« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

jeudi 28 août 2008

Deux livres de Sebastien Le Clerc

Amis Bibliophiles Bonsoir,

Reprenons nos bonnes habitudes avec un article de Bernard, qui explore pour nous les mondes de la bibliophilie scientifique. Il vous propose aujourd'hui de découvrir deux ouvrages de Sébastien Le Clerc. Merci beaucoup Bernard. Pouvez-vous l'aider à identifier les armes?

Sébastien Le Clerc (1637-1714), graveur renommé, fut l'élève de Charles Lebrun célèbre peintre et décorateur auprès de Louis XIV. Attaché au service du roi, il enseigna à la manufacture des Gobelins. Féru de géométrie et des techniques de perspective qu'il enseigna à l'Académie de peinture, on lui doit un traité de géométrie (1699) et un traité d'architecture (1714).
Louis XIV reçu à l’Académie des Sciences par Sébastien Le Clerc (1667)

Je vous présente deux ouvrages peu courants dans lesquels Le Clerc aborde la physique.

Nouveau système du monde conforme à l’écriture sainte...
Paris, Giffart. 1706.
1 volume in-8 ; (16), 99, (3) pp, 29 gravures dont certaines recto-verso.

Qui peut me dire à qui appartiennent ces armes ?

Pour l’auteur, le soleil n’occupe pas le centre du « système solaire » ; il tourne circulairement avec les six planètes connues à l’époque, autour d’un même point, centre de notre monde. Le Journal des Sçavans du lundy 24 janvier 1707 consacre dix pages à cet ouvrage : « M. le Clerc, sans s’engager dans de profonds raisonnemens de physique, expose en peu de mots ses nouvelles idées, et les preuves dont il les appuye ; et comme il est excellent graveur, on s’imagine bien que le nouveau rôle de physicien qu’il veut jouer icy, se trouve soutenu de tous les secours qui se peuvent emprunter de l’Art, dont il fait son capital ; c’est à dire, que les figures ne sont point épargnées dans ce petit ouvrage, où l’on en rencontre presque à chaque feuillet. M. le Clerc établit d’abord, pour première hypothèse, que le firmament n’est autre chose, qu’une vaste étendue d’eau, qui environne de tous côtez notre tourbillon avec une infinité d’autres, dans chacun desquels est renfermée une étoile ou un corps lumineux, comme le soleil est contenu dans le nôtre. Il prouve cette supposition par l’autorité de la Genèse, où il est dit, que Dieu créa le Firmament au milieu des eaux ; ce qu’il a soin d’éclaircir par un exemple familier et à la portée des moins intelligens, en mettant sous nos yeux, par le moyen d’une figure, un petit enfant, qui en soufflant avec une paille dans de l’eau de savon, y produit quantité de petites bouteilles : image naïve de la naissance des tourbillons dans les eaux du Firmament, et qui est mise dans tout son jour, par une Vignette placée à la tête du livre, dans laquelle on nous représente Dieu le Père au milieu des Tourbillons, qu’il semble former par le soufle de sa bouche seule, au lieu que le petit enfant se sert d’un chalumeau pour enfler les siens ».

Système de la vision fondé sur de nouveaux principes.
Paris, Florentin Delaulne. 1712. EO.
1 volume in-8 ; (10), 151 pp.

Ce petit ouvrage est inspiré par les leçons de perspective que Le Clerc avait données . Les principes de la vision développés sont contaires à ceux de Descartes : « les principes de mes règles qui se tirent de la vision, se trouvant contraires et opposéz aux principes et aux maximes de M. Descartes, m’attiraient souvent des objections, qui m’étant faites par des personnes d’esprit, m’engagèrent insensiblement à faire une étude toute particulière de la manière dont on voit les objets ». Parmi les trente chapitres du livre : Que tout ce que l’on voit distinctement on ne le voit que d’un œil – Que l’œil gauche voit seulement ce que le droit ne peut voir – Qu’un point n’est vu que par un seul rayon, etc.

Merci beaucoup Bernard, une pensée amicale. H

19 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonsoir à toutes et tous, bonsoir Hugues
Content de retrouver le blog. permettez-moi de vous conseiller pour ceux qui ne le connaissent pas un livre découvert lors des vacances:
Des Livres rares depuis l'invention de l'imprimerie.
Coron Antoine. Que des merveilles.
P.S avez-vous une idée où je peux trouver le carteret en accès libre car il n'est pas sur gallica.

