis Bibliophiles Bonsoir,

Nous avons tous nos thèmes et nos auteurs favoris. En ce qui me concerne, parmi tant d'autres, j'avoue avoir une vraie faiblesse pour les ouvrages de l'Abbé Laurent Bordelon, que je rassemble progressivement. J'ai déjà écrit sur l'Histoire des Imaginations Extravagantes de Monsieur Oufle, laissez moi évoquer aujourd'hui un autre ouvrage important de cet auteur :
Gomgam ou l'Homme Prodigieux, transporté dans l'air, sur la terre et sous les eaux. Livre véritablement nouveau, dont l'Edition Originale est parue à Paris, chez Saugrain en 1711 (2 volumes in-12 de de (46)-343-(6) pp. et (8)-434 (2) pp.).

L'ouvrage est signé d'un très curieux pseudonyme "TiTETUTEFNOSY", que je ne sais expliquer, mais est bien attribué à L'abbé Laurent Bordelon (1653 - 1730), qui était évidemment un peu théologien, mais aussi et surtout polygraphe et l'un des grands utopistes français du 18ème siècle.

Les ouvrages de Bordelon sont toujours curieux, comme l'indiquent leurs titres, dont certains sont complètement tombés dans l'oubli. Vous en jugerez vous même : La Comédie sans Femme, M. de Mort en Trousse, Arlequin Molière, ou le plus célèbre Voyage forcé de Bécafort hypocondriaque... Gomgam ou l'Homme Prodigieux de déroge pas à cette règle et nous invite à suivre les aventures étranges et insolites du personnage principal, Gomgam.
Il croise ainsi un enchanteur qui voyage sur une flèche d'or et dont Gomgam hérite, des savonettes à vilains, des anti-savants, et une partie importante des aventures de Gomgam est consacrée à l'ouvrage que celui-ci veut écrire, et qui est composé de 100 volumes! Gomgam lui donne le titre du Monde Risible ou Bibilothèque comique et va jusqu'à nous décrire un par un les cent volumes, dont voici une sélection :

- L'Agenda de ceux qui n'ont rien à faire (premier "chapitre" : "faire des visites importunes chez des gens extrêmement occupés".... plus loin "Tuer le Temps", etc.)
- Les sottises et les folies de l'Amour : faire les yeux doux. Montrer des yeux de carpe pâmée, jouer de la prunelle.
- Les admirables propriétez de l'argent comptant : (il est) persuasif, éloquent... fait paraître habile, agréable, beau, spirituel.
- Tartufiana
- Voyage dans les espaces imaginaires de ce monde
- Le tabac : "comment faisait-on autrefois quand on ne le connaissait pas?"
- L'ergo-gluc : c'est-à-dire les raisonnemens qui ne concluent rien
- La Philosophie du peut-être...

Et cela continue pendant des dizaines de pages, pour le grand amusement du lecteur.
Bordelon annonce d'ailleurs la couleur dès la préface, dans laquelle il se défend d'écrire que le manuscrit lui est arrivé de façon rocambloesque... avant de conclure qu'on le lui a apporté dans une boîte fermée, scellée et cachetée, de façon anonyme... Tout est prétexte à sourire, à prendre le lecteur à contrepied, mais dans le fond, la lecture attentive montre que rien n'est gratuit et qu'il s'agît là d'une très fine satyre des moeurs de ce début de 18ème siècle.

En ce qui me concerne, j'aime partiuclièrement le moment où Gomgam chasse le sanglier et se retrouve isolé des autres chasseurs : le sanglier éventre la monture, et pour lui échapper Gomgam actionne sa flèche d'or qui lui permet de voler... Hélas, son pied est encore à l'étrier et Gomgam traverse le ciel en tenant sa flèche, portant sous lui son cheval mort et le sanglier... (voir la gravure ci-dessous).
Enchanteur... d'autant plus qu'avouons-le, tous les livres de cette époque ne sont forcément agréables ou aisés à lire.

J'ai bien envie de vous dire "à se procurer d'urgence"... oui mais voilà, l'ouvrage est fort rare...

H

11 commentaires:

bertrand a dit…

Ah Hugues ! Comme tu sais te faire tentateur pour qui revient de chez ses collègues dijonnais et n'a guère pu se mettre sous la dent que deux titres, bien anodins, mais pour lesquels j'espère que la grâce tombée du ciel (suite à mes nombreuses injonctions déistes de ces derniers temps) me fera trouver en eux, deux petites perles fines sinon rares...

