« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

mardi 15 novembre 2011

Manon Lescaut, l'édition de 1733, en maroquin rouge de Lortic

Amis Bibliophiles bonsoir,

Je suis en voyage, aussi plutôt que de vous ennuyer avec mes tribulations, je pong le ping de Bertrand, ou plutôt ping son futur pong, enfin comprenne qui peut. :)


Sortons donc de la réserve une édition du Manon Lescaut de 1733, non pas reliée par Bedford, mais par Lortic. On remarquera au passage pourquoi un relieur français vaudra toujours au moins deux relieurs anglais :).


Enfin, il est amusant de constater que deux bibliophiles firent relier un livre identique de façon très semblable. Et cela en valait la peine, puisqu'il s'agît ici de la rare première édition séparée de Manon Lescaut, et de la première édition sous cette date. L'exemplaire contient bien la faute page 220 (facétie de prote?) ou le chevalier nous confie qu'il souffre beaucoup "dans" Manon (au lieu de "sans", bien sûr). L'exemplaire présente aussi le titre de départ et le titre de la page 269 sur trois lignes (Harisse 22-3, n°7), Tchemerzine IX - 221.


Une jolie petite rareté donc, que Lortic habilla d'un sublime maroquin rouge glacé à la Du Seuil, avec une large dentelle intérieure et surtout ses fabuleux petits fers au dos.



Joli quoi.

H
Bertrand, je programme ce message pour le 15, étant en déplacement, peut-être auras-tu posté d'ici là, et ce sera alors un pong... ou un ping amusant entre les blogs.

9 commentaires:

Bertrand a dit…

O ! Il est trop fort ! Il sait programmer la publication des billets !!! Pas moi :-(( ... va falloir que je cherche comment faire... cela m'évitera de poser tôt la nuit parce que je suis à la bourre... (sourire)

Joli ping donc ! J'avais prévu à peu près le mmême billet à propos de cette édition de 1733... je vais voir si un billet s'avère encore utile ou non.

Il est intéressant de poser la question suivante : "Que penser des éditions telles que la Manon Lescaut de 1733, longtemps considérée comme la véritable EO, donc choyée par les plus grands bibliophiles pendant un bon moment (en gros 1850 à 1870), jusqu'à ce qu'un bibliographe (Harrisse) ne démonte les hypothèses et réduise cette édition à presque rien ?

Un livre qui valait peut-il tout à coup ne plus valoir ?

Intéressant en tous cas. Les cas tels que celui-ci sont assez rares malgré tout.

A voir.

B.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Le "dans" au lieu du "sans" n'est pas une facétie duprote, mais bien une erreur de prise de lettre dans la casse : comme aujourd'hui sur nos claviers, le "s" est à côté du "d".

Hugues a dit…

C'était de l'humour Jean-Paul :)
Bertrand, je t'expliquerai :)
Hugues

Le Bibliophile Rhemus a dit…

J'avais bien compris : l'humour aurait pu être aussi le fait du prote, mais ce n'est pas le cas.

Pierre a dit…

Magnifique reliure, ouvrage recherché. Moi cela me conviendrait parfaitement mais si Bertrand dit que ça ne vaut rien, je veux bien que Hugues le croit ;-)) Pierre

Bertrand a dit…

Magnifique oui ! Et cela ne vaut pas rien ! Mais tout de même... les bibliographes exagèrent... pfff... (sourire)

Sinon, concernant cet exemplaire, je suis curieux de savoir s'il a été lavé ou non ? et la hauteur des marges ? ...

J'attends...

B.

Hugues a dit…

Non, il n'est pas lavé. Pour les marges, je te dirai à mon retour de voyage.
H

Hugues a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Bertrand a dit…

Ah !! C'est bien ça ! Parce que Lortic était un laveur fou et aimait bien aussi étendre les marges à outrance...

Bon allez, je te taquine, bon vol Rio-Paris ou NY-Paris je ne sais,

B.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...