« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

samedi 29 mars 2008

Ebayana

Amis Bibliophiles Bonjour,

Une petite sélection ebay, pour démarrer le week-end.

Côté Livres Anciens :

Une édition des Prophéties de Nostradamus, un peu tardive, mais bien reliée et pas chère

Un grand classique, les Six Voyages de Tavernier

Le rare ouvrage de mathématique d'Oronce Fine, une édition de 1587

Autre texte rare et curieux : l'éloge du Pet, on appréciera la gravure en frontispice

Une très belle édition des Oeuvres de Rabelais

Un modeste coup de pouce à quelques uns de beaux livres mis en vente par Bertrand à 1 euro!

Voyage en Abyssinie, belle édition in-4

Helvetius, De L'Esprit, grand texte dont on a déjà parlé sur le blog, en édition in-8

Le même, mais dans le tirage 1B de l'EO, en format in-4. Superbe

Une très rare contrefaçon de la Princesse de Clèves

Pour les bibliopégimanes :

Une reliure de Marius Michel

Des Etrennes, joliment reliées dans un maroquin à plaque

Une belle reliure de Meunier, proposée par l'ami Bertrand

Une réalisation assez classique du duo Gruel - Engelmann

Un petit lot de reliures romantiques

Au rayon Bibliophilie/Bibliographie :

Si l'un d'entre vous connaît le Baron Pichon... c'est pour lui!!!

Le Manuel de l'amateur d'autographes, par Fontaine (encore un!)

Livres 19ème et 20ème :

Histoire du blason et science des armoiries, dans une reliure assez caractéristique de Mame

Superbe. L'EO des Paradis Artificiels de Baudelaire chez Poulet-Malassis

Voyage en Perse, dans une belle reliure romantique

Bonne chine.

H

24 commentaires:

Romain a dit…

Bonjour à tous,

Quitte à faire un peu la fine bouche et à mon humble opinion, la reliure du Baudelaire n'est pas terrible, terrible... Elle est à mon avis postérieure, difficilement compréhensible dans ce cas que les couvertures n'aient pas été conservées...

Il faut voir à combien l'enchère va finir mais en terme de "choix" bibliophilique, je m'abstiendrais d'acheter cet exemplaire sauf à l'obtenir dans de douces conditions (d'autant que cette EO n'est pas excessivement rare sur le marché)...

Je suis curieux de voir l'enchère finale et de pouvoir la comparer au prix de quelques exemplaires (beaux exemplaires) que j'ai vus ces deux trois dernières années chez des libraires ou en vente aux enchères.

Bien cordialement,

Romain

Hugues a dit…

Vous n'avez pas tort Romain, cela illustre une nouvelle fois ma méconnaissance du 19ème!

J'aurais du m'en tenir à ma première idée et vous conseiller ça :
http://cgi.ebay.fr/ws/eBayISAPI.dll?ViewItem&rd=1&item=120238462878&ssPageName=STRK:MEBI:IT&ih=002

Sourire
Hugues

Romain a dit…

Re-bonjour,

Joli Décaméron... mais décidement encore dans une reliure postérieure et sans les couvertures... :-) Re-sourire...

Sérieusement : superbe, évidemment superbe ! Habillé qui plus est par le relieur favori de... Baudelaire (quoique je ne sois pas certain de cette affirmation, "Lortic Frères" était peut-être le successeur DU Lortic qui reliait les livres de la bibliothèque personnelle de l'auteur des Fleurs du Mal et qui est devenu célèbre pour la finesse de ses nerfs. Ma mémoire me joue des tours et une vérification s'imposerait pour clarifier ce doute).

