« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

samedi 1 septembre 2012

Miscellanées de Monsieur H.: chassé-croisé entre Cazin, little dark knights watching, de la reliure et du poireau...

Amis Bibliophiles bonjour,

Ah les premiers catalogues commencent à retrouver le chemin de ma boîte à lettres. Enfin! C'est l'ouverture de la chasse (bon, j'avoue j'ai un peu braconné la semaine dernière, juste pour me faire la main). 

On connaît les déboires de la bibliothèque de Naples. Deux des plus anciennes bibliothèques portugaises, celle de l'université de Coimbra et celle du palais de Mafra, se protègent elles d'une bien curieuse façon. Ce sont en effet des centaines de chauves-souris qui veillent sur les livres depuis plus de 200 ans et écartent tout risque lié aux insectes. 



Pas d'insecte donc, mais une conséquence qui n'en est pas moins ennuyeuse: des centaines de petits mammifères qui mangent, cela génère également une quantité significative d'excréments, qui contraignent d'ailleurs la bibliothèque de Coimbra - des documents anciens en témoignent - à protéger ses tables d'études des fientes avec des peaux spécialement dédiées. On ne peut pas tout avoir!

J'aime aller chez mon relieur. Il a toujours de petites histoires à me raconter, des anecdotes sur les bibliophiles, sur les libraires, mais il a aussi une belle collection d'objets autour de la reliure: outils bien sûr, livres, affiches, dont cette jolie affiche (malheureusement peu servie par la qualité des photos): elle figure une jeune femme à côté d'une presse, sur laquelle souffle Eole je pense, et a été produite pour le "Cercle Grolier de Paris - SOCIETE DE PROPAGATION DU LIVRE D'ART MODERNE  FRANCAIS - "Fondation Charles Meunier" - Exemplaire imprimé pour Monsieur Georges Dubuffet, membre fondateur. 





Elle est signée de Carlos Schwabe et datée de 1902. Très belle, mais aussi très mystérieuse et nous comptons sur vous pour répondre à une question: pourquoi la jeune femme tient-elle un poireau dans sa main? 

Toujours chez mon relieur, chez lequel je dois l'avouer j'ai la vilaine habitude de tout regarder (sans toucher), de contempler les ouvrages que d'autres, bibliophiles et libraires ont confiés à ses mains expertes, m'attendais un spectacle cocasse: deux Cazin prêts à être reliés! Le Corroene, pour un libraire-expert bien connu, et le Cazin de Jean-Paul Fontaine, relié pour un amateur de bon goût. Coïncidence, étonnant et amusant raccourci de l'histoire... qui permet aussi de constater que les amateurs ont toujours un coup d'avance sur les libraires! ;) 



On frémit en imaginant les catalogues qui vont être rédigés sur la base du Corroene, et on ne saurait trop conseiller à cet expert d'acquérir d'urgence l'ouvrage de Jean-Paul.

Et l'amateur me direz-vous? Et bien à la reliure se présentait tout simplement l'exemplaire numéro 6. De toute beauté!

Bon et ce poireau?

H

9 commentaires:

calamar a dit…

voyons, que dit Jean-Paul sur Corroene, dans son magnifique ouvrage ? dès que je peux remettre la main dessus, je vérifie !

calamar a dit…

pour le poireau, on dirait plutôt un lys, ce qui donnerait une allégorie de la pudeur, et justifierait le satyre à droite... mais je ne vois pas le rapport avec le Cercle Grolier ?

Hugues a dit…

Ca ressemble quand même beaucoup à un poireau, non? En même temps, je viens peut-être de comprendre pourquoi mon épouse n'est pas toujours contente quand je lui offre des fleurs et pourquoi elle les met dans un réfrigérateur, dans le bac à fleurs, tout en bas.
???
Hugues

Lauverjat a dit…

Résignation du bibliophile vis à vis de son relieur: il fait le poireau ;)

Lauverjat

Olivier a dit…

Un poireau ou un navet? Du coup, qu'elle remette dans sa besace plutôt que de le confier à la presse aurait tout son sens... ;-)
Sur l'identification du chanvre (dont on fait le papier bien entendu) j'aurais été plus affirmatif...
Olivier

rodo31 a dit…

J'ai le "sentiment" qu'elle en menace la ribambelle d'abricots qui constituent la bordure.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Corroënne (avec "ë" et 2 "n", c'est mieux), prénommé Augustin-Joseph et non Alexandre (comme peu d'érudits ont écrit).
Merci pour la belle photo du n° 6 dans un environnement privilégié.
Sait-on quel habillement lui a été prévu par son propriétaire ?

Olivier a dit…

Plein maroquin mais rogné au format in-16, non?
Aïe pas la tête...
Olivier

calamar a dit…

avec un peu de chance, le reporter attitré de Moura (Hugues) publiera des photos de l'avancement, comme pour la fameuse boîte rouge...

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...