« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

jeudi 8 octobre 2009

Les cours manuscrits

Amis Bibliophiles Bonsoir,

La revue avance... mais c'est éprouvant. Bernard m'aide en vous proposant un éclairage sur un sujet en marge de la bibliophilie, et vous savez que Bernard est un scientifique bibliophile (ou un bibliophile scientifique?), nous allons donc évoquer les cours manuscrits. Je lui cède la parole.

"Vous savez maintenant qu’en bibliophilie je suis monomaniaque… En tant que professeur, j’ai pu me rendre compte qu’il y a un monde entre les cours imprimés, théoriquement parfaits (!), et les cahiers des malheureux preneurs de notes. Peu à peu j’ai acheté quelques cours manuscrits d’élèves et de professeurs. Certains sont naïfs, d’autres remarquables pour leur écriture et leurs illustrations. Je vous en présente quelques uns du XVIIIème et du XIXème siècles. Certains penseront que ce n’est pas de la bibliophilie ; parlons seulement de témoignages écrits…

Cahier d’un élève du collège royal de Clermont Ferrant vers 1800: (2), 84, (2) pages.

Cette page traite de l’électricité atmosphérique.
Cahier d’un élève du collège Louis le Grand de Paris, 1792 : 20 pages.

Le papier a la couleur bleutée de cette période troublée.
Cours de physique d’Edmond Becquerel 1837-1838 : 2 volumes de 604 et 500 pages.
Antoine-César Becquerel eut trois enfants dont Alexandre-Edmond (dit Edmond), le troisième. Dès sa plus tendre enfance celui-ci reçoit bien évidemment une éducation scientifique de très grande qualité. Excellent élève au lycée Bourbon (l'actuel Lycée Condorcet) il est admis en 1837 à l'École Normale Supérieure puis à l'École Polytechnique l'année suivante. C'est à ce moment qu'il renonce aux Grandes Ecoles, pour se consacrer aux études universitaires et à l'enseignement en devenant aide-préparateur de son père, récent titulaire de la Chaire de Physique appliquée aux Sciences naturelles au Muséum. Edmond Becquerel est le père d’Henri Becquerel le découvreur de la radioactivité.

Ce cours manuscrit est celui du cours de Cazalis, professeur au Lycée Bourbon, rédigé par Edmond Becquerel, alors élève de classe préparatoire. Excellente illustration du niveau des études des classes préparatoires au début du XIXème siècle.
Cours de physique anonyme 1842-1843, 438 pages, remarquable par la finesse des figures.
Cours de physique anonyme 1845-1846, 296 pages, d’une superbe écriture (je trouve).
Cours de physique 1849-1850, 821 pages, superbement illustré. Ce cours d’un professeur était certainement destiné à être publié.
J’espère ne pas avoir réveillé de mauvais souvenirs de lycée à certains d’entre vous. Ce n’était pas le but.

Merci Bernard,
H

5 commentaires:

Lauverjat a dit…

Jolie réunion originale, et belles illustrations,
Merci Bernard

rui a dit…

Baux manuscrits avec très jolies dessins comme illustrations.
Pour moi, je considère ces exemplaires comme de la bibliophilie !
Merci Bernard

Eric a dit…

Magnifique !
Eric

Raphael Riljk a dit…

Oui, très belle collection, vraiment. Quelle analyse détaillée de la prise de notes vous pourriez nous faire ! Passionnante à n'en pas douter.
Encore du (gros) travail pour vous, Bernard.

Olivier a dit…

J'ai un faible pour les manuscrits... Et je me demande à quoi pouvait ressembler une scolarité à Louis le Grand en 1792...

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...