« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

jeudi 18 juin 2009

La Nouvelle Revue des Livres Anciens

Amis Bibliophiles Bonjour,

Nous avons posté les exemplaires de la Nouvelle Revue des Livres Anciens hier et ils devraient donc vous parvenir entre aujourd'hui et samedi matin pour la France, selon les performances du bureau postal de votre domicile.

Nous attendons avec impatience vos commentaires et vos critiques éventuelles. Si vous n'aimez pas, merci de ne dire pourquoi, nous en tiendrons compte pour le second numéro.

H et JP.
nrlanciens@gmail.com

33 commentaires:

Antoine a dit…

Je viens de la recevoir. A première vue, un superbe travail. De la lecture en perspective pour l'après-midi !

Pierre a dit…

Des articles variés qui me ravissent. Du très beau travail d'impression et de mise en page. Des signatures et une personnalisation pour les premiers souscripteurs. Beaucoup de petites attentions et une très bonne intention.

Ce sera pour moi une très belle journée d'été consacrée à la lecture.
Ce sera pour vous la légitime fierté du devoir accompli ; à ce moment précis, le préfet se lève et accroche à votre revers de veste la médaille méritée...

Merci. Pierre

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Pierre,
Rien de particulier page 75 ?

Jean-Luc a dit…

Haha ! Pris en flagrant délit de copinage.
A première vue, ce numéro premier m'a lair très... Rémois. Vivement ce week-end que je me plonge dedans et vivement lundi que nous en débattions ensemble.

Olivier a dit…

Je l'ai ! Je vous laisse j'ai à lire...
Olivier (n°85)

Anonyme a dit…

Quel plaisir que de découvrir son nom parmi la liste des cent premiers sopuscripteurs ! J'en suis à la moitié du très bel article de M. Galantaris, et n'ai pour l'instant remarqué que trois fautes typographiques ;-)

Agréable surprise que cette revue tant attendue et bravo à tous ceux qui y ont contribué !

Julien (n° 19)

Hugues a dit…

Cher Julien,
Les exemplaires ayant des fautes typographiques ont été réservés aux "sopuscripteurs". Sourire.
C'est vrai, il y a quelques fautes, pardonnez deux débutants, mais n'oubliez pas que ce sont ces petits défauts qui, comme chez un homme ou une femme, font tout le charme!
Hugues

Anonyme a dit…

Hugues,

Je vous taquinais, vous l'aurez compris. Ca m'a l'air très bien pour un premier numéro et je réitère mes félicitations aux heureux papas du nouveau né ! Mais, ne perdez rien pour attendre, je réserve mes vraies critiques, ou commentaires admiratifs, quand j'aurais tout lu. J'apprécie pour l'instant la finesse du propos liminaire de Christian Galantaris, qui, d'ailleurs, n'est pas surprenante quand on est habitué à lire ses fiches.

Julien

PS : quand souscrit-on aux numéros 3 et 4 ?

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Anonyme a dit…

Le texte de Christian Galantaris est une véritable gourmandise. On se sent mis à nu.

Bravo pour ce premier exemplaire.

n°13.

Anonyme a dit…

un seul mot FELICITATIONS

(N°10)

Anonyme a dit…

J'ai oublié d'ajouter que l'interview sur la librairie chartraine est extrêmement intéressant et rend ces haut-libraires qui entretiennent la haute-bibliophilie pour les haut-bibliophiles extrêmement attachants.



n°13

Frédérick a dit…

avant tout, félicitation pour le nouveau bébé. Je l'ai reçu ce matin, et malgré mon travail, je l'ai compulsé avec la frénésie de celui qui découvre un catalogue. Première émotion, mon nom au côté des 99 premiers souscripteurs. L'impression d'être de l'aventure se transforme alors en certitude. Je n'ai pas encore tout dégusté, mais le texte de M. Galantaris est exceptionnel... Il est vrai que par curiosité, j'ai lu ensuite l'interview de Sourget... très bon... j'en ai parlé brièvement avec lui au Grand Palais cet après-midi. Je me réserve la suite pour demain. Les texte de M. Fontaine, Nodier, etc... Dans les allées du Grand Palais, j'ai entendu parler de la revue, chez le libraire James notamment.
Mais il est tard, j'attends les commentaires des lecteurs. En ce qui me concerne, et même si je n'ai pas encore tout lu, c'est du tout bon.
Vraiment, en toute sincérité, et après un tel labeur, châpeau bas messieurs.

