« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

mardi 9 septembre 2008

Entraide, entraide et petite liste de livres

Amis Bibliophiles Bonjour,

Je vous transmets aujourd'hui les demandes de deux habitués du blog, Olivier et Pierre, qui cherchent des informations sur les ouvrages suivants :

Olivier a acquis l'ouvrage ci-dessous. "Un manuscrit de réemploi recouvre l'intégralité des plats. Et Olivier se demande si l'on peut identifier l'ouvrage, voire dater le manuscrit et... question subsidiaire ce qu'il convenait d'en faire le livre n'ayant pas d'intérêt (recueil de décrets et lois de l'an X). Il avoue avoir pensé les faire extraire par un professionnel pour les mettre sous verre...". A la réflexion, Olivier, j'ai bien peur que nous ayons besoin d'images plus précises et d'une plus grande résolution pour vous aider. A moins que vous ne nous recopiiez le texte, ou une partie au moins.



Pierre de son côté a acquis cet ouvrage et cherche à en identifier les armes. C'est un joli maroquin rouge traitant de la semaine sainte par l'abbé De Bellegarde et imprimé en 1732 par Jacques Collombat.

Enfin, Florence a quelques livres à proposer, une courte liste d'ouvrages. Si cela vous intéresse, vous pouvez la contacter pour en parler : Florence.Petit1@ac-lyon.fr

MAROUSSIA, de Stahl. Ed Hetzel, sans date, 22 planches hors-texte et nombreuses vignettes de Th. Schuler. Bon état, couverture d'origine,rouge avec dessins dorés, un peu défraîchie. Tranches dorées. Format 18x24.
L'ENFANT DU NAUFRAGE, de S.W. Baker.Hachette, 5e édition, 1880. 10 gravues sur bois. Comprend, au verso de la 1ère de couverture, une affichette "1er prix de poésie". Couverture d'origine rouge avec motifs dorés, tranches dorées. Format 18x24. Bon état.

LA ROCHE AUX MOUETTES, de Jules Sandeau. Ed. Hetzel, sans date. Dessins de Bayard et Ferrat. Couverture d'origine rouge avec motifs dorés, tranches dorées. Format 18x24. Les 2 premières pages sont détachées.
AVENTURES DE TROIS FUGUTIFS EN SIBERIE, deV. Tissot et C. Améro. Hachette, 1882. Couverture d'origine rouge avec motifs dorés, tranches dorées. Format 18x24. Bon état. PERDUS DANS LES GLACES, de I.J. Hayes. Hachette, 1879. 5e édition. 58 gravures sur bois. Couverture d'origine rouge avec motifs dorés, tranches dorées. Format 18x24.

Ce n'est pas de la haute bibliophilie, mais s'ils intéressent l'un d'entre nous/vous, autant qu'ils ne finissent pas ailleurs.

H

15 commentaires:

Jean-Paul Fontaine a dit…

Pour Pierre : armes de Louis XV.

Olivier a dit…

Oups j'ai oublié (et depuis longtemps) mon Gaffiot et je ne parle pas des abréviations... S'il y a preneur je transmets les photos en haute résolution...
Amicalement,
Olivier

Anonyme a dit…

Merci Jean-Paul,

Dans la rubrique "je ne sais pas mais je veux bien qu'on m'apprenne..." ( on peut aussi faire référence à la parabole du pecheur) pourriez-vous m'aider et m'indiquer un ouvrage de référence à posseder ou un site naviguable qui pourraient palier à mon incompétence sur la détermination des armes?
Très cordialement. Pierre

Anonyme a dit…

Deux livres incontournables:
l'armorial du bibliophile (1 volume) et le nouvel armorial du bibliophile (2 volumes)

Téléchargeables sur gallica:
Armorial:
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k77491b

Nouvel armorial:
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k77498r

et

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k774993

Il suffit de mettre dans la case recherche libre de gallica les numéros suivants:
N077491
N077498
N077499

Anonyme a dit…

Hugues,

Un petit accroc à votre image de bibliophile curieux… :) Une phrase vous a échappé à propos des percalines et des polychromes présentés par Françoise. Basse bibliophilie, dites-vous !
Je ne crois pas que ce jugement soit juste.
Sans être un spécialiste, je pense qu’en fait de « livre - objet d’émotion », les jolies reliures et les illustrations de la fin du 19eme et du début du 20eme siècle n’ont rien à envier au 18eme en terme d’originalité et d’image. La qualité des collections Hetzel peut donner satisfaction au bibliophile. Je regarde à l’instant les Buffons des familles ou de la jeunesse, les André Laurie, les Legouvé ainsi que le magnifique Bonaparte de Job et Montorgueil… Je pense au « Mireille » illustré par Burand et au 1er plat des « 35 ans de campagne en Chine et au Tonkin » par Courbet et Rivière et illustré par Marie et Brun. Quel travail et quel résultat !
Y a-t-il des amoureux de ce type d’ouvrage sur le blog ? Serais-je le seul avocat (laudateur semble plus approprié) des percalines?
Cordialement. Pierre

Je remercie "anonyme" pour les références sur les armoiries. J'ai moi aussi quelques problemes avec mon compte google blogger depuis les derniers orages...

