« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

Trois coups de coeur à suivre

lundi 31 janvier 2011

Le 4ème numéro de la Nouvelle Revue des Livres Anciens sort des presses!

Amis Bibliophiles bonsoir,

Il y a quelques jours, nouvel épisode dont on se lasse pas: le 4ème numéro de la Nouvelle Revue des Livres Anciens sort des presses. 


Un nouveau chapitre de cette belle histoire s'ouvre donc à nouveau, avec 1 mois de retard, pour lequel nous vous présentons une nouvelle fois nos excuses. Mais comme déjà évoqué, notre maquettiste nous a abandonnés sans prévenir au beau milieu du mois de novembre, alors que tout était prêt. Nous avons donc du trouver une solution, ce qui nous a fait prendre ce retard.


Voici quelques photos de ce grand moment. 

Dans ce bon numéro 4, vous pourrez ainsi découvrir une synthèse sur les Derome, grande famille de relieurs français sous l'Ancien Régime (et même plus), une présentation de Jacques de Sève, qui travailla notamment sur le Buffon par Marie-Claire Planche, ou encore un long texte inédit sur la bibliothèque de Stanislas de Guaita par Frédérick Coxe. 


Plus loin, vous avez rendez-vous avec les éditions bouillonnaises du XVIIIème siècle, sur l'invitation de Guy Biart, la bibliothèque du chateau de Beloeil, par Pierre Mouriau de Meulenacker, puis avec des ouvrages qui figurent parmi les meilleures ventes de l'Ancien Régime et que les bibliophiles croisent très souvent, les coutumiers, que vous fera découvrir Gilles Bodin. 


Mais je ne dévoile pas tout, et ce quatrième numéro vous réservera encore bien des surprises agréables.

Il est bien sûr toujours possible de vous abonner selon les modalités suivantes:

Pour vous abonner 

France et Monaco : 1 an = 42 €
Étranger : 1 an = 50 €
Paiement par chèque : libellé au nom de La Nouvelle Revue des livres anciens
adressé au 3 B, rue des 16e et 22e Dragons 51100 Reims France

..... et attention, l'association de la Nouvelle Revue des Livres Anciens sera de retour mercredi avec un scoop et une nouvelle parution imprévue qui sera proposée aux bibliophiles.


H

dimanche 30 janvier 2011

La découverte de la reliure: un type très inhabituel, la reliure JOTAU

Amis Bibliophiles bonsoir, 


Voilà le fruit d’une chine récente. Cette reliure en matière plastique de type bakélite est constituée de deux plats et d’un dos rigides articulés par une charnière de type “piano” avec une tige métallique. Le plat supérieur est orné de deux petits motifs moulés art-déco argentés et peints qui enserrent une plaque de laiton portant le titre gravé de l’ouvrage. Le tout surmonté de trois lignes horizontales moulées dans la masse. Trois autres lignes se retrouvent en bas de ce même plat. (Ici la plaque n’est pas celle du titre du livre, fruit d’une inversion d’origine ou tardive?). 

Les plats sont biseautés . Sur le dos légèrement cintré, s’incruste une autre plaque de laiton portant le titre et le nom de l’auteur (c’est la bonne!). Avantage de la charnière, le livre s’ouvre complètement. Le contre plat moulé en cuvette est recouvert d’un papier coloré et doré laissant une large bordure vierge. La bordure inférieure du second contre plat porte la signature “ RELIURE JOTAU BREVETÉ S.G.D.G.” (Il faut dire qu’on ne voit pas bien pourquoi le gouvernement se serrait mêlé de reliure, même industrielle!).


Le corps du livre lui même est solidaire du seul dos, la tête est dorée.


Cette reliure industrielle a vu le jour dans les ateliers de reliure Brodard et Taupin à la fin des années 1920. L’imprimerie de Paul Brodard avait fusionné avec l’entreprise de reliure - brochure de Joseph Taupin en 1923. Jotau est le pseudonyme de JOseph TAUpin. 



Pierre-Lucien Martin aurait participé à l’élaboration de cette reliure. La matière utilisée est le “Pollopas”, une résine plastique lumineuse teintée dans la masse, proche de la bakélite. La mise en oeuvre était cependant assez coûteuse et à l’usage ces reliures se révélèrent assez fragiles, les coins et les charnières cassantes sous les chocs. 


Le procédé ne paraît pas avoir duré bien au-delà de 1933. Voici quelques années le relieur Jean de Gonet commercialisa de nouvelles reliures semi-industrielles de ce genre, à plats rapportés, moulés en “Rim”.

Lauverjat

vendredi 28 janvier 2011

Ebayana: reliures aux armes, belles gravures, éditions 16ème et voyages

Amis Bibliophiles bonjour,

Interrompons quelques instants le classement des "livres" les plus chers pour découvrir une sélection de quelques ouvrages en vente sur ebay.

