Olivier a dit…

Pour le clin d'œil... Offrez-vous le livre qui scella la rencontre du couple Sourget ;-)
http://cgi.ebay.fr/MEMOIRES-DE-JOINVILLE-ARMES-de-Jean-le-Camus-1666_W0QQitemZ180370585220QQcmdZViewItemQQptZFR_GW_Livres_BD_Revues_LivresAnciens?hash=item29feecb684&_trksid=p3286.c0.m14&_trkparms=65%3A10|66%3A2|39%3A1|240%3A1308|301%3A1|293%3A1|294%3A50

Pour ceux qui ne saisissent pas le clin d'œil, achetez la NRLA!

Thierry a dit…

Elle est arrivée!!
Merci et bravo.

Anonyme a dit…

Pour le clin d'oeil, je n'ai pas encore reçu la NRLA, mais cette anecdote "chartraine" est ressassée depuis presque 20 ans maintenant...Où la fable de la magistrate et du banquier revue et corrigée par la légende de la bibliophilie.
Fred.

Anonyme a dit…

Chers Hugues et Jean-Paul, Je suis un fidèle lecteur du superbe et passionnant forum créé par Hugues, cette place publique sur laquelle se rencontrent autour du LIVRE tant de passionnés érudits souvent, espiègles parfois, amoureux des livres toujours. Je m’y promène chaque soir avant d’aller me coucher vidé des soucis quotidiens et empli de beaux textes et de jolies images qui peuplent ensuite mes rêves. J’ai reçu ce matin la nouvelle revue et l’ai parcourue, admirée puis entièrement lue et relue encore. Je félicite ses auteurs pour cette belle initiative, pour le courage et la ténacité qui ont été les leurs pour conduire ce beau projet à son terme, et enfin aujourd’hui pour la qualité de la publication. Hugues souhaite que nous lui exprimions notre avis ; avec précaution, car publiant moi-même des ouvrages je sais ô combien il est délicat de faire des choix en matière éditoriale (ligne, iconographie…), je voudrais juste regretter : que la ligne éditoriale de la revue ne se rapproche pas davantage des rubriques du forum (les rubriques du sommaire me semblent hermétiques, et j’aurais imaginé une articulation plus classique autour des grandes rubriques de la bibliophilie : reliures, images, ex-libris, libraires…) et que le parcours intérieur de la revue soit si austère (il faut attendre la page 49 pour avoir une première illustration en couleur mais peut-être était-ce une question de coût qui a nécessité le regroupement en un cahier des illustrations en couleur). Mais hormis ces deux regrets, la lecture des articles est passionnante et il est très troublant d’y reconnaître analysés les symptômes dont on souffre et qui nous ont finalement conduits à devenir souscripteurs de cette superbe revue. Longue vie à elle et félicitations aux géniteurs. Bien à vous. Pierre

Anonyme a dit…

J'ai reçu mon exemplaire ce matin. J'en ai commencé la lecture après le déjeuner et je repose mon exemplaire à l'instant. Repus. C'est magnifique et l'on passera vite sur les petits défauts si caractéristiques des premiers numéros.
Bravo
J

Anonyme a dit…

Bravo!!! C'est superbe. Et tout ce travail à 3!

JFJ a dit…

Bien reçu
Cette belle revue
Pas encore tout lu
Mais pas du tout déçu...

Pour quand la prochaine ???
En tout cas merci à toute l'équipe pour cette réalisation de qualité.

Jean-Marc a dit…

Le déjeuner des bibliophiles, en marge du Salon du Livre ancien du Grand-Palais, a été l'occasion de recevoir, en mains propres, la revue.

Je n'ai eu le temps que de la parcourir et de lire les deux articles qui introduise et clôture la revue. Le premier est l'excellent article de Christian Galantaris, dans lequel on retrouve ce style fluide et agréable qui faisait tout le charme de son Manuel de Bibliophilie. C'est une hommage à la bibliophilie et aux bibliophiles. L'autre article est l'interview de Patrick Sourget. Il me semble moins indispensable. Faire 5 pages sur la Haute-Librairie, avec majuscules, est comme un démenti au propos de Christian Galantaris, qui, dans sa grande sagesse, se fait le chantre d'une bibliophilie où chacun peut trouver sa place, tant que l'amour exigeant du livre, comme contenu mais surtout comme objet, y est. On est loin des explications un peu prosaïque sur l'évolution du chiffre d'affaire de Sourget comparé à celui de Berès.

Malgré cette petite réserve, que je soupçonne nos auteurs d'avoir voulu comme un aiguillon pour faire réagir la communauté des bibliophiles qui est souvent rétive à parler "gros sous", je salue encore l'excellence de cette initiative et de cette revue.