Hugues a dit…

Allons allons Pierre, le soleil aura dû taper un peu trop fort aujourd'hui... Sourire: je n'ai jamais ni écrit, ni pensé, que les livres de Françoise étaient de la basse bibliophilie... alors ne me le faites pas dire.
J'ai toujours défendu ici toutes les bibliophiles, de la série noire à l'incunable, sans établir de classement, et Bertrand peut en témoigner.
J'avais, peut-être à tort, précisé que ce n'était pas de la haute bibliophilie parce que si ces livres sont attachants, ils sont assez communs... et que si je commence à passer des annonces pour ce type de livres sur le blog, je vais y passer mon temps, sans que vous n'y trouviez forcément de l'intérêt. J'ai choisi pour cette fois de le faire, pour rendre service à Françoise.
H

Anonyme a dit…

Hugues,
Je savais que vous monteriez vite "dans les tours" et je n'ai jamais douté de votre respect pour les beaux livres polychromes. C'est mon côté "taquin"! Bertrand qui travaille sur son catalogue aurait réagi encore plus vivement peut-être...
Il n'empêche. Si quelqu'un a le "Louis xiv" illustré par Job je l'envie... Je l'ai vu chez mon grand père quand j'étais enfant et il a disparu suite aux déménagements. C'est resté ma "madeleine de Proust" et sûrement le catalyseur de ma passion.
Cordialement. Pierre
Pardon à Françoise qui s'appelle Florence...

Anonyme a dit…

Bonsoir,
Pour répondre à Pierre, l'ouvrage de référence, le plus complet, mais pas exhaustif, pour le bibliophile français est le
"Manuel de l'amateur de reliures armoriées françaises". Par Olivier, Hermal & Roton. Paris, Bosse, 1924-1938 en 30 volumes grand in-4° (dit l'O.H.R). Coûteux pour un amateur occasionnel il vaut mieux le consulter en bibliothèque.

Il existe aussi l' Armorial du bibliophile de Guigard Joannis, Paris, 1870-1873 en deux volumes in-4 seulement (indiqué en ligne, merci)

Pour comprendre et lire les armoiries (et aborder le "vocabulaire" qui permet de s'y retrouver dans les armoriaux) il faut recommander les ouvrages modernes de Michel Pastoureau, "traité de héraldique", Paris, Picard 1979 et 1993
et "les Armoiries lecture et identification", Inventaire général, Spadem, 1994.

Lauverjat

Raphael a dit…

Olivier,

Je ne sais pas à quel point vous-même ainsi que les autres « chercheurs » du blog en sont arrivés de l’interprétation de votre manuscrit. Ce latin fortement contracté est épouvantable à lire pour un dilettante. Je n’ai personnellement pas encore pu retrouver trace du texte qui n’a pas l’ait très répandu dans les sources électroniques consultées. Rien chez St Augustin ni St Thomas d’Aquin (mais peut-être déjà trop tardif ?) dont les Opera Omnia ont l’air de bénéficier de bons moteurs de recherche dans le texte. Rien n’ont plus dans the Latin Library en consultant les auteurs chrétiens et médiévaux. Bien sûr rien dans Google et Google books. Mais tout cela aurait besoin d’être évidemment confirmé, vu et revu.
Le jeu de sondes courtes que j’ai utilisé est issu des deux plats :
(1)
- caritas ad diligend(a)
- justicia ( ?) bo(n)itate et veritate (…) et luce(m) act(us)
(2)
- vitale(m) et animale(m)
- Hic mod(us) qui e(st) a (..) corpore in corp(us) …modu(m) voluntariu(m)

Tout cela sent sa Somme théologique : charité, bonté , vérité, lumière (peut-être une allusion dans ce passage à St-Paul (fructus enim lucis est in omni bonitate et justitia et veritate (saint Paul aux Éphésiens, V, 8-9). Le développment aussi sur la source de l’esprit vital, animal et sur la notion de volonté qui est un mouvement qui part de la tête et s’étend au corps, se retrouve dans d’autres textes.
A vous de trouver un spécialiste sérieux maintenant mais j’ai dans l’idée (peut-être fausse) que ce texte est rare.