Pour revenir au Baudelaire actuellement en vente sur Ebay, l'exemple est intéressant car il pose plusieurs questions :
- Pour commencer, même si je disais plus haut qu'elle n'est pas excessivement rare (1500 exemplaires je crois) l'EO des "Paradis Artificiels" est évidemment un livre très désirable pour tous les amateurs de littérature du XIXème ;
- C'est aussi un livre dont le prix est déjà conséquent pour de nombreuses bourses (dont la mienne malheureusement) sans être non plus stratosphériquement inabordable (disons pour comparer qu'on peut en trouver de beaux exemplaires pour le prix d'une TV à écran plasma...) ;
- A partir du moment où l'on se décide à mettre entre 800 et 1200 euros dans un tel livre (à mon avis la fourchette possible de l'enchère finale), doit-on se contenter d'un exemplaire que je persiste à trouver peu plaisant ? Ne faut-il mieux pas s'abstenir et acheter un texte moins mythique mais dans une belle condition (dans cette fourchette de prix, on commence à avoir un peu de choix...) ? En d'autres termes, est-ce vraiment une affaire que d'acheter un livre très désirable dans une condition pas très désirable ?
- Autre question de choix : à ce stade de dépense - si l'on souhaite vraiment posséder l'EO des Paradis Artificiels - que l'on a décidé de dépenser cette somme déjà conséquente que j'évoquais plus haut, ne vaut-il alors pas mieux attendre un peu et mettre le petit plus qui permettra d'acheter un bel exemplaire ?
- Enfin, ce Baudelaire pose une dernière question : il est assez rare qu'une EO de Baudelaire atterrisse sur Ebay (je ne me souviens que de quelques exemples, souvent en mauvais état) : comment vont réagir les enchérisseurs ?

Pour conclure, j'extrapole évidemment sur une enchère qui n'est pas terminée... Mais propos seront donc peut-être rendus ridicules par l'enchère finale...

Bien cordialement,

Romain

Etienne a dit…

Belle analyse Romain.
Je ne suis pas spécialiste de Baudelaire, mais je crois que souvenir que l'exemplaire parfait, annoté par l'auteur, a été adjugé 375000 euros lors des ventes Bérès.
Visiblement, une belle édition plus classique vaut quand même 5000 euros sur internet.
Pour la reliure/décaméron... on pourrait aussi considérer les choses dans un autre sens, sans quitter la bibliophilie : si on est amateur de reliure de maître de la fin du 19ème... cette édition du Décaméron est-elle assez bonne pour justifier une telle reliure? :-)
Je ne suis pas bibliopégimane, mais je peux comprendre.
Etienne

Romain a dit…

Etienne,

A 5000 euros, on peut souhaiter un superbe exemplaire des Paradis artificiels (même s'il est vrai que ce livre atteint parfois ce prix).

J'en ai vu de très beaux (habillés dans de classiques demi-maroquins à coins signés par de très bon relieurs du 20ème siècle) pour deux fois moins cher chez des libraires parisiens (d'autres il est vrai le vendaient aussi beaucoup plus chers).

Il m'est arrivé aussi d'en voir des exemplaires dans des reliures un peu plus modestes mais encore très plaisantes pour environ 1500/1800 euros (maroquin ou chagrin, non signées, simples demi-reliures sans coins, propres).

L'exemplaire Berès est hors-catégorie :-)

Pour revenir sur le Décaméron, dommage qu'il soit en latin :-) Triple sourire..

Romain

bertrand a dit…

Le problème à mon sens avec cet exemplaire de Baudelaire en vente sur Ebay, c'est que le vendeur ne précise pas que la reliure n'est pas d'époque (ce qui est évident à l'oeil), mais tout de même...

Un simple : "Reliure en plein cartonnage bordeaux à motifs, dos lisse, pièce de titre en veau rouge." sans même préciser si le bradel est un bradel de l'époque ou ultérieur, me semble un peu léger quand on veut vendre un livre de ce type.

Peut-être le vendeur laisse-t-il l'acheteur se faire sa propre opinion ?? Je reste convaincu que cela n'est pas bibliophiliquement ou librairistiquement correct ? Ai-je tort ?

Amitiés, Bertrand

Romain a dit…

Bonjour Betrand,

Finalement, les débats se rejoignent et nous retombons sur la question : qu'est-ce qu'un bon libraire.

