« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

lundi 17 juin 2013

De la cote des ouvrages anciens et des autographes: "comment ça, ta part de livre achetée chez Aristophil n'est pas cotée au PFC40, le CAC40 de l'autographe?"

Amis Bibliophiles bonjour,

Qu'on le veuille ou non, nous vivons dans une époque où l'on compte, on compte son temps - passe encore -, mais aussi et peut-être plus que jamais on essaie de mettre une valeur en face de chaque chose.

Les livres anciens et les autographes n'échappent pas à cette règle. Ainsi les amateurs français connaissent-ils tous désormais Aristophil et son partenaire Finestim, qui se chargent pour vous de tenter de faire rimer investissement et passion. Mais connaissez-vous Paul Fraser et le PFC40, une proposition assez proche, avec néanmoins quelques nuances? 


Le PFC40 est un index qui regroupe les 40 autographes (leurs auteurs en fait) les plus vendus sur le marché et leurs valeurs. Comme le dit msn.com "si vous avez la chance de posséder un autographe signé par l'une des 40 personnalités du Paul Fraser's Collectibles PFC40, alors vous pourriez être assis sur une petite fortune".

Et oui, si le CAC40 est le principal indice boursier de la place de Paris, que l'acronyme CAC signifie Cotation Assistée en Continu (indice élaboré à partir des cours de quarante actions cotées en continu sur le premier marché parmi les cent sociétés dont les échanges sont les plus abondants sur Euronext Paris), l'acronyme PFC40, lui, signifie tout simplement Paul Fraser's Collectibles, du nom de son inventeur. On n'est jamais aussi bien servi que par soi-même, c'est vrai.

Le PFC40 est un index des autographes les plus performants sur la période 2000-2012. Cet index a été créé par Paul Fraser, lui-même vendeur d'autographes. On n'est jamais aussi bien servi que par soi-même, c'est vrai (x2).

Mais que nous apprend le PFC40?

1. Que sur la période 2000-2012:
- l'augmentation moyenne de la valeur des autographes sur cette période est de 383%.
- l'augmentation moyenne par an de 14% par an.
- l'autographe qui a connu l'augmentation la plus forte en 12 ans est de Georges Harrison (+1310%).
- Nelson Mandela est l'auteur le plus "profitable", avec +391% en 12 ans.
- Que l'autographe le plus "valuable" est une photo signée des Beatles (25 000£).

2. Et que sur la période 2011-2012:
- l'index a augmenté de 4.37% (médiocre si vous voulez mon avis).
- la plus belle progression est à attribuer à Neil Armstrong.

Mais pourquoi le PFC40?

Et bien c'est très simple, pour vous aider à mieux investir votre argent chez Paul Fraser's Collectibles, qui vous garantie une plus-value de 20%. En effet, si vous achetez un autographe chez PFC, vous pouvez le renvoyer dans les 5 ans qui suivent et vous serez remboursé à hauteur de 120% du prix d'achat original... en bons d'achat chez PFC. On n'est jamais aussi bien servi que par soi-même, c'est vrai. Et ce n'est pas parce que votre histoire d'amour avec votre autographe vous laisse un goût d'inachevé et qu'à trop feindre l'indifférence à vos yeux langoureux, ce dernier vous ait lassé, ne doit pas signifier que votre love-story avec PFC ne peut pas continuer. Ne doit pas continuer devrais-je dire.

D'autant plus que si vous le souhaitez PFC se charge de stocker votre autographe pendant la durée de votre investissement. Une méthode simple et agréable quand on aime que ce soit quelqu'un d'autre qui ait votre "collection" sous les yeux.

Mais trêve de bavardage, je vous vois vous impatienter. Quelles sont aujourd'hui les vedettes du PFC40? Et bien les voici:



Il n'y a qu'un seul français dans le PFC40, et c'est sans surprise l'Empereur Napoléon Bonaparte. On aura la satisfaction de constater qu'il est loin devant le petit Horatio Nelson.

L'Empereur à la cool, juste après être repassé devant Fidel Castro
Bref, n'oubliez pas de consulter le PFC40 avant d'écouter les battements de votre petit coeur de bibliophile.

Il ne nous reste plus qu'à espérer un CAC40 des livres anciens et rares, parce que je ne sais pas vous, mais moi, ça va me faire perdre le sommeil cette histoire! Comment-ça perdre de l'argent en achetant un livre, juste par passion? Nous mais vous me prenez pour un héritier ou quoi?

H

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Le monde devient fou ... ou l'a toujours été (j'hésite)

B.

Textor a dit…

L'escroquerie c'est beau quand c'est bien fait.

Cela me donne une idée : le Textor40 (à ne pas confondre avec l'Euribor) Je mets en viager mes 40 plus beaux livres (c'est moi qui décide quel sont les plus beaux). Moyennant 200 euros par mois et par livre, ceux-ci seront à vous le jour - lointain inch'allah - du Grand Passage. Je peux d'ors et déjà annoncer que plus je vieillis et plus les livres auront pris de la valeur.
:)
Textor

Textor a dit…

PS : soit dit en passant, il se vendait aujourd'hui chez Pierre Bergé de nombreux autographe dont plusieurs signés Napoléon. Je n'ai pas trop prêté attention mais je ne crois pas qu'ils aient dépassés les 500 euros.
Fraser gonflerait-il les prix ? :)
T

Pierre a dit…

On voudrait tant une société sans profit injustifiable.

Il n'est pas condamnable d'acheter un ouvrage et de revendre avec un bénéfice (enfin, j'espère). Les amateurs comme les professionnels le font. Alors qu'est-ce qui nous gène dans ces cotes en continu ? C'est que nous ne soyons plus maitres de nos investissements (et de nos pertes éventuelles)... que d'autres le fassent pour nous.

Des intermédiaires inutiles, voir dangereux en fait, qui œuvrent uniquement pour le plaisir du gain alors que nous œuvrons par amour pour un livre ou pour un auteur.

Tout ça nous porte tort. Pierre

Ugo Paolantonacci a dit…

Bravo H., je ne connaissais pas...
Si j'ai tout compris, l'histoire est toujours la meme : No money, No honey

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...