« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

lundi 23 août 2010

La découverte de la typographie en Europe occidentale

Amis Bibliophiles bonjour,

Une fois n'est pas coutume, je cède la plume à Jean-Paul.... qui vient utilement compléter nos connaissances en matière de typographie.

Pour faire écho à l'article de Textor sur le blog de Bertrand, rappelons qu’il fut naturel que des esprits ingénieux aient eu l’idée de graver dans le bois ou bien dans une autre matière non plus des textes entiers, dits « xylographiques », mais des lettres séparées permettant de constituer tous les mots et phrases qu’on voudrait. De nombreux chercheurs se mirent à la besogne et, l’invention une fois réalisée, plusieurs villes se sont disputé l’honneur d’en avoir été le berceau ; seules méritent encore l’attention aujourd’hui : Haarlem, Mayence, Strasbourg et Avignon.

Des essais de typographie furent tentés effectivement à Avignon dès 1444. C’est ce que révèlent 23 actes notariés, rédigés en latin entre le 4 juillet 1444 et le 4 août 1446, passés devant maître Antoine Agulhacii, puis maître Jacques de Brieude (A.D. Vaucluse). Depuis l’incendie de Strasbourg en 1870, au cours duquel furent détruites les pièces du procès Gutenberg de 1439, ces actes sont les plus anciens documents qui existent concernant l’histoire de l’imprimerie occidentale.

Un orfèvre originaire de Prague, Procope Waldfoghel, dit « de Bragansis », installé à Avignon en 1444, possédait le matériel permettant d’enseigner à plusieurs associés successifs l’art d’écrire artificiellement (« ars scribendi artificialiter »). Il leur demandait de ne pas révéler le procédé et leur emprunta, ainsi qu’à d’autres créanciers, des sommes apparemment insuffisantes pour mener à bien ses recherches et obtenir des résultats pratiques commercialisables.

A la date du 4 juillet 1444, Waldfoghel possédait deux alphabets en acier, deux formes en fer, un instrument en acier appelé vis et 48 formes en étain : il possédait donc des poinçons, des matrices, une presse et des caractères.

Le 10 mars 1446, Waldfoghel s’engagea à fabriquer 27 lettres hébraïques toutes tracées, bien et justement taillées en fer, selon la science et la pratique de l’écriture mécanique qu’il a enseignées.
Il s’engagea également à livrer les lettres avec les engins nécessaires de bois, d’étain et de fer.

Le 5 avril 1446, Waldfoghel possédait certains instruments ou appareils pour écrire artificiellement, tant en fer qu’en acier, en cuivre, en laiton, en plomb, en étain et en bois. A la fin de l’acte, un ancien associé jura sur les saints Evangiles que l’art d’écrire artificiellement est vrai et très vrai, facile, possible et utile à celui qui veut s’y appliquer.

A la date du 26 avril 1446, Waldfoghel possédait 408 lettres gravées en fer (« quadraginta octo litteris gravatis in ferro ») : des matrices ou des poinçons dont le nombre lui permettait de fondre toutes les lettres d’étain nécessaires pour imprimer des livres.

Pourtant, aucune allusion au papier, à l’encre, au livre, à sa commercialisation. On a l’impression qu’il s’agit d’un système mécanique léger. 

Waldfoghel disparut d’Avignon au début de l’été 1446 et ne reparut nulle part. Bien qu’on ne connaisse pas de production typographique attribuable à Waldfoghel, Avigon serait donc la première ville de France qui reçut « l’art nouveau ».

J.-P. Fontaine

Merci Jean-Paul.
Hugues

5 commentaires:

Textor a dit…

Voilà un article que n'aurait pas renié Claudin et qui va faire plaisir du coté de Tarascon, s'il ne fait pas plaisir du coté de Pipriac.
Merci Jean Paul !
Textor

Morgane a dit…

Pour ceux qui s'intéressent à ces prémices du livre tel que nous le connaissons, je vous conseille vivement de lire -si ce n'est pas déjà fait- L'apparition du livre chez Albin Michel.
Une étude historique très bien écrite par le grand Lucien Febvre notamment.
Un incontournable de l'histoire du livre.

Je vous joins le mot de l'éditeur:

En 1958 était publié, sous la signature conjointe de Lucien Febvre et Henri-Jean Martin, L'apparition du livre. Ecrit par Henri-Jean Martin sous l'inspiration de Lucien Febvre, cet ouvrage va devenir très vite un classique et provoquer une véritable révolution. Pour la première fois, la naissance et la diffusion du livre étaient analysées dans toutes leurs dimensions : Intellectuelle, culturelle, économique, sociale, esthétique. Les hommes, les ateliers typographiques, l'invention des caractères, l'édition des textes, la mise en pages, tous ces points se voyaient éclairés à travers une grande histoire sociale. Ce fut l'acte de naissance d'un nouveau regard historique sur le livre qui n'a cessé depuis de se renouveler.
Frédéric Barbier, directeur d'études à l'E.P.H.E., assure la postface de cette réédition qui vise à comprendre le travail commun de Lucien Febvre et Henri-Jean Martin et à montrer l'extraordinaire fécondité de leur ouvrage.

Morgane.

Textor a dit…

Merci pour l'info, Morgane, je ne connaissais pas cet ouvrage (Ô honte à moi !)
T

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Un grand classique que tout bibliophile doit avoir sur sa table de chevet.
Voir : J-D Mellot. Histoire du livre. In La Nouvelle Revue des livres anciens. N° 1-2009, p. 30-35et 51.

Gonzalo a dit…

En réalité, Lucien Febvre avait conçu le plan de l'ouvrage. Il en avait confié la rédaction au jeune chartiste Henri Jean Martin. Puis, Febvre mort, c'est seul que Martin a assumé la rédaction de l'ouvrage. Tout le mérite lui en revient.

H. J Martin est mort en 2007.

L'apparition du livre est un vrai chef d'oeuvre. On y découvre des choses à chaque fois que l'on y revient.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...