« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

jeudi 11 décembre 2008

Identification / entraide

Amis Bibliophiles Bonsoir,

Je vous prie de m'excuser, je n'ai pas toujours le temps de répondre aux emails que vous m'envoyez chaque jour, mais je le ferai! Voici déjà un extrait de vos envois et questions:

1. Pierre aimerait savoir si vous pouvez l'aider à identifier un ex libris intéressant qui figure dans "Les Lettres d'une Péruvienne de Mme de Graffigny, 1797, Didot". Il a envoyé la photo à la Société française d'ex-libris, mais sa requête est restée sans réponse. L'un d'entre vous pourrait-il l'aider ? Selon Pierre, c'est certainement un militaire et un des quartiers est Montmorency mais c'est tout ce qu'il peut dire.


2. Proposition assez étonnante, mais qui trouvera peut-être un écho chez l'un d'entre vous: Patrice possède un cap de reliure. Après différents stages en atelier de reliure dont un de 8 mois à la Bibliothèque Nationale il est actuellement élève aux Ateliers d'Arts Appliqués du Vésinet en restauration de livres anciens, en deuxième année. Il cherche en fait des bibliophiles (courageux, NDLR) ayant besoin de quelqu'un pour ranger, nettoyer, dépoussièrer leurs livres anciens. Il peut auss entretenir vos livres, les cirer et les passer au savon Brecknell. Si cela vous intéresse, contactez-moi, je transmettrai.

3. Joelle, recherche des informations sur le relieur Leca, qui aurait notamment une lettre de Paul Valery à Albert Thibaudet à propos de Mallarmé et probablement un manuscrit inachevé de Mallarmé. Jamais entendu parler de ce Leca (et bigre, je n'ai toujours pas le Fléty!), et vous?

Hugues

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour,
Oui j'ai le Fléty donc:
"LECA, Jean, relieur, 16 rue Duvivier à Paris. Né à Toulon, le 11/11/1906, entra comme apprenti chez Jean Duval en 1919, puis chez Mme Vve Henry Joseph de 1921 à 1923. Pendant les années qui suivirent et jusqu'en 1939, il travailla successivement chez Saulnier, chez Weil, chez Gonon, chez Bernasconi et Goix, chez Klein et à la Persévérante. Mobilisé en 1939,prisonnier en 1940, rendu à la vie civile en 1943, reprit pendant quelques mois son emploi à la Persévérante et quitta le métier où il revint pourtant en avril 1952. Dans l'intervalle il accéda au titre de Meilleur ouvrier de France en 1949. Etabli comme artisan en 1954, il exerça jusqu'au 31 décembre 1973. Il prit alors sa retraite et mourut le 2 mars 1982."
Lauverjat

Anonyme a dit…

Ex-Libris: La solution comme toujours réside dans la lecture (un peu plus ardue que le Fléty)

Ces armes peuvent se lire: écartelé au 1 et 4 , d'or au lion de gueules, couronné de même ; au 2 et 3 , contre écartelé au 1 et 4 de France au bâton péri en bande de gueules qui est de Bourbon-Soissons, au 2 et 3 , d' or à la croix de gueules cantonnée de 16 alérions d'azur, sur le tout au lion de gueules armé, lampassé couronné d'or... qui est Montmorency-Luxembourg ; sur le tout du 2 et 3 : de gueules au pal d'argent, chargé de trois chevrons de sable qui est Neuchâtel. La couronne est celle d'un duc
le candidat à ces armes est Marie Charles Louis d'ALBERT de Luynes, duc de Montfort et de Chevreuse seigneur de Luynes, de Dunois, de Noyers, colonel général des dragons gouverneur de Paris (24/4/1717-1771) il épousa en premières noces Thérèse Pélagie d'Albert de Luynes morte sans postérité le 5 juillet 1736, en secondes noces Henriette Nicole Pignatelli d'Egmont, d'où cinq enfants. Je n'ai pas vérifié si ces armes peuvent convenir à un de ces enfants ou petits enfants vu la date du livre.
Cf:
versailles.forumculture.net/ce.../henriette-nicole-pignatelli-degmont-duchesse-de-chevreuse- t2078.htm

Lauverjat

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Il est quand même fort , Lauverjat !

Kristian a dit…

Bravo ! Pourriez-vous conseiller un livre pour apprendre à lire les blasons, quels sont les différents types de couronnes, etc. ? Merci d'avance !

L'Ex-Libris Français a dit…

Nous avons envoyé l'identification de cet ex-libris directement au demandeur.
En toute amitié
l'A.F.C.E.L.
(Association Française pour la Connaissance de l'Ex-Libris)

Anonyme a dit…

Bonjour Kristian,
un ouvrage simple pour commencer: "les armoiries, lecture et identification, Michel Pastoureau, l'inventaire, 1994.
Les couronnes: duc, marquis, comte, vicomte, baron; plus les rois (de France, d'Espagne, d'Angleterre,.. la couronne d'archiduc, des princes de sang, ..)
Bref un sujet d'article pour le blog...
Lauverjat

Kristian a dit…

Merci !

L'Ex-Libris Français a dit…

Bonjour,

Je vous écris en réponse à votre demande d’identification d’un ex-libris héraldique.

Il s’agit de la marque de Marie-Charles-Louis Albert duc de Luynes et de Chevreuse, Pair de France, Chevalier du St-Esprit, Prince de Neufchatel et Vallengein, Maître de camp du regt. de Cavalerie à son nom, gouverneur de Paris. 1717-1771. Marié avec une petite cousine Thérèse Pélagie d'Albert. [Côte du répertoire GMN-A1271]

Gravé au burin par Claude ROY / 18ème siècle / 78x68 mm

1er état : écu posé sur 5x2 drapeaux en sautoir

H : écartelé aux 1 et 4 : D’or au lion de gueules lampassé et couronné (ALBERT) ; aux 2 et 3 : contre-écartelé a) et d) : d’azur à 3 fleurs de lys d’or au bâton alaisé de gueules en bande et à la bordure de même (BOURBON-SOISSONS) ; b) et c) : d’or à la croix de gueules cantonnée de 16 alérions d’azur (MONTMORENCY). Sur le tout : d’or à 4 pals de gueules chargés de 3 chevrons d’argent (NEUFCHATEL).

Je reste à votre disposition pour tout autre renseignement.

En toute amitié

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...