L'absence de précisions (ou de détails photographiques), lorsqu'il s'agirait de souligner un "défaut" ou une moins-value à propos d'un ouvrage est un classique sur Ebay.

Le libraire en question, très actif sur Ebay - et qui propose au demeurant souvent des livres sympathiques dans le domaine de la littérature du 19ème siècle (rehaussant ainsi le niveau d'une catégorie de plus en plus déprimante à consulter) - ne manque jamais de préciser qu'une reliure est d'époque lorsque c'est le cas.

Est-ce un tort qu'il ne ne précise pas son caractère postérieur dans cette annonce ? A mon avis cela relève plus du péché véniel que de la faute grave... Pour compenser, il laisse l'acheteur faire son propre prix (du moins je l'espère...). De plus, ses annonces sont toujours précises, sérieuses et agrémentées de nombreuses photographies permettant de bien se rendre compte de l'état des ouvrages. Légèreté passagère, péché véniel donc...

Par contre une chose me paraît certaine : si un libraire professionnel - qui plus est installé à Paris où il y à la clientèle pour ce genre de livres - met un livre très recherché sur Ebay, c'est qu'il ne présente pas toutes les qualités que l'on est en droit d'attendre d'un tel livre. Une EO des Paradis Artificiels ne doit pas être difficile à vendre en librairie et je doute qu'un libraire ayant pignon sur rue ait besoin d'Ebay pour la vendre...

Romain

bertrand a dit…

Vous avez raison Romain, c'est un "bon libraire" d'Ebay, je chipotais sans doute.

Je reste convaincu qu'il est nécessaire de signaler lorsqu'une reliure n'est pas d'époque (car il n'est pas toujours aisé, même sur photo, de ce faire une idée précise).

Cela devient évidemment encore plus nécessaire et indispensable lorsqu'on lit un catalogue sans photos.

On peut également citer le cas de la pagination. A votre avis, est-ce utile de détaillé la pagination d'un ouvrage dans la fiche descriptive ? Pour ma part je pense que oui. Beaucoup de libraires aujourd'hui ne le font plus, je ne sais pas trop quoi en penser.

Amitiés, Bertrand

Hugues a dit…

Tout à fait d'accord avec vous deux. En ce qui concerne hugues777, qui est le pseudo de ce libraire sur ebay, je peux apporter quelques éclaircissements.

En effet, je le connais un peu pour avoir discuté avec lui à Drouot (les Hugues ne sont pas si nombreux, c'est via notre prénom que nous avons fait connaissance).

C'est un libraire sympathique, qui a entre 30 et 35 ans, passionné par les livres. Il est assez ambitieux, dans le bon sens du terme. Son objectif est notamment de proposer des livres d'un bon niveau sur ebay.

Ce que vous ne savez probablement pas, c'est que cette association de libraires (dont le pseudo sur ebay est hugues777), qui comprend Hugues et un ou deux autres jeunes libraires, possède aussi une librairie dans Paris, dans les beaux quartiers, et sera également présente au salon de Grand Palais avec de la très belle marchandise. Leur objectif est semble-t-il de proposer des livres à tous les bibliophiles, ceux qui visitent leur librairie, ceux qui achètent via ebay, ceux qui achètent dans les salons, ceux qui achètent sur catalogue (la librairie édite un joli catalogue), ceux qui achètent sur abebooks, etc.

Le premier corollaire est qu'ils ont un stock important, et de qualité (pas de livres "tarés" proposés, comme c'est trop souvent le cas sur ebay). Second corollaire : ils proposent une quantité de livres importante de livres sur ebay, constamment renouvelée et, c'est la précision que je voulais apporter, ces livres ne sont pas décrits par des libraires mais par des personnes ayant une connaissance moyenne des livres. Ces personnes distinguent les peaux par exemple, les éditions, et les atouts ou défauts principaux d'un livre, mais cela ne va pas plus loin. Pour certains livres c'est un problème, comme on le voit ici. Mais c'est le prix à payer pour proposer un aussi grand nombre de livres. En effet, les "libraires" de l'équipe se consacrent plutôt à la "chasse" aux livres.