Jean-Marc

Anonyme a dit…

J'ai reçu la NRLA samedi matin, mais pour des raisons professionnelles je ne me suis penché sur son contenu que dimanche. Et j'ai passé un excellent dimanche. j'ai adoré les descriptions des livres anciens, qui viennent comme d'autant de virgules reposer l'esprit entre deux articles passionnants. Continuez vous nous ravissez. J'espère que l'on retrouvera les rubriques qui ont fait le succès du blog, comme les biographies des grands bibliophiles.
Merci et félicitations

Anonyme a dit…

Sur la forme, la revue est très arride. Les illustrations, trop rares, sont placées pour l'essentiel dans le cahier central et sont donc en décallage par rapport aux articles qu'elles sont censé illuster.
La mise en pages est très "universitaire".

Sur le fond, cela fait plaisir de lire une revue de bibliophilie avec des articles profonds que l'on relira avec plaisir d'ici le n°2.

J'ai bien aimé l'article sur Sourget, qui a le mérite d'apporter une vision claire sur la façon dont il l'appréhende son métier.
Pour le n°2 l'interview d'un concurrent à la vision plus traditionnelle de son métier me semblerai intéressante.

Tetouan

Hugues a dit…

Bonjour,
Pour répondre très rapidement:
1. la forme est austère, c'est un demi-choix. En effet, d'une part il s'agît d'une revue et non d'un magazine. D'autre part, nous avons lancé la souscription sans idée du prix que pourrait coûter l'objet fini et avec de la quadri sur la totalité des pages, nous aurions perdu de l'argent. Nous avons donc opté pour un cahier couleurs et des cahiers N&B (nous sommes totalement débutants dans le "métier").
2. Néanmoins, nous avons déjà prévu pour le numéro 2 de mettre plus d'illustrations en en N&B dans les cahiers N&B... et qui sait, peut-être que le nombre de souscripteurs permettra de mettre de la couleur partout!
H

Anonyme a dit…

Reçue et lue. Enfin la publication que j'attendais: pas de tintinade, pas d'article ayant peu ou pas du tout à voir avec le livre. De la bibliophilie pure, surtout pour les amateurs de livres anciens.
J'aime le portrait de Sourget, son parcours est très intéressant... et je me fais souvent la réflexion que c'est sa situation actuelle qui attire les critiques, mais c'est le lot des "leaders" (pardonnez ce mot mal choisi, je n'ai pas trouvé mieux). Je ne suis pas d'accord avec tout ce qu'il dit, mais il a la franchise de dire ce qu'il pense et il a pris le risque de se dévoiler ainsi, surtout dans une revue inconnue.
J'aime aussi l'idée du portrait parce qu'elle permet de raccrocher la bibliophilie et la librairie dans le réel, dans le présent, après des articles consacrés au passé, ou intemporel comme celui de Galantaris.
Enfin, sa position n'est pas consensuelle, et c'est tant mieux. C'est une illusion de croire que la bibliophilie est un monde consensuel: les visions de la bibliophilie différent, celles de la librairie aussi, et c'est très bien comme cela. Cela permet de confronter ses points de vue et de progresser.
Il ne s'agît pas d'être véhément dans ses points de vues, mais le livre ne se vît pas forcément en charentaises, tout seul, dans son fauteuil, où c'est sûr, on est certain d'avoir raison.
Dernier point, j'aime aussi les articles courts sur des ouvrages, qui permettent de reprendre leur souffle.
Bravo donc aux fondateurs, merci aux auteurs.
M

Pierre a dit…

Adepte de l'insomnie, bonjour !

Je relisais, en prenant mon petit déjeuner très matinal, l'excellent article de Christian Galantaris "Livre, lecture et bibliophilie" et parmi les nombreuses citations et remarques pertinentes, j'ai souri à la prière d'Henri Beraldi qui résume l'intérêt d'un outil comme ce blog du bibliophile
"Donnez-nous aujourd'hui notre livre quotidien"
C'est en effet dans le plaisir renouvelé de la découverte que la bibliophilie puise sa motivation. Il m'arrive d'envier une belle bibliothèque accomplie ou de convoiter la totalité d'un catalogue dans une salle de vente (si,si), en imaginant atteindre rapidement, par ce biais, le but de tout amateur éclairé. Le plaisir serait fugace et la finalité ridicule…
La lecture de ce blog me donne un peu de ce plaisir partagé tous les jours et je veux vous assurer que cet outil est un guide et un maître. Monsieur Christian Galantaris en est un fidèle apôtre.

Wall a dit…

je viens d'entamer la revue et lis avec plaisir l'article de Christian Galantaris quand, ô stupeur, je lis:
il n'y a pour ainsi dire pas de bibliophiles de vingt ans
mais, ouf, il annonce des exceptions deux phrases plus loin!

