« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

Trois coups de coeur à suivre

mercredi 25 février 2009

Miscellanées de Monsieur H.

Amis Bibliophiles Bonsoir,


Quelques miscellanées:

1. Yves vous soumet la questions suivante, pourriez-vous l'aider? 
"Professeur d’histoire de l’art moderne à l’Université de Tours et au Centre d’études supérieures de la Renaissance, je co-dirige la base Architectura et plus particulièrement le site “Les livres d’architecture”, que vous connaissez peut-être ( http://architectura.cesr.univ-tours.fr/ ). Je me permets de m’adresser à vous car je suis depuis longtemps à la recherche d’un ouvrage du XVIe siècle, une traduction française du traité de l’Allemand Hans Blum parue sans nom d’auteur à Lyon en 1562 sous le titre Les cinq ordres des colomnes de l’architecture, c’est à savoir la tuscane, dorique, yonique, corinthie et composite..., chez le libraire Jean Le Maistre (5 feuillets grand in-folio – ce qui me fait craindre que le traité soit caché anonymement dans quelque réserve que son conservateur n’a pas les moyens de cataloguer...). Selon toute vraisemblance, il y a eu une réédition vers 1650 chez François Demasso, toujours à Lyon – édition trouvée par miracle à la bibliothèque de Dijon, et que nous avons pu mettre en ligne sur Architectura à la rubrique “Blum”. L’édition originale est signalée par Baudrier, Bibliographie lyonnaise..., Paris, 1964, 1, p. 244. Elle est mentionnée dans le catalogue des estampes de la BnF, mais à titre de complément, et le volume n’est pas dans les rayons. J’en avais repéré un autre exemplaire à Berlin, mais j’ai appris qu’il avait disparu sans doute pendant la guerre. Baudrier mentionne aussi comme référence un “cat. Potier 1860, n° 692”. 
Pensez-vous pouvoir nous aider dans cette recherche, ou serait-il possible de soumettre la question à la science inépuisable de vous interlocuteurs? Une idée?

2. De son côté, Benoît aimerait vous interroger sur des reliures portant la garde "Rel exécutée pour la lib Louis Conard". Des bibliophiles ou libraires savent-ils de qui sont ces reliures? Benoît a vu sur l'un de ces ouvrages une annotation manuscrite rajoutée précisant que la reliure était de Canape ou Carayon. Sa question: "Ces reliures sont de belle qualité, et personnellement, je trouve que certains travaux sont très proches de travaux de Canape. Alors, quid de ces reliures?"

3. Grande nouvelle, le livre de notre amie Bergamote est arrivé, tout chaud. Vous pouvez trouver plus de renseignements ici: http://bergablogue.blogspot.com/2009/02/je-publie-un-livre.html
Si je compte bien, c'est la troisième lectrice du blog qui publie un livre cette année. Félicitations, à offrir de toute urgence à la personne qui est préposée aux desserts chez vous!
4. Suite à l'article d'Olivier sur la Revue des Livres Anciens, Patrick m'avait envoyé une image... La voici. Le contexte? Le 14 mai 1926 on vendait à Drouot ( leopold Carteret expert) des manuscrits de Pierre Louÿs et parmi ceux ci 45 cahiers de notes et documents bibliographiques (en 2 numéros) et dans un 3° numéro 27 feuillets de notes sur divers ouvrages anciens dont "sur un petit livret intitulé Antiperistase " et " Raphael du Petit-Val imprimeur de Rabelais" avec une belle reproduction en pleine page. La voici!

H


6 commentaires:

Bergamote a dit…

Merci Hugues pour l'annonce de la parution de mon livre, ça me fait vraiment plaisir :)

Peux-tu me rafraîchir la mémoire quant aux deux autres lecteurs du Blog du Bibliophile qui ont publié un livre cette année ?

Romain a dit…

Bonjour,

En réponse à la réponse de Benoît : Conard (quel nom...), éditeur réputé pour ses éditions complètes (notamment d'œuvres d'auteurs du 19ème siècle : Balzac, Flaubert...) faisait souvent relier une série d'ouvrages en demi-chagrin (ou demi-maroquin ?) (cinquante ou cent, à vérifier) et les proposaient ainsi dans son catalogues (ou au dos de ses volumes, dans l'annonce des parutions à venir) un peu plus chers que les volumes brochés, pour les amateurs qui le souhaitaient.

Le relieur (ou plutôt, l'atelier) qui se chargeait de ses reliures était bien celui de Canape (je n'ai jamais vu fait mention de de Carayon mais c'est à vérifier).

Le relieur canape lui même n'a certainement jamais mis la main lui-même sur une de ces reliures et elles devaient être réalisées en série par les petites mains de son atelier. Il s'agit souvent de demi reliures marrons à dos lisse (je ne sais plus s'il y avait ou non des coins).

Il me semble que l'on peut parler à ce propos de "reliures d'éditeur" furent-elles réalisées par l'atelier de Canape.

Si ces reliures sont en effet bien réalisées, elles se rencontrent toutefois très couramment et relèvent de la production de série (comme l'étaient certaines reliures d'éditeur - bien réalisées aussi - qui habillaient par exemple les éditions Lemerre au 19ème siècle).

Je pourrais être un peu plus précis si j'avais mes livres sous la main (ils sont actuellement en caisses entre deux déménagements) car j'ai quelques éditions Conard brochées où ces reliures de Canape sont annoncées dans le catalogue de l'éditeur in-fine.

Bien cordialement,

Romain

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Pour "le Blum", je suppose que vous avez interviewé Guy Parguez, à Lyon ?

Wall a dit…

merci à Romain pour cette réponse.

Ces reliures de Canape sont donc un peu comme les demi-reliures de Thouvenin: bien exécutées et de bonne qualité.

Je rapprochais ces demi-reliures, plus souvent à coin de mémoire, de travaux similaires de Canape.

Il n'y a pas non plus que des demi-reliures, je me souviens aussi d'un livre en plein maroquin rose/violet très pale, dos à caissons dorés qui m'avait tiqué dans l'œil ou de demi-reliures avec de petites mosaïques, très simples, sur les dos.

Benoit

Romain a dit…

Bonjour Benoît,

Je n'ai jamais vu les livres de la librairie Conard en pleine reliure. Peut-être l'éditeur en faisit-il tirer quelques exemplaires ainsi pour les grands papier. A vérifier (il faudrait simplement mettre la main sur un catalogue Conard).

A on goût par contre, les demi-reliures de Thouvenin étaient quand même plus jolies (et à mon humble avis plus précieuses) que ces reliures de Canape exécutées pour Conard. Elles sont moins courantes aussi.

Bonne journée,

Romain

Anonyme a dit…

bonjour,

Pour vous contredire, je ne suis pas si sur que les demi-reliure de Thouvenin soit moins courantes. Il sortait tous les ans de l'atelier de Thouvenin 3000 volumes en demi-reliure!

Quand à la beauté, je suis d'accord avec vous, mais nous sommes dans deux esthétiques très différentes, et qui sont celles qui m'attirent le plus. (Restauration et 1900/1930)

Benoit

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...