« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

mercredi 12 janvier 2011

Enigme bibliophilique: saurez-vous reconnaître cet ouvrage uniquement via ses souscripteurs?

Amis Bibliophiles bonjour,

Je vous propose aujourd'hui une petite énigme. Saurez-vous identifier l'ouvrage suivant?

Quelques indices? Il est en deux volumes, paru au 18ème et pour vous aider, je vous propose de découvrir la liste des souscripteurs, qui ne manquera pas de vous aider et contient un indice important.

C'est un ouvrage fort connu des bibliophiles, dont je vous proposerai d'autres images vendredi. 

Ce qui est curieux, c'est que la liste des souscripteurs est différente d'un volume à l'autre, alors que l'ensemble est indivisible. 





Vous remarquerez en tout cas que l'on retrouve des noms connus des bibliophiles: Boze, les libraires Pissot, Rollin ou de Hondt, etc.

Une idée?

H

9 commentaires:

Olivier a dit…

Du beau monde évidemment. On est en 1813-1814 ;-)?

Olivier a dit…

Il faut toujours lire les premières lignes et ne pas se précipiter sur les photos...
On est donc au 18ème (même si le 18ème siècle se termine avec le règne de Napoléon).
Bah...

Lauverjat a dit…

Je ne sais pas, mais c'est un jeu. Si le libraire Bauche a trempé dans l'affaire peut-être une réédition, traduction de l'oeuvre de monsieur F.D.S.D.L.M.F.?

Lauverjat

Hugues a dit…

Ah la la, vous me décevez.... Comment vous aider? Livre gravé.
H

martin a dit…

Livre gravé et illustré de (...)
et 164 ... initiales?

martin a dit…

Autre indice: « Ma bibliothèque fut commencée en 1778 avec le premier écu que me donna mon père et dont je fis usage pour acheter un XXX ; j'avais alors treize ans. »

Ou bien: "Rien n'égale ma joie ... je viens de trouver à acheter pour cinquante écus un XXX imprimé à Amsterdam en 1788 ... cette édition est excessivement précieuse, à chaque page elle est emblée de fautes! (Un bouquiniste dans l'ivresse)"

Dans l'édition en question, il y a une faute corrigée dans le second tirage, p. 108 du deuxième volume. Bien sûr qu'on préfère les exemplaires avec la faute.

Louis François a dit…

Audoeni Epigrammata d'Antoine Augustin Renouard peut-être?

Anonyme a dit…

L'Horace de Pine de 1733 ?


Montag

Anonyme a dit…

Montag lit les livres, il a peut être bien raison !

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...