« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

dimanche 3 juillet 2011

Miscellanées de Monsieur H.: appel aux bibliophiles pour un festival d'images, les prix des livres, un joli papier, le Cazin

Amis Bibliophiles bonsoir,

Une idée pour l'été, un dernier achat avant les vacances, quelques modestes réflexions sur l'évolution du prix des livres...

Si le blog connaît traditionnellement un ralentissement dans le nombre et la fréquence des messages postés, j'espère cette année pouvoir vous proposer de poster un message par jour ou presque! 

Au cours de ces deux mois mon objectif est de continuer à poster un ebayana par semaine, puisque l'été est souvent l'occasion de faire de belles affaires sur le site, alors que les salles des ventes ont presque toutes fermé leurs portes et, c'est la nouveauté, de vous proposer un Festival d'images bibliophiles, dont je n'ai pas encore le nom (suggestions bienvenues...), mais qui pourrait s'intituler "Images étonnantes, images pour bibliophiles". Son but est de vous présenter chaque jour une image étonnante, autour de plusieurs thèmes hebdomadaires: ainsi la première semaine sera-t-elle consacrée aux reliures (la première image d'un ouvrage aux yeux d'un bibliophile, au sens chronologique du terme), la deuxième aux frontispices, la troisième aux pages de titres et la quatrième aux autres pages, et en particulier aux gravures. Si tout se passe comme je l'espère, nous reprendrons le cycle depuis le début à partir de la première semaine du mois d'août.

Je peux y arriver seul, mais ce sera sans doute plus simple et plus intéressant pour tous si vous m'envoyez des images étonnantes issues de vos ouvrages. Sur le plan pratique, c'est très simple, il vous suffit d'identifier dans votre bibliothèque des sujets qui peuvent intéresser les autres lecteurs, de prendre une ou deux photos de chaque sujet et l'envoyer accompagné d'un texte (une ou deux lignes) à blog.bibliophile@gmail.com. A nous de jouer donc. Je compte sur vous! :)

Dernier achat avant les vacances, qui tordra définitivement le cou à mon image (usurpée) de bibliopégimane: un classique mais fort rare ouvrage (Renversement de la Morale Chrétienne, avec ces 50 extraordinaires portraits), dans un très joli cartonnage/papier d'attente. 


Je suis preneur de toute information sur ce type de papier de couverture et j'aurai l'occasion de revenir sur les portraits.

Le prix des livres. Plus qu'une étude de l'un ou de l'autre - et nous savons bien que l'on fait dire ce qu'on veut aux chiffres et aux études, si c'est encore nécessaire de le préciser, qu'elles soient scientifiques ou pas -, 20 ans de bibliophilie me font très fortement pencher du côté de ceux qui estiment que le prix des bons livres augmentent. 

Je l'ai constaté de façon très simple, puisque j'enregistre systématiquement le prix de mes ouvrages et que je peux aujourd'hui le comparer aux prix auxquels ils sont vendus. Je ne parle pas d'ouvrages très difficiles à comparer à d'autres, mais de grands classiques tels que des Buffon ou des Raynal en veau. L'augmentation des prix est tout simplement indubitable. 

D'un point de vue plus global et avant que la disparition des nos amis bibliophiles les plus âgés ne me donne tort en créant un hypothétique afflux de livres sur le marché et donc une chute des prix, il me semble que les livres anciens de qualité sont naturellement des objets en voie de disparition: aléas de la vie (accidents, feu, tremblement de terre, petits-enfants qui aiment gribouiller, ou découper, héritiers incultes) ou concentration dans les mains des bibliothèques et autres institutions où ils deviennent inaliénables, il y en aura forcément de moins en moins qui seront disponibles pour les mains privées au fil du temps, générant une augmentation du coût moyen. C'est une intuition, mais vraiment, je n'ai jamais observé de chute de prix sur les livres que je possède ou que je convoite.

Autre intuition, je ne suis pas certain que le 19ème siècle soit le meilleur siècle pour effectuer des comparaisons tant il me semble particulier dans l'histoire du livre: industrialisation de l'imprimerie, "démocratisation" de l'édition, point de départ faussé avec l'afflux puis le retour des livres ayant disparu ou été dispersés lors de la révolution, statut particulier de la bibliophilie dans la personnalité de l'honnête homme de l'époque, modes littéraires qui épousent et profitent du penchant de ces mêmes bibliophiles (éditions de luxe à petits tirages, reliés ensuite par de grands relieurs, phénomène qui est devenu exceptionnel aujourd'hui, et qui me semble plus répandu à l'époque...), autant de particularités qui m'amènent à croire que ce siècle ne peut efficacement être comparé au nôtre. Et d'ailleurs avec le recul, peut-on réellement comparer la bibliophilie siècle par siècle? Je ne crois pas. 

Reste à savoir si une approche entièrement ou presque entièrement fondée sur le prix ou la comparaison de la valeur est encore de la bibliophilie. Ce n'est pas ma conception et j'ai tendance à m'éloigner de ce type d'approche... au grand dam de mon banquier. Envisager un livre par le spectre de sa valeur y compris financièrement, nous y sommes tous contraints, mais envisager ce livre dans un contexte d'évolution de sa valeur, très peu pour moi.

Mon humble avis rejoint donc celui de Daniel, à savoir une évolution évidente des prix à la hausse, au moins sur les années dont je peux parler, et en ce qui concerne les livres que je connais. Quant aux comparaisons sur des périodes plus longues, il me semble que "toutes choses n'étant jamais égales par ailleurs" et que la bibliophilie étant "cosa mentale" et profondément individuelle, il est difficile de tirer des conclusions pertinentes; qu'elles soient fondées sur des analyses statistiques ou financières.

Enfin, n'oubliez pas qu'il est encore temps de souscrire à l'ouvrage de Jean-Paul sur Cazin. L’ouvrage est encore en souscription tout l'été au prix de 29 €. Cazin, l’éponyme galvaudé par Jean-Paul Fontaine
In-8° (14 x 22, 5 cm.), d’environ 360 pages, avec 1 frontispice, 1 tableau généalogique et 65 illustrations à pleine page, tiré à 300 exemplaires, dos carré, collé et cousu. Prix de souscription: 29 €. 

J'attends vos images!!!

H

6 commentaires:

Le Bibliophile Rhemus a dit…

29 + PORT = 35,80 pour la France, Andorre et Monaco.
Merci à celles et ceux qui ont souscrit à un deuxième exemplaire !

Textor a dit…

Je suis dis : Zut, le prix du livre a baissé, j'aurais pas du souscrire si tôt !! :)
T

Anonyme a dit…

Merci pour cet intéressant message et ces projets!
Samuel

Anonyme a dit…

Il sera intéressant de voir qui se raréfie le plus rapidement :
les bibliophiles
ou le stock de livres disponibles.

a l'exemple des timbres qui sont un marché quasi disparu.

Il faudrait pouvoir suivre la fréquentation du salon du livre

jlp

Olivier a dit…

Hugues,
Il faut m'excuser mais je n'ai rien compris à la première proposition... La torpeur de l'été?

Bonne soirée,
Olivier

@ jlp : j'ai peur que les deux stocks (de bibliophiles et de livres) aient à voir l'un avec l'autre.
Moi aussi je suis preneur d'informations sérieuses. Plus sérieuse qu'un commissaire de province qui maugrée "c'est la dernière fois que je fais une vente livres...!".

Hugues a dit…

J'avais en effet les idées embrouillées mon message: envoyez moi des images remarquables (reliures, frontispices, pages de titres) et je me charge de les diffuser dans le cadre de ce "festival".
Plus clair? :)
Hugues

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...