« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

dimanche 25 avril 2010

Lauverjatiana X: au fil des catalogues de libraires

Amis Bibliophiles bonjour,

Après ebay, c'est le tour de nos amis libraires, avec la sélection effectuée par Lauverjat dans quelques catalogues choisis.

La période du salon du grand palais fut propice à la publication des catalogues, dont plusieurs présentent des volumes qui y furent exposés.

La librairie Pierre Prévost, 67 avenue de Suffren à Paris, propose à travers un riche et plaisant catalogue la collection des libraires Dany et Louis Gruel. La collection présentée comme l’avait conçu leurs propriétaires compte 673 numéros et est pourvue d’un index. Ce vaste choix s’étend du livre à figures du XVIe à la littérature du XXe en passant par la bibliographie, la photographie la démonologie... De Claude Paradin, “les devises Héroiques...” chez Plantin à Anvers 1567, un volume in-24 veau XVIIIe orné de figures gravées (650 euros). 
De Chesneau, “Emblèmes sacrées sur le très adorable Sacrement de l’Eucharistie” Paris chez Lambert 1667, un volume in-8, première édition en français, ornée de 101 emblèmes gravés sur cuivre (280 euros). De Claude-François Menetrier, “histoire du Roy Louis le grand par les médailles, emblèmes, devises, jetons, ...” chez Nolin [Amsterdam] 1691, un volume in folio en (beau) vélin, cette édition contrefaçon ornée du titre frontispice et de 56 planches à la gloire du roi plus 5 planches l’attaquant (750 euros). 
Sous une pleine reliure de maroquin citron mosaïquée et dorée de Chatelin, “la fortune Maraste de plusieurs Princes et grands seigneurs...” de Jean-Baptiste de Rocoles , in-24 imprimé à Leyde en 1683 illustré d’un frontispice et de 8 hors-texte (750 euros). “Les Bigarrures et Touches du Seigneur des Accords...” Tabourot, une édition parisienne de Cotinet en 1662, enrichie des “Contes facécieux du Sieur Gaulard” et des “Escraignes dijonnoises” en un volume in-12 en maroquin rouge du XIXe à la Du Seuil (650 euros). 

De Nodier, “le Bibliomane”, à Paris chez Conquet en 1893, 1 volume in-8 demi-maroquin à coins de Carayon, sur chine enrichi d’une suite des dessins de Leloir (300 euros). Le “Discours de réception de Madame Marguerite Yourcenar à l’Académie française, et réponse de Monsieur Jean d’Ormesson” NRF, 1981, in-12 broché, E.O. du premier discours de réception prononcé par une femme et de la réponse “un mot inouï et prodigieusement singulier : Madame” (dix euros).
Le catalogue numéro 53 “livres rares” de la librairie Michel Bouvier, 14, rue Visconti, à Paris, propose 229 livres variés. Par exemple, de Jean-Antoine de Baïf, “les Mimes, enseignemens et proverbes...” une petite édition in-24 à Tournon de Guillaume Limocier de 1619; un exemplaire en maroquin de l’époque entièrement orné d’encadrement de roulettes et de palmettes dorées (750 euros). 
Une autre reliure en maroquin du XVIe aux armes de Charles II de Gonzague aux plats encadrés de filets et de roulettes dorées et semés de soleils et de dextrochères couvre “Scanderbegus, Poema” de Jean de Bussières, in-8 imprimé à [lyon] en 1662 (900 euros). Pour les amateurs de presses provinciales, sur une querelle de banc dans l’église de la paroisse de Château-Regnault, cette “Réplique, (du) Prévôt Royal...” in-4 de 9 pages broché, imprimé à Metz vers 1785 (50 euros). De [Pierre Pithou fils], une rare (très rare? Ndlr) plaquette petit in-4 broché de 14 pages de 1594 (s.l.) “La daemonologie de Sorbonne la nouvelle”, de collation identique à la rare édition de 1593 (450 euros). 

La librairie Bonnefoi, 1-3, rue de Médicis, livre un catalogue en couleurs “livres rares et manuscrits”, agrémenté de nombreuses photographies en couleurs d’ouvrages en excellentes conditions et demandant en conséquence quelques sacrifices aux acheteurs... 
Un très rare éphémère rouennais “Arrest de la court de Parlement contre le tres-meschant parricide François Ravaillac”, chez Pierre Courant [1610], in-8 de 6 pages percaline XIXe (1500 euros). Une singulière reliure in-8 en vélin ivoire ornée au noir de fumée de fleurs et lys entre les nerfs et sur les plats recouvre “lilium medicinae, eptafyllon tractatus...” de Bernard de Gordon imprimé à Francfort pour L. Jennis en 1617 (2000 euros). 
De Henry Maundrell, “voyage d’Alep à Jérusalem à Pâques en l’année 1697" imprimé à Utrecht, chez Guillaume van Poolsum en 1705, une première édition française ornée d’un frontispice et de 9 planches hors- texte dont 5 vues dépliantes, en un volume in-12 en veau havane de Simier, le dos à minces nerfs orné de filets et de palettes dorés, une grande croix potencée dorée sur les plats cantonnée de quatre croisettes (armes de Jérusalem) dans un encadrement doré (1200 euros).

La librairie Paul Jammes, 3, rue Gozlin à Paris publie un catalogue thématique illustré et en couleurs intitulé “vers l’Orient”. 
183 numéros explorent les récits de voyages, les relations jésuites et les missions, les livres japonais, les rites chinois, les impressions orientales. De Goupil-Fesquet, “Voyage d’Horace Vernet en Orient...” à Paris chez Challamel en [1843] dans une reliure en demi-basane au monogramme de Léon Curmer, orné de 16 planches hors-texte lithographiées en couleurs de Goupil qui à l’occasion de ce voyage inaugurait l’usage du daguerréotype en Orient (800 euros). Parmi les livres japonais “Shinkangiyô kan”, par Yanagita Shinrei Taksuku, un manuscrit de 1833, broché in-4 de 8 ff et une planche dépliante d’un corps humain-squelette, le texte en japonais en noir est accompagné de termes hollandais en rouge (1500 euros). “L’histoire des Indes orientales et occidentales.... du R.P. Iean Pierre Maffée... traduite de latin en françois...” à Paris chez Robert de Ninville , 1665, deux parties en un volume in-4° veau époque (500 euros).

Merci Gilles,
H
P.S.:avouez, vous saviez tous ce qu'est un dextrochère!
Dextrochère: se dit du bras droit figuré sur un écu ; on doit spécifier, enblasonnant, s'il est armé : vêtu de fer ; paré : garni d'un bracelet ; ganté : s'il est couvert d'un gantelet ; sauf quelques rares exceptions, il est placé mouvant du flancsénestre de l'écu.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...