« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

dimanche 16 octobre 2011

Gravures couvertes ou découvertes: un exemple dans le cas des Contes et Nouvelles, édition des fermiers généraux

Amis Bibliophiles bonjour,

Parmi les questions que je reçois régulièrement des lecteurs du blog, celles qui portent sur les gravures sont fréquentes (avant la lettre, etc.) et certaines d'entre elles concernent la mention "couverte" ou "découverte" que l'on croise souvent dans les descriptions des beaux ouvrages illustrés du 18e.

La comparaison de deux exemplaires de l'édition des fermiers généraux des Contes et Nouvelles en vers de La Fontaine (1762) permet d'expliquer simplement le propos. Dans ces deux exemplaires, la figure du Cas de Conscience se présente sous deux formes: dans l'un elle est découverte, et le sexe du  jeune garçon est visible, dans l'autre elle est recouverte, et le sexe est caché aux regards indiscrets.



Dans le cas du Conte le Diable de Papefiguière: la gravure peut également se rencontrer dans deux états, couverte ou découverte, selon que les fesses de la jeune Perrette sont visibles ou non.


Il me semble que cette édition peut contenir jusqu'à 6 figures découvertes: les deux ci-dessus, le Rossignol, et 3 autres. J'avoue mon ignorance sur le sujet et je suis d'ailleurs preneur d'informations supplémentaires sur le sujet, ou d'un ouvrage qui décrirait en détail cette édition (Martin, Jean-Paul?), et me permettrait également de comprendre pourquoi certaines exemplaires ont les figures couvertes ou découvertes: premier tirage (figures refusées?), ou livraison selon le niveau de pudibonderie d'un fermier général ou d'un autre (a priori une mauvaise piste, puisque certains exemplaires contiennent par exemple le Cas de Conscience en version couverte et découverte.

Qui m'aidera?

H

5 commentaires:

Bertrand a dit…

Il me semble que H. Cohen donne des détails là dessus dans son Guide l'amateur de livres à gravures du XVIIIe siècle, sixième édition, la plus complète, publié en 1912 chez Rouquette. Voir les colonnes 558 à 570 (pas moins de 12 colonnes à lire pour la description de cette édition et de quelques exemplaires remarquables).

B.

Hugues a dit…

Merci Msieur!
Hugues

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Six figures, découvertes à l'origine ont eté couvertes ensuite : Le Cas de conscience, Le Diable de Papefiguière, Les Lunettes, Le Bât, Le Rossignol et Richard Minutolo. Les deux premières se rencontrent fréquemment, les quatre autres sont très rares.

martin a dit…

Je ne peux que citer Portalis/Beraldi (Les graveurs du dix-huitième siècle): "Les bibliophiles estiment qu*un exemplaire contenant cette petite gaillardise, vaut considérablement plus qu'un exemplaire qui n'a que le rossignol.....sans le rossignol.
Car Le Mire se plaisait à commencer ses figures découvertes: les épreuves à remarque abondent dans son oeuvre, et font les délices de certains iconophiles qui les recherchent avec passion, l'une avant la rose, l'autre avant le nuage, celle-ci avec le petit trait, cette autre avant le voile!"

Pierre a dit…

Merci pour cette découverte (facile). Pierre

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...