« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

mardi 8 mai 2012

Miscellanées de Monsieur H.: quelques mots sur la manipulation, quelques mots sur une beauté vénitienne

Amis Bibliophiles bonjour,

Avant tout, quelques éléments autour de la manipulation que j'ai présentée sur le blog il y a 3 jours et qui a généré de nombreux commentaires. 

Pour être bref, après une très très longue hésitation, j'ai décidé de pas préciser le nom du libraire parce que ceci ne m'a hélas semblé n'être qu'un exemple supplémentaire de ce type de pratique. Elle n'est ni l'apanage des libraires français, puisque nous le savons, les libraires français ont également donné dans ce genre de pratiques (et donnent encore), ni l'apanage des libraires d'aujourd'hui. Ce qui est arrivé à cet ouvrage est un exemple parmi d'autres, certainement plus maladroit (ou naïf) à une époque où les gens voyagent plus aisément et ont un accès plus rapide à l'information. Comme l'a souligné Jacques, ceux parmi vous qui souhaitent vraiment identifier ce vendeur peuvent le faire avec les quelques éléments donnés dans le message (et visiblement, vous êtes plusieurs à l'avoir fait, et effectivement, en quelques clics la réponse se profile...), mais à part si vous voulez acheter un Divina Proportione, est-ce important? C'est la pratique que je souhaitais dénoncer, et une certaine idée de la librairie aussi, mais sans donner de leçon de morale et sans bien sûr dénigrer nos amis libraires étrangers (ou français) qui font bien leur travail. Et ils sont heureusement infiniment plus nombreux. 

La manipulation des ouvrages n'est pas rare, l'exemple cité du Rabelais de Renouard le démontre, encore faut-il faire la différence entre le bibliophile qui "combine" quelques ouvrages pour s'en confectionner un plus beau (même si personnellement je déteste cela) et un libraire qui se livre à la manipulation, qui truque et dissimule son trucage... pour un intérêt financier... ce que, à la limite, je comprendrais, si cela était précisé dans la notice. 

O tempora, o mores. C'est la dissimulation qui à mon sens relève de l'escroquerie, alors que la manipulation, elle, est plus une question de morale, ou de bon goût. Et là, il m'est difficile de juger, même si j'ai bien sûr un avis personnel. A part un commentaire qui m'a je dois le dire un peu effrayé, vos commentaires vont je crois dans le même sens.

Autre sujet, autre merveille... J'avais il y a quelque temps (enfin, c'était 2008 quand même, il y a quatre ans, que le temps passe vite... http://bibliophilie.blogspot.fr/2008/09/un-monument-de-la-bibliophilie-les.html) la bibliothèque des Pillone. C'est comme pour la Divina Proportione, on ne croise pas un Pillone tous les jours mais cela arrive de temps en temps. A la vente Bérès bien sûr, puisque Bérès est fût en quelque sorte "l'inventeur" moderne, mais aussi il y a quelques jours à la vente Reiss und Sohn à Munich. En effet, si vous aviez 50 000 euros sur vous (mais a-t-il été vendu?), soit 3 fois moins qu'un Divina Proportione douteux, vous pouviez repartir de Bavière avec un Pillone dans votre valise. En voici la description et quelques images. 


Tomai, T. Historia di Ravenna. Nella quale oltre le cose notabili di questa Republica, brevemente si trattano prencipalißime guerre di diverse nationi... revista in Roma, & di nuovo ristampata. Ravenna, F. Tebaldini, 1580. 4to (20:13 cm). Mit kl. Wappenholzschnitt auf dem Titel. 6 Bll., 214 S. Flex. Prgt. d. Zt. mit Federzeichnungen von Cesare Vecellio auf beiden Deckeln, marmoriertem Kopf- u. Fußschnitt sowie farbig bemaltem Vorderschnitt von Vecellio; kl. Schließbandreste, gering fleckig, Vorderdeckel mit wenigen kl. Wurmlöchern, in mod. Plexiglas-Kassette.


Graesse VI/II, 169; EDIT 16, CNCE 35034; BM, STC Italian 675. - Zweite Ausgabe, Kardinal Pietro Donato Cesi gewidmet und mit dessen Wappen auf dem Titel. Erstmals 1574 in Pesaro erschienene Geschichte von Ravenna. Behandelt auch die Verbindung Dantes zur Stadt, der dort die Göttliche Komödie vollendete und seine letzte Ruhestätte fand, sowie Ravennas berühmte Dichter, Juristen, Künstler, Mediziner, Musiker, Philosophen etc. - Einige Bll. mit bräunendem Feuchtigkeitsfleck. 

Aus der einzigartigen Renaissance-Bibliothek der Brüder Pillone in Belluno. Sie ließen den Schnitt und die Einbände ihrer Bücher von Cesare Vecellio (um 1521-1601), einem Schüler und entfernten Verwandten von Tizian, bemalen. Der vorliegendene Band ist einer der wenigen der Pillone-Bibliothek, bei dem sowohl die Deckel als auch der Vorderschnitt figürlich bemalt sind. Die Illustrationen des Einbandes korrespondieren dabei mit dem Inhalt des Werkes: Der Vorderdeckel zeigt die Kirche S. Maria della Rotonda in Ravenna, der Rückdeckel einen Teil der Stadtbefestigung, der Vorderschnitt einen Turm vor grünem Hintergrund, am Fuß der Titel "Ravena". - Provenienz: Odorico Pillone (1503-1593); Sir Thomas Brooke (1830-1908, Exlibris); Pierre Berès (Bibliothèque Pillone 158).



Second edition, With woodcut arms of the dedicatee, Cardinal Pietro Donato Cesi, on title. History of Ravenna, including Dante's association with the city in which he finished The Divine Comedy and where his tomb is, and its famous artists, lawyers, musicians, philosophers, physicians, poets etc. - Occasional brownish stain.  Decorated binding from the celebrated library of the Pillone family (for provenance see above), one of the few Pillone books with both decorated vellum-covers and fore-edge. Contemporary limp vellum with original drawings by Cesare Vecellio in ink, the front cover depicts the church of Santa Maria della Rotonda at Ravenna, the back a part of the city ramparts, spine with scrolling decoration and title lettered horizontally, the Vercellio fore-edge painting shows a tower painted on a green ground. Some faint staining, few small wormholes to front cover, remnants of fore-edge ties. Preserved in a modern acrylic glass case.
Est. 70 000 € - Résultat. 50 000€

Magnifique, ne trouvez-vous pas? Ce n'est pas mon genre de livres, mais je crois que je pourrai aisément faire une entorse à ma ligne de conduite pour ce genre de beauté fatale... 


H

1 commentaire:

Anonyme a dit…

C'est drôle de citer P Bérès dans cet article, il fut en son temps un très grand manipulateur...allant même jusqu'a maquiller/embellir des envois (Baudelaire à Verlaine...).

On pourrait résumer ce comportement par une expression: lA TENTATION DU LIBRAIRE!

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...