Du reste, ces sympathiques et jeunes libraires lisent le blog régulièrement, je serai ravi de dresser leur portrait pour vous (Hugues, Grégory? Qu'en pensez-vous?).

Dernier point, évoqué par Bertrand : totalement d'accord avec toi. Une pagination au moins sommaire, est capitale dans la description d'un ouvrage.

Hugues

Romain a dit…

Bertrand,

Tout à fait d'accord avec vous sur la pagination : il faut à mon avis la citer et même la citer de manière détaillée (feuillets non paginés, pagination spécifique, en chiffres romains par exemple, erreurs de pagination, etc.).

Idem évidemment sur la période de la reliure.

J'aime les notices à l'ancienne, tellement détaillées que si le libraire était sérieux et honnête, elles permettaient quasiment de se passer de photographies.

Je trouve même qu'il y a une certaine élégance dans les descriptions bibliographiques et collations soignées (mais c'est peut être le signe que je suis un peu tordu). Certains libraires arrivent même à la faire avec humour.

Romain

bertrand a dit…

Je dois être aussi "tordu" que vous Romain, car je trouve une certaine poésie à cette suite :

(4)-XXVI-326 pp.

c'est beau non ?
encore que depuis peu, j'ai volontairement remplacé "pp." par "pages", car je ctrouvais que le premier faisait trop, ..., comment dire, trop "junkie" (sourire).

Amitiés, Bertrand

PierreG a dit…

Bonjour,

Je lis vos commentaires avec intérêt car j'achète assez souvent sur Ebay.

Je cite Romain : " Par contre une chose me paraît certaine : si un libraire professionnel [...] met un livre très recherché sur Ebay, c'est qu'il ne présente pas toutes les qualités que l'on est en droit d'attendre d'un tel livre "

Je dois dire que je me pose assez souvent cette question. Dans le cas précis de hugues777, Hugues à répondu en détail. Mais en règle général, pourquoi un libraire professionnel est-il amené à vendre des livres rares sur Ebay ? Pour les raisons indiquées par Romain ? Car il ne parvient pas à les vendre dans sa librairie ? Car il espère un bon prix, tablant sur des enchères acharnées ? Pour toucher plus de clientèle et ainsi attirer l'intérêt vers sa librairie ?

J'en oublie sûrement et la réponse varie très certainement en fonction des vendeurs... Avez-vous des idées à ce sujet ?

PierreG

Romain a dit…

Hugues,

Je vais dans votre sens et souligne aussi la qualité des livres proposés par Hugues777.

J'y suis d'autant plus sensible qu'il vend des livres se situant dans mon domaine de prédilection. Je me rappelle par exemple d'une superbe EO de Musset (Un Spectacle dans un Fauteuil) en reliure romantique vendue récemment (pas vraiment mon auteur de prédilection mais le livre était habillé d'une reliure romantique tout simplement parfaite, l'état intérieur était à l'avenant et le prix final ne m'a pas semblé exorbitant).

Je reçois aussi les catalogues d'un des libraires avec lequel il travaille et qui propose de nombreux livres sur Ebay dans la catégorie 20ème siècle.

Je leur ai déjà d'ailleurs acheté des livres à eux deux (sur catalogue et sur Ebay).

Ma remarque sur le Baudelaire n'était pas une critique contre ce libraire et j'espère qu'elle n'a pas été prise dans ce sens...


Romain

Hugues a dit…

Bonjour Pierre,

Pour le coup, je ne suis pas d'accord avec la remarque de Romain. Pour moi, le fait de mettre un livre ou non sur ebay ne tient pas à la qualité du livre, mais plutôt à un choix stratégique du libraire.
Certains libraires n'ont pas de pas de porte, et donc vendent uniquement sur internet et via catalogue, d'autres habitent de petites villes de province où le chaland se fait rare, et ont par ce moyen la possibilité de toucher beaucoup plus de monde.
Et puis, c'est un peu oublier que les libraires qui ont de belles librairies ont aussi, même s'ils le mettent moins en avant, des stocks immenses de livres de moindre importance.