H

jeudi 27 janvier 2011

Au sommet, les dix livres les plus chers de l'Histoire: n°5, Le Premier Folio de William Shakeaspeare

Amis Bibliophiles bonjour,


Nous avons également déjà parlé du 5ème livre de ce classement, puisqu'il s'agît du premier Folio de William Shakeaspeare.



Il s'agit de la toute première compilation des œuvres théâtrales de William Shakespeare, imprimée au format in-folio. Le livre, composé de 36 pièces, a été édité en 1623, sept ans après la mort de l'artiste, par deux amis proches de l'écrivain, John Heminges et Henry Condell. Un des quelques 40 exemplaires complets recensés a été vendu 5,6 millions de dollars (4,3 millions d'euros) chez Sotheby's.





Son titre exact est « Les comédies, histoires et tragédies de M. William Shakespeare » (Mr. William Shakespeares Comedies, Histories, & Tragedies). 

Imprimé au format in-folio et contenant 36 pièces. Bien que dix-huit de ces pièces aient été publiées in quarto avant 1623, le Premier Folio est le seul texte fiable pour une vingtaine d'œuvres, ainsi qu'une source majeure pour les autres. Le Folio recueille toutes les pièces généralement attribuées à Shakespeare, à l'exception de Pericles, Prince of Tyre et The Two Noble Kinsmen. Il ne contient aucun des poèmes.

H

Au sommet, les dix livres les plus chers de l'Histoire: n°4, Birds of America par Audubon

Amis Bibliophiles bonjour,

Nous connaissons bien le 4ème livre le plus cher de l'Histoire, puisqu'il s'agît du "Birds of America" d'Audubon.


John James Audubon (ou Jean-Jacques Audubon), peintre et naturaliste Franco-Américain, aimait beaucoup les oiseaux. A partir des années 1820, il entreprit de parcourir les Etats-Unis et de dessiner toutes les espèces qu'il rencontrerait. Son travail aboutit à 435 aquarelles peintes au format double-éléphant folio (98x76 cm). 

En décembre 2010, une collection complète d'originaux s'est vendue chez Sotheby's pour 11,5 millions de dollars.

Nous en avons suffisamment parlé. Vous trouverez d'autres informations sur le blog au sujet de ce très bel ouvrage.

H

mercredi 26 janvier 2011

Au sommet, les dix livres les plus chers de l'Histoire: n°3, L'Evangéliaire de Henri le Lion



Amis Bibliophiles bonjour,

Si les plus beaux exemplaires de la Bible de Gutenberg sont estimés autour de 20 millions euros, il qui peut lui-même aujourd'hui être estimé autour de 16 millions d'euros, c'est l'Evangéliaire de Henri le Lion qui occupe la troisième place avec un prix de 9,8 millions d'euros atteint chez Sotheby's en 1983.

Commandé par Henri Le lion auprès du monastère d'Helmarshausen, ces évangiles furent rédigées et soigneusement illustrées en 1188. L'ouvrage est somptueux, témoignant de la richesse de l'enluminure et de la piété du XIIe siècle.


Il est conservé à la Bibliothèque de Wolfenbuttel où un fac-similé le remplace quand il n'est pas exposé.



L'original date de 1188 et fut rédigé au monastère d'Helmarshausen sur les bords de la Weser. Le duc de Brunswick, Henri le Lion, l'avait commandé pour la collégiale Saint-Blaise de Brunswick. Ce manuscrit très bien conservé est un des témoins les plus somptueux de l'art du livre et de la piété médiévale.

24 de ses 226 pages en parchemin sont enjolivées de miniatures.

H

mardi 25 janvier 2011

Au sommet, les dix livres les plus chers de l'Histoire: n°2, La Magna Carta

Amis Bibliophiles bonjour,

Après le Codex Leicester, c'est la Magna Carta  (ou "Grande Charte") qui occupe la seconde place au rang des 10 "livres" les plus chers de l'histoire.


La Magna Carta Libertatum est l'un des premiers grands textes juridiques de la civilisation occidentale. Rédigée en 1215 par des Anglais en révolte contre leur roi Jean sans Terre, la charte établit une liste de droits fondamentaux et limite le pouvoir de la monarchie - en interdisant notamment l'emprisonnement arbitraire. En 2007, une copie rarissime de 1297 a été cédée chez Sotheby's pour 21,3 millions de dollars (16,5 millions d'euros).



La Magna Carta Libertatum ou Grande Charte est une charte de 63 articles arrachée par le baronnage anglais au roi Jean sans Terre le 15 juin 1215 après une courte guerre civile notamment marquée par la prise de Londres, le 17 mai, par les rebelles.

