« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

mardi 15 juillet 2008

Entraide et demande d'informations

Amis Bibliophiles Bonsoir,

J'aimerais avant tout vous présenter deux nouveaux venus dans ma bibliothèque, sur lesquels je recherche des informations. Ces deux plaquettes ont eu le bon goût d'être très bon marché malgré leurs beaux atours, oui mais voilà, le prix bas a fait que j'ai acheté sans connaître, hélas... :

Le premier : Les Disputes, discours en vers par Ruhlières, à Paris, chez Delessert, An 3ème de la République. Une plaquette de format in-8, reliée en maroquin rouge par Trautz-Bauzonnet.
Son cousin : La Lanterne Magique Nationale, une plaquette slnd, format in-8, reliée en maroquin rouge par Chatelin. On y trouve un ex-libris que j'ai déjà croisé, mais dont je ne me souviens plus s'il a un intérêt ou pas.
Enfin, un jeune libraire bourguignon cherche des informations sur l'ouvrage suivant :
Trium disertissimorum praefationes ac epistolae familiares aliquot : Mureti, Lambini & Regij. Quibus, propter argumenti similitudinem, doctrissimi ac eloquentissimi viri Pauli Manutij prefationes adiunximus, cum indice copiosissimo.
Parisiis, Apud Ioannem de Heuqueville, via D. Ioannis Lateranensis, sub rosa rubeae. 1579. Cum privilegio regis.

1 volume petit in-12 (130 x 85 mm - Hauteur des marges : 120 mm) de 13 feuillets non chiffrés et paginé ensuite 3 à 549, le verso du dernier feuillet contenant l'extrait du privilège.
Ce petit volume est relié en plein parchemin semi-rigide de l'époque, dos à l'encre au dos, traces de lacets. Très bien conservé.

Il s'agirait de lettres familières de Marc-Antoine Muret, Denis Lambin et Louis Le Roy, trois "lumières de l'érudition française du XVIè s." comme on peut lire dans la littérature qui les concerne. Mais rien concernant cette édition de Paris Heuqueville, 1579 ?

Merci!

H

10 commentaires:

Gonzalo a dit…

La lanterne magique nationale semble être de 1790, et a été attribuée (cette attribution tient-elle toujours?) au Vicomte de Mirabeau, frère du célèbre. (google books dixit). Quatre numéros publiés. 1790.

Sans indiscrétion, où as-tu fais ces chopins? (et à quel prix? mais là on atteint l'outrage à la pudeur ;o)

bertrand a dit…

LA LANTERNE MAGIQUE NATIONALE. 1790
In-8 broche' de 38 pp. Reimpression du premier des trois spirituels pamphlets ecrits par le vicomte de Mirabeau (1754-1792) : La voici, la voila', messieurs, mesdames, la lanterne magique nationale, la piece vraiment curieuse. Tourneux II, 11327 ; Hatin, 180. 100 euros (pour la réimpression).

A priori rare.

Amitiés, Bertrand

Martin a dit…

Ludovic Paris (1802-1883, médiéviste, bibliothécaire de Reims) ?

Hugues a dit…

Gonzalo,
Un vendeur sur ebay auquel j'avais déjà acheté des livres me les a proposé directement.
Le prix? Tu ne veux pas vraiment savoir.
Un peu plus que le prix d'un déjeuner de bibliophile.
H

Martin a dit…

Bernard, il s'agit plutôt d'une collection de préfaces pour les lettres familières de Cicero, il en a aussi une édition de 1578, même adresse, même collation.

bertrand a dit…

Je viens de trouver une référence dans la bibliothèque poétique de Barbier-Mueller, il s'agirait de lettres écrites à Lambin, Le Roy et Paul Manuce par Marc-Antoine Muret (notes sur Muret dans la bibliothèque poétique).

Mais où diable Martin, vois-tu Cicero ??

Amitiés, Bertrand

Martin a dit…

Deviné

bertrand a dit…

Tu veux sans doute dire Martin que ces lettres familières de Marc-Antoine Muret à divers, sont faites sur le modèles et selon l'inspiration des mêmes lettres familières de Cicero, lettres d'ailleurs données en français par les soins d'Estienne Dolet en 1541.

Bertrand

Jean-Paul Fontaine a dit…

Martin,

Louis Paris (Epernay, 1802-Avenay, 1887), libraire-éditeur à Paris, séjourna en Russie avant d'être le bibliothécaire de la Ville de Reims de 1838 à 1846,puis à Paris fondateur et directeur du "Cabinet historique" (1855-1876) et bibliothécaire du Ministère de l'Agriculture et du Commerce avait pour ex-libris la devise "Melior doctrina parentum".

Martin a dit…

Non, non, c'était une erreur. J'ai tout simplement deviné: epistolae familiares = Cicero
Et c'est faux.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...