Enfin, je pense que Bertrand par exemple, mais aussi Hugues777, ou Daniel Good et d'autres très grands libraires présents sur ebay démontrent que la qualité du livre n'est pas forcément liée au mode de commercialisation.

Dans certains limites évidemment, si vous avez une Bible Gutenberg dans votre garage, je vous conseille plutôt le Grand Palais.

Si j'étais libraire... ah.. si j'étais libraire, j'essaierais de faire feu de tout bois : ebay, catalogue, abebooks, salons...

Mais bon voilà, je ne suis pas libraire!
H

PS : autre point à ne pas négliger, la clef de voûte d'une activité commerciale, c'est quand même la taille du marché que vous pouvez adresser. Et ebay, aujourd'hui, qu'on le veuille ou non, est probablement la place de marché qui draîne le plus d'acheteurs potentiels, non?

Hugues a dit…

Pour Romain :

1. ne vous inquiétez pas, on aime les libraires sur le blog. Personne n'avait pris vos remarques sur Hugues777 comme des critiques.

2. Pourriez-vous me contacter, je crois qu'il serait intéressant que nous dressions ensemble votre portrait pour les autres membres du blog. Vous semblez avez beaucoup de choses intéressantes à raconter!
-> blog.bibliophile@gmail.com

Merci!
H

Romain a dit…

Pierre,

Je ne suis pas libraire, aussi je ne suis pas le plus qualifié pour répondre à cette question...

Il y a à mon avis de nombreuses réponses possibles. Pour les domaines qui m'intéressent (essentiellement la littérature), je pense par exemple que certaines choses se vendront plus facilement sur Ebay si l'on est installé en province. Vendre certaines choses très pointues en province me paraît difficile. Je le dis sans "mépris" pour la province car j'y habite (j'habite même littéralement au milieu de nulle part)!

Ainsi, un libraire installé dans une ville moyenne (150 000 habitants disons) et qui déciderait de se spécialiser uniquement dans la littérature (ou dans l'ésotérisme ou autres) aurait à mon avis beaucoup de mal à survivre car le réservoir d'acheteurs bibliophiles potentiels pour cette spécialité est quand même étroit. Ebay dans ce cas permet d'élargir son champ d'action. Voir de se faire une clientèle à qui on pourra envoyer des catalogues et qui sait, finir par obtenir la renommée qu'avait en son temps Matarasso à Nice :-)...

Romain

Romain a dit…

Hugues,

Pour répondre à votre dernier commentaire :
"Pour le coup, je ne suis pas d'accord avec la remarque de Romain. Pour moi, le fait de mettre un livre ou non sur ebay ne tient pas à la qualité du livre, mais plutôt à un choix stratégique du libraire."

Je ne suis pas non plus d'accord avec moi-même !

En effet certains libraires mettent des livres de grande qualité sur Ebay !

Ce que je voulais dire - à propos de l'exemple de départ, le Baudelaire - c'est que dans le cas où un libraire met un livre ultra-désiré, un "must have" (donc très facile à vendre) sur Internet, c'est certainement parce qu'il n'a pas absolument toutes les qualités requises pour se vendre aussi facilement en librairie qu'il le devrait normalement (pourquoi dans ce cas ne voit-on pas plus de belles éditions de Baudelaire sur Ebay ?).

Si le libraire en question n'a pas de pas de porte, l'interrogation se résout d'elle même.

Par contre, et je le répète, il y a des livres superbes sur Ebay.

Vous avez cité l'exemple de Bertrand et avez même souligné dans votre sélection plusieurs de ses livres. J'espère qu'il ne m'en voudra pas si je le prends comme exemple...

