« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

dimanche 20 février 2011

Les différents types de reliure: la reliure japonisante

Amis Bibliophiles bonjour,

8 mars 1854, le Japon et les Etats-Unis signent le traité de traité de Kanagawa qui permet aux navires de commerce américains d'entrer dans les ports nippons. Au mois doctobre, les Anglais signeront à leur tour un traité qui concerne uniquement les ports de Nagasaki et d'Hakodate. Ce sont les premiers signes d'ouverture du Japon qui va bientôt en finir avec la féodalité.


Cet événement d'importance mondiale va permettre à l'Occident de découvrir une culture totalement nouvelle: estampes et objets d'art envahissent la France et provoquent l'enthousiasme des français. Cet enthousiasme est partagé par les bibliophiles qui découvrent à la fois un nouveau type d'ouvrages, et voient dans ce style japonais ou japonisant une nouvelle façon d'orné leur livres.


Il semble que c'est en 1885, à l'issue d'une exposition sur l'estampe et le dessin japonais que le bibliophile Edmond de Goncourt, séduit par "l'originalité du dessin filant" d'Hokusaï, décide de faire recouvrir ses ouvrages de décors japonisants (fleurs, insectes, feuillages, ou scènes quotidiennes de la vie sur l'île du soleil levant, etc.). Ils seront rapidement imités par d'autres bibliophiles.


Certaines de ces reliures particulières nous sont parvenues. Peu sont signées, mais on découvre parfois la marque de relieurs de l'époque, comme Pierson, Guellier ou Carayon.

H

2 commentaires:

calamar a dit…

c'est très beau, mais ça doit être assez fragile, non ?
est-ce que ces reliures sont comparables aux pochettes qui habillaient les livres d'Octave Uzanne ? (je sais qu'il y a des spécialistes, il faut que je fasse attention à ce que j'écris) J'ai celle du "Miroir du monde", qui rappelle assez ces reliures. Je n'ai vu que sur des photos médiocres celle de "Son Altesse la Femme", et j'ignore s'il y en eut d'autres.

Bertrand a dit…

Uzanne n'a pas échappé à la mode du japonisme Calamar et oui il a fait habiller quelques unes de ses éditions de luxe sur les femmes par de belles couvertures en cuir dit japonais décoré. Ce n'est d'ailleurs pas toujours vraiment du cuir mais souvent du carton estampé à froid et mis en couleurs.

Les reliures en cuir japonais telles que celles des Goncourt notamment, sont rarement arrivées jusqu'à nous en excellent état. Le cuir étant très fragile, notamment aux mors, très friables avec le temps. Une reliure en cuir japonais parfaitement conservée sur un texte de qualité est aujourd'hui assez rare à trouver. Il y en avait à la vente Berès. J'en ai croisé deux ou trois depuis.

B.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...