Cette charte a été rédigée en 1215, sur le sol français, dans l'abbaye cistercienne de Pontigny par des Anglais émigrés, en révolte contre leur roi, Jean sans Terre. Cette « Grande Charte des libertés d'Angleterre » affirme le droit à la liberté individuelle.

C'est sous la contrainte que le roi apposa son sceau sur la "Magna Carta" dans un pré bordant la Tamise, à Runnymede, entre Windsor et Staines. On raconte que s'il se montra fort aimable à l'égard des nobles, mais qu'à son arrivée dans sa chambre, il se jeta sur le sol dans un accès de rage.

Depuis, la "Magna Carta" fait partie du droit anglais ; elle a instauré ce principe fondamental que le roi n'est pas au-dessus de la loi.

On peut trouver des exemplaires originaux de la charte à la cathédrale de Salisbury, au château de Lincoln et au British Museum de Londres.




H

lundi 24 janvier 2011

Interruption des programmes - Scoop ou de nouvelles preuves apportées dans l'affaire Corneille - Molière

Amis Bibliophiles bonsoir,

Nous interrompons le fil normal de nos parutions pour porter à votre connaissance un scoop qui apporte de nouvelles information sur l'Affaire Corneille-Molière et l'attribution de plusieurs oeuvres du second au premier.

En effet, l’Université d’État de Saint-Pétersbourg vient de confirmer la paternité de Corneille pour dix grandes comédies en vers de Molière. Le Professeur Mikhaïl Marusenko et Madame Eléna Rodionova, chercheurs à l’Université d’État de Saint-Pétersbourg, appliquant au corpus Corneille-Molière la méthode statistique dite de la “reconnaissance des formes” (une technique différente et complémentaire de celle utilisée par Dominique Labbé, basée non pas sur le champ lexical utilisé par chaque auteur, mais sur sa syntaxe) viennent de confirmer les travaux de Dominique Labbé.

Ils ont fait connaître leurs résultats dans : Mathematical Methods for Attributing Literary Works when Solving the “Corneille-Molière” Problem// Journal of Quantitative Linguistics, 1744-5035, Volume 17, Issue 1, 2010.
Mme Eléna Rodionova vient de publier en langue russe sa thèse “Corneille-Molière” chez LAMBERT Academic Publishing (2010). M. Marusenko et Mme Rodionova : « "Corneille-Molière" confirmation scientifique par l’Université d'État de Saint-Pétersbourg » traduit du russe et mis en ligne sur www.corneille-moliere.org (2010)

Démontrant que :

• Le Dépit amoureux, L’Ecole des Maris, Les Fâcheux, L’Ecole des Femmes, Tartuffe, Les Femmes savantes sont attribuables à Pierre Corneille avec une probabilité supérieure à 95%.

• Sganarelle, Le Misanthrope, Mélicerte, La Pastorale comique obtiennent un degré de probabilité allant de 63 à 73%.

Leur conclusion est claire: sur les 13 pièces en vers qu’ils ont analysées, dix peuvent être attribuées Pierre Corneille (celles citées au-dessus).

Pour la deuxième fois, avec deux approches différentes, des scientifiques confirment la thèse que Pierre Corneille fut le nègre de Molière, ou, pour parler plus exactement, que Molière fut le prête-nom de Corneille. 

H

Au sommet, les dix livres les plus chers de l'Histoire: n°1, Le Codex Leicester

Amis Bibliophiles bonjour,

Les commentaires suscités par mon post sur la bible de Gutenberg et la suggestion de Leah me conduisent à vous présenter à partir d'aujourd'hui les dix livres les plus chers de l'Histoire. Il est bien entendu que l'on peut trouver son bonheur de bibliophile dans un livre sans valeur, et que ces ouvrages appartiennent autant à l'art, à l'histoire qu'à une certaine forme de spéculation.


Le "Codex Leicester" semble être à l'heure actuelle le "livre" le plus "cher" du monde. Il a été acheté en 1994 par Bill Gates pour 30,8 millions de dollars (24 millions d'euros). Cette collection de 72 feuillets d'écrits scientifiques et philosophiques sont dans un état remarquable de conservation. L'ouvrage datant de 1500 a la particularité d'être composé à l'envers, en écriture spéculaire : il faut un miroir pour lire correctement le texte. 

Le Codex Leicester est une collection d'écrits de Léonard de Vinci a caractère essentiellement scientifiques. Il tient son nom du premier Comte de Leicester, Thomas Coke, qui l'acheta en 1717. Le codex se présente sous la forme de 18 feuilles doubles, soit 72 pages de format 21,8 x 29,5 cm. Il donne un aperçu de l'esprit de ce penseur, artiste et scientifique de la Renaissance, notamment par le lien permanent qu'il crée entre l'art et la science.