Parlons Gomgam alors...

Voici les exemplaires disponibles :

[BORDELON (Laurent)]. Gomgam, ou l'Homme Prodigieux, transporté dans l'air, sur la terre, et sous les eaux. Livre véritablement nouveau. Titetutefnost.
A Paris, Chez la Veuve Guillaume Saugrain, 1711.
2 vol. in-12 de (46)-343-(6) pp. et (8)-434 (2) pp. , maroquin rouge, dos á cinq nerfs orné, triple filet d'encadrement doré sur les plats, tranches dorées (reliure de l'époque).

2. 000 €

Edition originale.

Ouvrage satirique dû á la prolifique plume de l'abbé Bordelon (1653-1730). On trouve dans le tome I, chapitre III, le projet d'un livre en cent volumes : Le Monde Risible, ou Bibliothèque Comique.

Bel exemplaire enrichi de 18 figures gravées en plus des 6 figures gravées par Crespy. Petit accident á une coiffe. Barbier II, 548 ; Soboul, 39. (disponible dans une librairie parisienne renommée).

et pis c'est tout ! Je n'en trouve pas d'autres. Le luxe de la reliure s'alliant à la rareté de l'ouvrage il est vrai qu'on ne peut pas dire que l'affaire soit bon marché. Mais bon ! il en va ainsi des livres rares, mais je ne doute point une seconde qu'avec l'arrivée massive promise des livres de nos pères (pairs ?) ce livre se retrouve bien vite à vil prix dans sur les bancs de Drouot. Non ?

Bonne soirée à tous,

PS : Pour information, il y actuellement sur Ebay deux ouvrages de l'abbé Bordelon. Les voici :

Monsieur Oufle (1754) :

http://cgi.ebay.fr/OCCULTE-RARISSIME-Abbe-Bordelon-Monsieur-OUFLE-1754_W0QQitemZ230219169908QQihZ013QQcategoryZ34188QQssPageNameZWDVWQQrdZ1QQcmdZViewItem

L'astrologie judiciaire (1710) :

http://cgi.ebay.fr/1710-Astrologie-Judiciaire-Sciences-Occultes_W0QQitemZ140177591839QQihZ004QQcategoryZ47384QQrdZ1QQssPageNameZWD1VQQtrksidZp1638.m118.l1247QQcmdZViewItem

Amitiés, Bertrand

Etienne a dit…

Merci pour ce bel article. Encore un cette semaine!
Merci!
Etienne

Jean-Paul a dit…

Un point commun, Hugues: j'adore l'abbé Bordelon, fin critique de son temps...malheureusement rare et cher. Je l'ai rencontré chez Cazin, dont un de ses collègues, Musier, a édité "Les béquilles du Diable boiteux" en 1786.Par contre, je n'ai jamais trouvé la traduction de son pseudonyme, dans aucun Dictionnaire (Barbier, Quérard, Mane, ...)

Hugues a dit…

Hallucinant! Je vous disais que pour être aussi connaisseur, Jean-Paul nous mentait sur son âge : "je l'ai rencontré chez Cazin"!!!... Ce devrait être au baptême de Cazin, puisqu'il est né en 1724 et que Bordelon est mort en 1730... mais Jean-Paul y était!!!
Alors Jean-Paul, vous avez bu un café ensemble, Cazin, Bordelon que tu rencontrâs chez Cazin et toi... Raconte nous!
H

bertrand a dit…

Rien d'étonnant à cela, vraiment. Pour ma part, j'ai bien rencontré la Marquise de Sévigné en penchant au dessus d'une caisse de livres à 1 franc... en 1992 ou 1993 si je me souviens bien. Un amour de jeunesse en somme...

Amitiés, Bertrand

Bergamote a dit…

J'a-dore.
Voilà qui aurait fait une bien belle énigme, un vendredi soir...

dede155 a dit…

Petite précision.

Le diable boiteux : Lesage ?

les Béquilles du diable boiteux : BORDELON ?