Meric, bonne reprise à vous tous
Emmanuel

Anonyme a dit…

Bonsoir à tous,
Je tente une lecture des armes:
"écartelé (au 1 et 4) chevronné d'or et de gueules de 12 pièces, au 2 d'or aux trois pots d'azur, au 3 d'argent à deux fasces bretessées de gueules; sur le tout parti au 1 d'azur au lion d'or couronné et affronté au 2 d'argent au lion d'azur couronné et affronté"
la couronne d'après Segoing, est celle (étrangère donc) d'un archiduc.
Les émaux des armes "sur le tout" sont étranges et j'aurais bien vu simplement "parti d'azur et d'argent aux lions affrontés de l'un et de l'autre" (inversion "naturelle"des émaux qui est peut-être mal rendue par le graveur et l'imprimeur)
Lauverjat

Jean-Paul Fontaine a dit…

Bonjour Lauverjat,

La présence d'hermines ne peut-elle pas orienter les recherches ?

alain a dit…

mais ces armes ne sont elles pas dans la collection d'ex-libris du Blog?

Gonzalo a dit…

> "mais ces armes ne sont elles pas dans la collection d'ex-libris du Blog?"

Tiens! Exact. Et même que ça n'est pas le même exemplaire: la garde est blanche.

Ce qui est intéressant, c'est que je crois que sur l'exemplaire de la collection du blog, il y a également une étiquette en dessous, étiquette de cote sans doute! On va pouvoir jouer à reconstituer le classement!

Allez! courage! Encore trois mille exemplaires à identifier...

Hugues a dit…

Aïe, je crois bien que cet ex-libris de l'exposiiton, qui est effectivement, vient de chez moi... mais alors là... dans quel livre...
Misère... Comment faire?!?!
H

Bergamote a dit…

Voilà enfin une jolie "coupe du monde" *clind'oeil*
Comme d'habitude, ces gravures me laissent rêveuse...

alain a dit…

moi aussi je pense l'avoir "de Marsan" celà vous dit il quelque chose? Mais dans quel livre!!!!

alain a dit…

c'est une erreur de ma part, je viens de retrouver l'exlibris des de Marsan qui n'est pas celui là.
Avec mes excuses

Gonzalo a dit…

>> "Aïe, je crois bien que cet ex-libris de l'exposition, qui est effectivement, vient de chez moi... mais alors là... dans quel livre..."

ha, qu'est-ce que ça doit être bien d'avoir tellement de livres qu'on ne sait plus lesquels regarder.... *soupir*

Hugues a dit…

"ha, qu'est-ce que ça doit être bien d'avoir tellement de livres qu'on ne sait plus lesquels regarder.... *soupir*"

Certes, mais en-a-t-on jamais assez?

Et puis, j'ai travaillé dur à l'école pour en arriver là! ;)
Hugues

Gonzalo a dit…

> "Et puis, j'ai travaillé dur à l'école pour en arriver là! ;)"

Alors là tu exagères! Je t'assure que je bosse! Qu'est-ce que c'est que ces sous-entendus?!

Bernard a dit…

Alors, Hugues, pas encore trouvé?

Hugues a dit…

Gonzalo, j'ai pas dit beaucoup, j'ai dit "dur"! :p

Bernard : je cherche, je cherche, mais ça va être long!

Hugues

Anonyme a dit…

bonjour à tous et merci Jean-Paul

Certes la Bretagne porte "un champ d'hermine" (qui est à lui seul un émail nommé fourrure) mais bien d'autres maisons et pas seulement bretonnes portent d'hermine (exemple: de Coigne en Poitou, Berry, Touraine originaire du Portugal?). Ici les pièces d'hermine sont dans les fleurons de la couronne ou "bonnet de l'Archiduc", Segoing en représente une dans son "Trésor héraldique ou Mercure Armorial " Paris 1657, in folio que j'ai sous les yeux avec ces hermines et un liseré de perles sur la bordure supérieure comme ici.
La piste allemande est intéressante. Les grands électeurs de Cologne ou de Bavière portent aussi ce style de "bonnet d'écarlate rebrassé d'hermine, diadèmé... " (Encyclopédie). J'ai un peu cherché chez les électeurs du Saint-Empire. Il y en a neuf ...
Avez vous remarqué autour des armoiries le feston floral? Je n'en connais pas la signification. Le manteau est un manteau ducal.
Lauverjat

alain a dit…

La forme d'écu ovale n'est elle pas réservée aux dames?

Anonyme a dit…

L'écu ovale est plutôt un usage italien, ailleurs je ne crois pas qu'il ait de valeur. Les filles en France portaient un écu en losange, mariées elles le gardes souvent ainsi (cf les filles de Louis XV bibliophiles)
Lauverjat

Anonyme a dit…

pas d'"s" à gardent!
Lauverjat

Anonyme a dit…

l'écu "sur le tout" est celui de gueldre et de Juliers, il se lit "parti au 1 d'azur au lion contourné d'or armé lampassé et couronné de gueules* au 2 d'or au lion de sable** armé et lampassé de gueules"
*(ce qui est invisible gravé en noir et blanc)
**(il devrait "sortir" en noir intense sans rayures horizontales mais soit l'impression est mauvaise, soit la reproduction est trompeuse, soit le graveur s'est trompé!)
amitiés
Lauverjat

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...