En ce qui concerne la question de sa conservation, je le garderai tel quel s’il m’appartenait. Son emploi est révélateur de l’intérêt qu’on y portait en son temps et nous ne sommes pas si loin de l’époque de la vente des biens nationaux. Peut-être est-il issu de la dispersion révolutionnaire. Témoin d'un époque et d'un regard, comme nous les aimons.

Raphael

Olivier a dit…

Merci Raphael!
Je vais creuser de mon côté dès que j'aurai une minute à moi. Quant à ce qu'il convient de faire de la reliure, j'avoue que je suis partagé. Je suis d'accord sur le côté "témoignage" néanmoins, s'il s'agit d'une page complète coupée en deux pour les besoins de la reliure n'y-a-t-il pas quelques bonnes raisons pour rassembler les deux parties? Enfin cela permettrait de profiter du verso (qui est peut-être le recto...).
A vrai dire, elle n'est dans ma bibliothèque que depuis 10 jours, aussi... il est urgent d'attendre. Par ailleurs il me reste à retrouver les 52 autres volumes de cette collections de lois et décrets afin de reconstituer l'ensemble ;-))
Amicalement,
Olivier

Hugues a dit…

En ce qui concerne la question de la séparationrel, sans hésiter, je suis du même avis que Raphaël. Il faut préserver l'existant.
H

Vincent P. a dit…

Bonjour,

Contrairement à Raphaël et Hugues je ne suis pas contre le fait d'enlever ces feuillets de la reliure: livre acheté à dessein par Olivier et d'un intérêt très mineur puisque c'est une série impossible à reconstituer...

Plusieurs interrogations cependant.

Le second côté ne sera sans doute ni lisible ni exposable car contrecollé, et de toutes les façons il faudra mouiller les plats, d'où des difficultés même pour conserver en l'état l'encre et les belles lettrines rubriquées du "bon côté".

Etes-vous certain Olivier qu'il s'agisse uniquement d'un même feuillet? Certes on peut bien avoir 3 colonnes par feuillet mais là ça ferait à mon avis très (trop!) large. En regardant mieux maintenant je pense que vous avez 2feuillets.

Je ne voudrais pas m'avancer mais ces rubrications bleues et rouges, avec celle très belle qui représente un oiseau (très long cou et tête entre les 2 colonnes) sur le 1er plat, sont bien antérieures au 15eme siècle.

Enfin voilà!

Amicalement,
Vincent P.

bertrand a dit…

J'ai eu un incunable in-folio de 1492 dont la couverture souple était faite entièrement dans des feuilles de parchemin exactement du même type, mêmes lettres en couleurs, même décors, etc. Je précise que la couverture de cet incunable était d'origine et bien qu'il s'agissait d'un parchemin de réemploi il était évident qu'elle formait un tout avec l'incunable qu'elle recouvrait. J'avais fais dater par un expert en manuscrits anciens de la BM de Dijon cette couverture... elle datait d'après le texte et les décors en couleurs des environs de 1350-1380... Ca laisse rêveur.

Hélas je n'ai plus cet incunable pour vous en faire des photos... malheur de libraire que de perdre ses enfants l'un après l'autre...

Amitiés, B.

Olivier a dit…

Bonjour,
A Vincent :
- Si cela risque d'endommager voire de détruire le manuscrit, la messe est dite... C'était tentant car le verso apparaît en transparence...
- Quant à mon hypothèse concernant le fait qu'il s'agisse d'un même feuillet, elle vient du fait que le texte de la troisième colonne soit, autant que je puisse en juger, coupé à peu près à la moitié de la largeur des deux autres... Le relieur de l'An X s'est-il compliqué la tâche au point de tailler deux feuillets différents?
A Bertrand :
- sur un incunable cela devait être spectaculaire!!
- Je vais pour le moment m'en tenir à une hypothèse seconde moitié du 14ème. D'ailleurs en flânant parmi les bibliothèques virtuelles de manuscrits, c'était à peu près la période que j'avais en tête...

Reste à situer le texte... Je vais tenter de mettre la main sur un spécialiste...
Amicalement,
Olivier

Charles a dit…

Bonjour,

Une collègue de l'université est spécialiste de l'identification de ces textes (elle décode les plats pour les ouvrages que j'achète pour l'université). Si je peux avoir une excellente résolution, je pourrai vous dire de quoi il s'agit et le dater.

Cordialement,

Charles

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...