Son édition du Théâtre d'Edouard Franchetti, exemplaire de l'auteur, sur chine, en pleine reliure doublée de Meunier est SOMP-TU-EUSE et le qualificatif "d'insigne rareté" ne serait pas excessive à son propos(l'édition sur papier ordinaire doit elle même être peu courante) ! Elle doit faire fantasmer bien des amateurs de symbolisme !

Je pense que dans ce cas, c'est un choix stratégique que de le vendre sur Ebay. A mon avis, il y a peu d'amateurs recherchant ce livre - quand même très pointu - dans sa région (proche de la mienne...). Je pense par contre que s'il avait (pour changer d'exemple) un superbe exemplaire de l'édition originale de Madame Bovary, il n'aurait pas besoin d'Ebay pour le vendre (sauf à être aux abois ce que je ne lui souhaite pas !!).

Bon, je ne suis pas certain d'avoir été tout à fait clair dans mon propos, pas toujours facile d'exprimer des nuances par écrit et à la volée sur un blog.

Comme vous tous, je vais aller manger. Je reviendrais faire un tour cet après-midi...

Bon appétit,

Romain

PS : je vais arrêter de parler de ce Baudelaire car je ne voudrais pas pourrir la vente en cours. Car même s'il n'est pas absolument à mon goût, cet exemplaire reste propre, avec de grandes marges, exempt de rousseurs et de tares rédhibitoires et c'est faire bien la fine bouche que de le "calomnier" ainsi !

Gonzalo a dit…

Retour aux considérations bassement matérielles! A mon avis, ebay présente un autre intérêt pour les libraires: celui de leur permettre de fixer la date de vente d'un ouvrage.
Un livre correctement décrit, avec photos et à un prix raisonnable est sûr de partir sur ebay. Cela permet sans doute à certains libraires de gérer le rythme de leurs rentrées d'argent. Si un libraire veut acheter une pièce exceptionnelle, ou une bibliothèque complète, il n'est pas sûr qu'il dispose de la trésorerie nécessaire. Via ebay, en une semaine, et moyennant des efforts relativement modestes, il peut décider d'avoir une rentrée d'argent importante en 3, 5, 7 ou dix jours.

Cela permet sans doute aussi aux moins "à l'aise" d'entre eux de travailler en flux tendu: un livre, à peine acheté, est vendu dans les dix jours... Cela évite d'immobiliser des capitaux trop longtemps. Chaque fois que j'assiste à une vente dans ma ville de province, j'en retrouve des exemplaires sur ebay dans les dix jours.

Romain a dit…

Hugues,

Finalement, je relis votre dernier message et me rends compte que nous avons la même analyse...

Romain

PS : quoique, feuillets par feuillets, une Bible de Gutenberg se vendrait peut-être bien sur Ebay... ah ah ah

Hugues a dit…

Tu as raison Gonzalo, et c'est d'ailleurs encore plus vrai quand on sait que la plupart des maisons de ventes aux enchères accordent des délais de paiement aux libraires assez importants. Il n'est pas forcément nécessaire que le libraire soit un libraire important, il suffit que la SVV lui fasse confiance, ce qui vient en général après quelques mois/années d'activité.

Ainsi, pour la plupart des ventes de Drouot (je le sais de source sûre pour la dernière vente Bérès), la SVV accorde des délais de paiement à 30, 45 voire 90 jours.

C'est intéressant pour un libraire : il peut acheter des lots, les mettre sur ebay immédiatement (ou les vendre sur un salon), encaisser les rentrées d'argent et régler la SVV 30 à 90 jours plus tard.

Vous le saviez?
Hugues

PierreG a dit…

Très intéressant en effet !

Il ne reste plus au libraire qu'à gérer la prise de risque. Ce n'est surement pas une mince affaire et c'est peut-être la raison principale de mon interrogation.

