« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

samedi 14 mai 2011

Entraide bibliophilique: inscriptions manuscrites et instrument ésotérique?

Amis Bibliophiles bonjour,

Deux fidèles lecteurs du blog aimeraient pouvoir bénéficier de vos lumières sur les sujets suivants. Pouvons-nous les aider?

Thérèse s'interroge sur une petite édition Gryphe des Dialogues de Lucien, avec des inscriptions concernant son «athéisme», et par ricochet, potentiellement des soupçons autour d’Erasme et de Mélanchton, qui ont collaboré à cette édition. 


Elle ne parvient pas hélas à déchiffrer ces inscriptions manuscriptes. Les héllénistes qui lisent le blog peuvent-ils l'aider (Textor?)?


De son côté René  cherche à identifier un instrument qui figure sur un bois d'un ouvrage de 1537. 


Dans cet ouvrage de Jérome Brunschwig, on peut en effet voir un personnage, qui pourrait être l'auteur, assis à son pupitre de travail. A sa gauche, sur le lutrin, un livre est maintenu ouvert par une sorte de règle (image2) : cet instrument porte-t-il un nom particulier dans le vocabulaire bibliophilique ésotérique? 


L'un de vous aurait-il la réponse?

H

6 commentaires:

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Mordant ou guide-âne permettant de maintenir la page de l'ouvrage posé sur le visorium.

Anonyme a dit…

Merci Jean-Paul, d'avoir éclairé et guidé l'âne.
Et pour le même prix de m'avoir rappelé le "visorium". Celui-ci est muni d'une patte en forme de "manivelle" ... qui porte sans doute un nom de la même veine.
Quelle chance d'apprendre encore tous les jours.

René de BLC

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Le pied du visorium ne semble pas avoir de nom particulier.
Par contre,ce qui ne se trouve pas dans les dictionnaires :le mordant est une réglette en bois, fendue (comme une pince) de façon à bien enserrer les feuillets, ce qu'on voit très bien sur votre gravure en l'agrandissant un peu.

Pierre a dit…

Le visorion est le nom du blog d'un ami bibliophile, Pascal

http://www.visorion.fr/

et aussi le nom du lutrin qui porte l'ouvrage que les typographes lisent lorsqu'ils prennent les caractères d'imprimerie dans les casses. Pierre

Anonyme a dit…

Essai de lecture du texte sur le "LUCIEN".
A part le dernier mot, il n'est pas écrit en lettres grecques.

Je lirais :
"Sicophante et athei omnium perniciosissimi ... (mot rayé ??) dolent dialogi luciani athei (seul mot en grec).
La traduction de cette phrase latine est difficile pour moi.

Bernardin

Anonyme a dit…

OK Rhemus, quand on le sait, on voit très bien à gauche du livre le début de la seconde branche de la réglette fendue. La technique est astucieuse mais peut-être un peu osée pour la sauvegarde du livre ...

René

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...