Je n'ai hélas que les Diversitez curieuses,pour servir de recréation à l'esprit. (6 Tomes je pense qu'il en faut 9 )
Hugues ne laisse rien trainer, enfin je me venge avec les Sylphes ;-)

Jean-Paul a dit…

Oui, dede155: "Le Diable Boiteux, nouvelle édition, augmentée d'une Journée des Parques, et des Béquilles du Diable Boiteux. Par Monsieur Le Sage." Paris, Musier, 1786.3 vol. in-18. Frontispice avec l'inscription "F.L. Diablo Coivelo." signé "F. duBercelle fecit" et copié d'après celui de l'édition princeps (Paris, veuve Barbin, 1707)réalisé par Magdelaine Horthemels, mère du célèbre Charles-Nicolas Cochin.Le roman de Le Sage est une libre adaptation du "Diablo cojuelo" de Luiz Vélez de Guevara. Les "Béquilles du Diable Boiteux" sont de l'abbé Bordelon.
Le 13 vendémiaire an IV de la République, j'ai déjeuné avec Cazin dans un café de la rue du Dauphin.Nous nous éternisions un peu en discutant des éditions de l'abbé Bordelon, quand j'entendis du tumulte au dehors: Cazin, qui était devenu un peu dur d'oreille, ne s'est rendu compte un peu tard que le canon tonnait dans la petite rue, en direction du portail de l'église St-Roch : il fut touché au ventre par un éclat de mitraille.Deux de ses jeunes amis présents au café le ramenèrent chez lui. J'appris beaucoup plus tard qu'il était mort le surlendemain.Deux siècles passèrent quand j'ai voulu me recueillir sur sa tombe : le cimetière de St André-des-Arts n'existait plus...et je réalisais que j'allais avoir 258 ans...

Bernard a dit…

Que ce blog (que je consulte tous les jours)est instructif! Merci à tous et à Hugues en particulier. De Bordelon je ne possède que l'ouvrage suivant, dont voici le commentaire de mon "catalogue"

THÉÂTRE PHILOSOPHIQUE...
Paris, Barbien et Musier. 1692. EO.
1 volume in-12 ; frontispice, (22), 445, (1) pp.

Sous la forme, alors très en vogue, de dialogues, l’abbé Laurent Bordelon met en scène des échanges entre Solon et Chrysippe, Paracelse et Epicure, Agrippa et Arcesilaus, Gassendi et Eudoxus, Alcméon et Pythagore, Campanella et Anaxarque, Héraclide et Aristippe, Galilei et Pyrrhon, Copernic et Démocrite, Thales et Diodore, Théophraste et Descartes … « Il faut regarder les trente Dialogues qu’on lira ici, comme autant de scènes naturelles représentées aux champs Elisées, où le hazard fait la rencontre de ces Philosophes, et le sujet de leurs entretiens ; et où ils se disent réciproquement, sans se rien déguiser, ce qu’ils pensent les uns des autres ».
Laurent Bordelon, était docteur en théologie à Bourges. Il travailla pour le théâtre de Paris. Le theatre convenant peu à son état, il se jetta dans la morale , il la traita comme il avoit traité la comédie: écrivant d'un style plat des choses extraordinaires. Ayant dit un jour , que ses Ouvrages étaient ses péchés mortels, un plaifant lui répliqua que le public en faisait pénitence.
On lui appliqua ces vers de Boileau:
Bienheureux Bordelon, dont la fertile plume
Peut tous les mois, sans peine, enfanter un volume.
Tes Ecrits, il est vrai, sans art et languissans,
Semblent être formés en dépit du bon sens
Mais ils trouvent pourtant quoiqu’on en puisse dire
Un marchant pour les vendre et des sots pour les lire.

Je suis très réservé quant à cette appréciation attribuée à Boileau, et comme Hugues, j'aime ce style devenu exotique à notre époque BD.

bertrand a dit…

Bordelon - Monsieur Oufle adjugé 402 euros sur Ebay :

http://cgi.ebay.fr/ws/eBayISAPI.dll?ViewItem&rd=1&item=230219169908&ssPageName=STRK:MEWA:IT&ih=013

Adjugé à un illustre inconnu.

Amitiés, Bertrand

Anonyme a dit…

Bonjour,
Je ne suis pas collectionneur mais je suis tombé sur Entretiens des cheminées de Paris. Ce livre m'intéresse beaucoup mais je ne comprends pas bien s'il est destiné au théâtre ou si il est à lire comme un dialogue.
Et pour la petite phrase de fin j'en ajouterai une précieuse, puis-je me permettre un rapprochement avec Samuel Beckett?
Bien à vous.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...