Je peux me tromper mais j'ai le sentiment que les ventes à prix de départ "élevés" ou en achat immédiat (donc aussi à prix "élevés ") ont assez peu de succés. Mais alors, mettre un livre exceptionnel à un euro sans réserve ne doit pas être une décision facile à prendre !

Et si je peux me permettre cette allusion personnelle, j'en frémis à la vision de la liste actuelle des objets mis en vente par Bertrand, quand on sait le prix qu'il en demandait tantôt (n'y voyez surtout pas une critique, je suis bien incapable de juger quoi que ce soit en la matière...)

PierreG

Hugues a dit…

En effet Pierre, j'avoue que pour ma part, je à tendance à moins suivre les ouvrages proposés sur ebay en achat immédiat, voire je les zappe.

Mais j'ai également observé des phénomènes étonnants, notamment sur des livres que j'avais mis en vente il y a quelques mois de cela : j'ai listé pendant 3 semaines un ouvrage à un prix fixe de 300 euros. Personne n'en a voulu. Au bout de 3 essais, j'ai démarré à 1 euro, et le livre s'est vendu 420 euros!

Je laisse bien sûr le soin à Bertrand de vous répondre s'il le souhaite. Bertrand est un "membre d'honneur du blog" depuis longtemps pour tout ce qu'il lui a apporté, et c'est aussi pour cela que j'avais mis en lumière quelques uns de ses superbes livres... Il est d'ailleurs possible que j'enchérisse sur certains!

Hugues

bertrand a dit…

Je rentre d'une belle ballade rafraîchissante et venteuse aux alentours du Mont Auxois, et cela fait un bien fou.

Pour répondre à vos derniers commentaires, je dirais qu'en temps que vendeur je n'échappe pas au syndrome "joueur" d'Ebay. Evidemment si je vends ces livres finalement en mise à prix 1 euro sans réserve, c'est pour dégager rapidement une trésorerie dont j'ai besoin pour effectuer d'autres achats du même genre (ah ! l'auto-financement, c'est beau, c'est grand, enfin c'est surtout très petit petit... mais bon, on fait avec).

Donc je prends plaisir aussi en temps que vendeur à voir monter les prix progressivement, ce qui est amusant surtout, c'est de voir les acheteurs potentiels, depuis longtemps tapis dans l'ombre, s'afficher au grand jour.

Concernant les résultats. Advienne que pourra et Alea jacta est comme disait ce bon vieux Jules !

Concernant les ventes en achat immédiat à prix catalogue, cela reste et restera ma méthode de vente sur Ebay pour les mois à venir, tant que je n'aurai pas l'envie ou le besoin faire autrement. Vendre en achat immédiat, c'est vendre moins, même beaucoup moins, mais beaucoup mieux.

En fait je crois, comme Hugues, que dans la vie il faut tout essayer, c'est pourquoi mes livres sont dans ma boutique, sur Ebay, sur Abebooks, sur Galaxidion, sur LRB, sur Achat Cote d'Or (un nouveau disposition local intéressant, valable pour de nombreux département et qui favorise le commerce en ligne des tout petits commerçants et du marché de proximité).

Mais je ne voudrais pas devenir le centre d'intérêt de cet Ebayana, je pense qu'il y a plein d'autres livres à citer que les miens.

D'ailleurs merci à Hugues d'avoir cité la reliure de Lortic sur le Decameron... je sens que je vais m'y essayer en y laissant quelques deniers...

Trop beau ! Devrais-je manger des topinambours jusqu'à la fin de mes jours sur mes genoux...

Amitiés, Bertrand

Bergamote a dit…

Je n'achète que peu de livres dans une année, mais, en lisant ce billet (la partie bibliopégimanie m'intéressant plus particulièrement), je m'aperçois que la quasi-totalité de ce que j'achète est constituée de livres brochés non reliés (normal, je souhaite les relier moi-même :)
A quand une rubrique ebayana "pour Bergamote : magnifique édition originale des oeuvres de blablabla sur papier blablabli ; broché non coupé" ? *clin d'oeil*

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...