L'histoire du codex: si la plupart des dessins et des manuscrits de Léonard de Vinci furent conservés par son élève Francesco Melzi jusqu’à sa mort en 1570. Le Codex Leicester fait figure d’exception: le sculpteur Guglielmo della Porta le possédait dès 1537. En 1717, le peintre Giuseppe Ghezzi (qui l'avait trouvé parmi d'autres documents ayant appartenu à Guglielmo delle Porta) le vendit à Thomas Coke, comte de Leicester, d'où il tient son nom.


Le manuscrit resta dans la demeure familiale d’Holkham Hall à Norfolk jusqu’en 1980. Il passa alors en vente chez Christie's le 12 décembre. C’est le milliardaire Armand Hammer, qui gagna les enchères. Hammer fit construire le UCLA Armand Hammer Museum of Art and Culture Center à Los Angeles, pour abriter sa collection de tableaux et de dessins ainsi que le Codex Leicester qui fut rebaptisé Codex Hammer. En 1994, le musée décida de s'en séparer. Cette fois-ci c'est Bill Gates qui s'en porta acquéreur1. Il redonna au manuscrit son nom d'origine, le Codex Leicester.

Daté aux environs de 1508-1510, par comparaison avec d'autres manuscrits de Léonard, le Codex est composé de 18 feuilles de papier, chaque feuille est pliée en deux et chaque côté de la feuille est écrit, le document complet comporte donc 72 pages. Les feuillets du Codex ont été numérotés au xvie, puis reliés au xviie siècle, suivant l'empilement des 18 double feuillets pliés par leur milieu. Cette présentation ne permettait pas la lecture du Codex. La présentation actuelle lui redonne sa configuration initiale sous forme de feuillets séparés tels que Léonard de Vinci l'avait composée. Seule cette présentation pouvait permettre son étude.


Comme évoqué plus haut, le codex a la particularité d'être écrit en écriture spéculaire (ou écriture miroir), c'est-à-dire que le texte est à l'envers et qu'il faut le placer devant un miroir pour pouvoir le lire. Les pages sont ponctuées de très nombreux dessins et diagrammes.

Le Codex ne prend pas la forme d'un livre linéaire, c'est un recueil d'observations dans des domaines très divers, à l'image du génie universel qu'était l'auteur : théories sur l'astronomie ; les propriétés de l'eau, des roches et des fossiles ; l'air ; la lumière céleste.

H

    samedi 22 janvier 2011

    Connaissance de la reliure: les contreplats à la fanfare des grands relieurs du XIXème siècle

    Amis Bibliophiles bonjour,

    Je l'avoue, j'aime le maroquin. Dans mon idéal il est d'époque, mais je confesse que ma quête d'exemplaires en bon état me conduit régulièrement à préférer un maroquin issu des grands ateliers du XIXème siècle à un veau certes d'époque, mais en mauvais état. Les bons relieurs du XIXème et en tête de liste Lortic et Trautz, les plus récompensés de leur époque, ont en effet atteint un degré de raffinement extrême qui ne peut que ravir le bibliophile. 

    Et quand ce raffinement se cache, il est encore plus exquis. Les contreplats à la fanfare sur des reliures qui sont très souvent d'inspiration janséniste en sont le meilleur exemple. C'est l'un des grands plaisirs de bibliophiles que de découvrir sous un austère maroquin, un décor d'une grande finesse. En voici quelques exemples, signés par de grands noms, pris au hasard des rayonnages:

    .
    Anatole France - Le Procurateur de Judée, 1902, par la Société des Amis du Livres, tiré à 130 exemplaires. Exemplaire nominatif, n°54.  
    Reliure plein maroquin de Canape, étui. Contreplats de maroquin vert à caissons signés CANAPE R. D.


    Sophoclis Tragoediae - Heidelberg, Jerome Commelin, 1597
    Exemplaire de R.
    Plein maroquin rouge signée Capé. Contreplats de maroquin bleu à la fanfare, signés Capé.


    Caractères de La Bruyère, Tours, Mame, 1868, exemplaire sur vergé.
    Un volume in-4, maroquin janséniste rouge signé Hardy Ménil. 
    Contreplats de maroquin vert signé Marius Michel Doreur.


    Des beautés qui ne se dévoilent qu'à ceux qui ouvrent leurs ouvrages.

    H

    jeudi 20 janvier 2011

    Ebayana: fers de Simier, reliures aux armes, à la cire, Alciat, Curiosa, Atlas et livres à planches

    Amis Bibliophiles bonjour,

    Voici une sélection d'ouvrages en vente sur ebay.




























    H

    LinkWithin

    Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...