Mes premiers achats suivant une certaine bibliophilie (mes Bob Morane) ont commencé à 18 ans. A 20, je commençais les belles éditions (XIXe et XXe surtout). A 22, je faisais relier mes premiers livres. J'en ai maintenant 25 et les premières éditions XVIIe et XVIIIe commencent à fleurir dans ma bibliothèque.

Anonyme a dit…

Wall, conseil de vieux : ne perdez pas de temps avec des bricoles, essayez de boucler le XVe avant le mariage. Après...

Montag

Anonyme a dit…

Je poursuis à mon rythme la lecture de cette bien agréable revue. Pour faire simple, je préfère de très loin l'amusant travail sur les emprûnts de Nodier à l'Arsenal à la Haute prétention de certains (je ne devrais pas dire ça, je sais, mais ils m'ont tellement agacé...). Et puis les images, c'est très bien comme ça : les catalogues Bergé, Piasa, Alde... en sont fournis et courent les rues, tandis qu'une revue avec des informations tant curieuses et amusantes que précises, non !

Alors, sous cette forme, et mis à part mon Haut bémol, je signe pour dix ans !

Dans les petites choses à rectifier (bémols minuscules) : un papier de couverture plus grammé (l'actuel est trop souple), une typo plus moderne en couverture, des espaces insécables à ne pas oublier.

Et pourquoi pas un vrai tirage de tête allant avec un abonnement de soutien ?

Julien

Pierre a dit…

J'ai repris la NRLA au moment de m'allonger puis de m'endormir sur mon lit douillet… A la lecture, ce qui fait l'intérêt de la NRLA, c'est justement que c'est une revue et non un magazine. Pas besoin de tourner les pages toutes les minutes. Du solide Messieurs-Dames, du lourd ! Les articles de Jean-Paul Fontaine, s'ils manquent du lyrisme habituel que nous lui connaissons (sourire) sont d'une précision chirurgicale et la présentation de Rémi Jimenez sur la callitypographie nous ouvre les portes de l'artisanat de l'édition.
Quel boulevard du livre s'ouvre devant vous ! J'ai hâte de lire vos prochains articles.

Anonyme a dit…

Voila! J'ai fini de lire le numéro 1 de la NRLA. Non que je sois un lecteur laborieux et paresseux, mais mon exemplaire, livré par porteur très spécial et particulier, à l'occasion du dernier déjeuner du blog, je l'ai butiné, dégusté à petites gorgées comme un grand vin, religieusement. En fait j'ai fait péché de gourmandise.
Et j'ai appris des choses. C'est déjà beaucoup et peut-être le tout de ce qu'on peut demander à une revue, où les auteurs ne se moquent pas du lecteur, font preuve d'érudition et d'une écriture agréable.
Sur la forme, j'aime bien la typographie, la police, les deux colonnes pour les articles longs et les grandes lignes pour les articles courts seulement, les cahiers qui se prêteront éventuellement au relieur. Hugues a dit le dilemme de l'illustration.
Sur le contenu, j'aime bien la diversité des sujets abordés: du marché du livre à la typographie, des bibliothèques à la reliure et toujours et seulement de la bibliophilie.
Bien sûr , je n'ai pas aimé que trop de sujets essentiels n'aient pas été traités maintenant et tout de suite, mais justement il y aura d'autres numéros!
Merci Jean-Paul, merci Hugues, merci Sandra et merci Ste Wiborade.
Lauverjat

Anonyme a dit…

Jeudi 24 juin... La Revue est arrivée aujourd'hui en Belgique ! Je l'ai ouverte avec respect et feuilletée avec délice. Pure joie de bibliophile de constater qu'il s'agit d'un exemplaire numéroté et de trouver son nom dans la liste des premiers souscripteurs, c'est sans doute puéril mais espérons que nous avons tous conservé la faculté d'être un peu ridicule.
Enfin une revue qui n'est pas constituée de 95 % de publicité apparente ou déguisée. Elle peut sembler un peu austère à certains mais les articles seront, à n'en pas douter, d'une grande qualité.
J'ai stoppé la lecture du texte de Mr Galantaris afin de ne pas dévorer d'un seul coup ma part de gâteau !
Bravo pour cette entreprise qui mérite tous nous encouragements et souhaitons-lui longue vie.
René de Braine-le-Comte.

Anonyme a dit…

La Revue vient d'arriver au Luxembourg ce matin et je la découvre en rentrant du travail.
Très belle présentation, très soignée. Très élégant mais un peu austère. Quelques photos en plus ne nuiraient pas.
Excellent idée la numérotation et mon nom y est ....
Très heureux d'avoir aidé (plus que modestement) au lancement.
Encore une fois, félicitations et bonne continuation.
Sam (GDL)

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...