« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

lundi 11 juillet 2011

Images autour du livre II: de la consolation de ne pas avoir une reliure contemporaine

Amis Bibliophiles bonjour,

Il faut parfois se faire une raison et accepter l'idée de ne pas posséder un grand texte dans une reliure contemporaine. Quand c'est un grand relieur qui l'a signée au 19ème, c'est déjà une petite consolation. 

Ici les Terze Rime di Dante, l'un des premiers livres imprimés par Alde Manuce en 1502, dans une reliure absolument pas contemporaine de Trautz-Bauzonnet. Le grain indique qu'il s'agît bien d'un maroquin. Sourire.



H

6 commentaires:

calamar a dit…

ah oui, là ça me va...

Le Bibliophile Rhemus a dit…

évident, mon cher Wats.., pardon, Calamar !

Daniel a dit…

Un vrai maroquin bien ferme, al Dante !:)

Textor a dit…

Al Dante ? un auteur italien ?

Plaisanterie mise à part, ce livre est une merveille en tout point. Un texte de génie imprimé par un prince et présenté dans une reliure magistrale. Respect.

Je recherche le même dans une reliure du Maitre de Bayeux....

T

Daniel a dit…

Bien d'accord avec Textor, une merveille à respecter et le tout en parfait adéquation avec le titre. Un auteur de génie, un imprimeur de génie et un relieur de génie, qui nous donne la troisième rime. Ouvrage magnifique, une reliure de maître de cette qualité ajoute au livre...les reliures Aldines étaient souvent très modestes. Une petite? consolation ? , mais alors pour grand bibliophile...

Daniel B.

Olivier a dit…

C'est quand même dommage cette reliure anachronique ;-)
On (enfin moi) aurait bien voulu une image de l'impression du Manuce débutant...

Bonne soirée,
Olivier

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...