« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

samedi 13 février 2010

Portrait d'un bibliophile à la Mazarine: Gaspard Michel, dit Leblond

Amis Bibliophiles bonjour,

Gilles, qui visite pour nous toutes les expositions destinées aux bibliophiles ou presque, vous propose aujourd'hui un billet sur l''exposition Leblond à la Mazarine.
La Bibliothèque Mazarine rend en effet hommage à Gaspard Michel dit Leblond, son conservateur pendant la Révolution.

Homme érudit, antiquaire et numismate, académicien (Inscriptions et belles-lettres), Leblond était sous-bibliothécaire de la Mazarine depuis vingt ans avant d’en devenir le responsable en 1791. Dans la tourmente, il préserva “sa Mazarine” devenue “Bibliothèque des Quatre-Nations” et l’enrichit considérablement surtout grâce aux confiscations révolutionnaires et aux prélèvements qu’il obtint de faire dans les dépôts littéraires.
Leblond était aussi bibliophile comme nous l’apprend Isabelle de Conihout qui signe un article à ce sujet dans le catalogue fort documenté publié à l’occasion de cette exposition. (L’abbé Leblond, 1738-1809, second fondateur de la Bibliothèque Mazarine, 154 pp. 20 euros).

Sa bibliothèque fut vendue en 1810, riche de 1009 numéros.

L’exposition s’épanouit au fond de la somptueuse salle de lecture de la Mazarine, juste devant la porte qui conduit à la Bibliothèque de l’Institut, conçue à l’origine par Leblond pour agrandir la Mazarine. Trente livres acquis par Leblond sont présentés. De superbes manuscrits enluminés, de grandes reliures aux armes, des incunables, l’EO des oeuvres de Louise Labé, des dessins aquarellés sont présentés autour du globe céleste de Coronelli, au milieu des bustes antiques et des meubles estampillés, sous les lustres dorés de Boulle, tous recueillis à la Mazarine par Leblond. Un instant rare.

Merci Gilles,
H

9 commentaires:

Denis a dit…

Bonjour,

Voici un lien d'actualite concernant un autre bibliophile que je vous laisse decouvrir: http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=200001&sid=7011208

Bien amicalement,

Denis.

Anonyme a dit…

C'est bien davantage qu'une circonstance atténuante... Ne devrait-il pas être exempté de toute peine?
Je vous propose de faire une pétition.

Plus sérieusement, je n'ai jamais rien lu de moins étonnant. Il y a longtemps que l'on sait que la bibliophilie rend fou. D'ailleurs même ici vous êtes tous fous, chacun à votre manière.

Amitiés,
François.

Gonzalo a dit…

Ne pas confondre folie et malhonnêteté...

Anonyme a dit…

Pas de confusion. Cet homme était peut-être malhonnête à la base. Mais à mon avis sans sa bibliophilie, il se serait contenté d'une somme beaucoup moins importante. La bibliophilie la rendu fou, si bien qu'il a cru pouvoir, probablement avec un sentiment de légitimité, s'emparer de 1 ou 2 millions.

Je vous le répète, vous n'êtes pas moins fous que lui.

Soyez donc solidaires. Cela lui réchauffera le coeur : il vous lit.

François.

Hugues a dit…

François, quand vous dites qu'il nous lit, devons prendre ceci au sens littéral????
Hugues

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Pas moins fous, mais plus honnêtes quand même.

Anonyme a dit…

Au sens littéral, oui.

D'ailleurs, quel autre?

François.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Bien sûr : alors, pas solidaire du tout.

Hugues a dit…

Je viens de trouver le temps de lire cet article, et surprise, il date de 2006.

J'imagine que depuis M. B a payé sa dette à la société, pour ne pas dire sa dette tout court, puisqu'il semble que la vente Christies a permis de rembourser les détournements évoqués... et qu'il est pour ainsi dire passé à autre chose. La justice aussi. Passons donc également à autre chose et espérons qu'il vît aujourd'hui plus sereinement.

H

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...