« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

lundi 27 janvier 2014

Bibliophilie et Sciences: Prony, grand ingénieur français

Amis Bibliophiles bonsoir,

Gaspard Clair  François  Marie Riche  de  Prony (1755­1839),  est  l'un  des  plus  grands ingénieurs français de la première moitié du dix­neuvième siècle. Plus praticien que théoricien, il a coopéré à 
la  construction  du  pont  de  la  Concorde,  puis,  en  1785,  aux  travaux  de  restauration du port de Dunkerque.  En  1794,  Prony est  nommé  professeur  de  sciences mathématiques  à  l'École Polytechnique. En 1795, il fait partie des nouveaux membres de l'Institut dont il devient  secrétaire de la section des sciences physiques et mathématiques. En 1798, il est nommé directeur de l'École des  ponts  et  chaussées.  Il  participe  à  de nombreuses  missions  d'études  par  exemple  pour l'assainissement des Marais Pontins. En 1825, la Restauration lui donne le titre de baron, et Louis-Philippe, en 1835, lui accorde le titre de pair. Je vous présente quelques­uns  de ses ouvrages.


Mécanique philosophique ou analyse raisonnée des diverses parties de la science de l’équilibre et
du mouvement.
Paris, Imprimerie de la République. An VIII. EO.
1 volume in­4 ; (4), VIII, 477, (3) pp.

Cette mécanique constituait initialement les cahiers 7 et 8 du Journal de l'Ecole Polytechnique. Au dos du faux titre il est noté : « La IVe. et la Ve. partie de cet ouvrage paraîtront dans quelques mois, avec un Tableau synoptique de toutes les parties de la mécanique. » Ces parties n'ont jamais paru et le texte de Prony fut extrait de la série et remplacé par un cahier 7 et 8 contenant les Leçons de mathématiques données à l'École Normale en 1795 par Lagrange et Laplace.


Plan raisonné de la partie de l’enseignement de l’école polytechnique qui a pour objet l’équilibre et le mouvement des corps.
Recherches sur la poussée des terres.
Paris, Courcier. An 9. EO ­ An 10.
1 volume in­4 ; (2), IX, (1), 224 pp. ­ 20, (2) pp, 1 pl.

L’ouvrage est divisé en six parties : Statique – Dynamique – Hydrostatique – Hydrodynamique - Des machines et des moteurs – Considération générale sur l’équilibre et le mouvement. Dans son préambule, Prony note : « L’ordre et la méthode que j’ai suivis, dans les combinaisons de ces idées générales,  pour  en  former  ce  qu’on  peut  appeler  l’édifice  de  la science, sont  exposés dans ma Mécanique Philosophique… les changements sont peu considérables ».


Recherches physico­mathématiques sur la théorie des eaux courantes.
Paris, Imprimerie Impériale. An XII, 1804. EO.
1 volume in­4 ; (2), XXXII, 130, (2) pp, 7 tableaux, 2 pl.

Prony  fut  envoyé  en  Italie  à  plusieurs  reprises  par  Napoléon,  pour  étudier  les méthodes  de régularisation  des  cours  d'eau.  Dans  ce  traité  il  présente  de  manière claire  les  principes de la mécanique des fluides. Prony  analyse la vitesse  et  la pression de  l'eau, les réalisations  de canaux  et  de  conduits,  et  il expose ses expériences sur  le mouvement  de  l'eau  dans  des conduits cylindriques, et dans  des canaux ouverts. Dans cet ouvrage, il reprend les expériences de Bossut et de Du Buat sur les eaux courantes. Il fournit aux ingénieurs en hydraulique des règles pratiques qui seront suivies jusqu’à la fin du XIXe siècle. 


Sommaire des leçons sur le mouvement des corps solides, l’équilibre et le mouvement des fluides...
Paris, P. Gueffier. 1809. EO.
1 volume in­4 ; (8) pp. ­ 1ère Partie : Statique : 4, 4, 2, 3, 2, 4, 6, 4, 2 pp. ­ Dynamique : 12 pp. ­
2ème Partie : Dynamique : 11, 3, 2, 3, 3, 2, 10, 13, 3, 4, 9, 4, 2, 8, 4, 2, 4, 2, 3, 2, 5, 5, 9, 16, 2, 5, 2, 3, 10, 3, 6, 36, 8, 26 pp, 2 tableaux.

Ces  leçons  sont  celles  données  par  Prony,  professeur  de  mécanique  à  l’École Impériale Polytechnique,  en  1809.  Le  volume  est  divisé  en  deux  parties  ayant  le même  titre :  Cours de Mécanique. La première partie contient 16 leçons de statique, suivies de 6 leçons de dynamique et d’un supplément. La seconde partie est formée de 47 leçons de mécanique auxquelles on a joint les leçons  48  et  49  (4  pp,  1  tableau).    Cet ensemble  est  très  rare.  La  première  leçon possède  la signature de Savary. Il s’agit peut­-être de André Daniel Savary (1791­1860) entré à Polytechnique en  1807. Cet ouvrage  provenant  de  la  bibliothèque Becquerel,  et A. C. Becquerel  étant  entré  à Polytechnique en 1807, la première possibilité est plus probable.



Leçons de mécanique analytique.
Paris, Imprimerie de l’École Impériale (puis Royale) des Ponts et Chaussées. 1810­1815. EO.
1 volume in­4 ; (4), 6, 306, VI pp, 3 pl. ­ (4), 530, IX, (3) pp, 1 pl.

Prony est chargé dès la création de l’École Polytechnique en 1794, de professer l’application de l’analyse  à la mécanique. Le  conseil d’administration  de l’École le presse de publier son  cours, mais  Prony  est  par  ailleurs  chargé  de  plusieurs  missions par le gouvernement.  Le  contenu des cours de Prony est édité en 1801 par Francoeur, un de ses ancien élève, dans son Traité élémentaire de mécanique, d'après les méthodes de R. Prony. Dans la préface, l'auteur explique qu'il s'agit ici d'un  ouvrage  tout  à fait  nouveau du fait  des  nombreuses  augmentations  et améliorations  qu'il  a opérées ainsi que des avancées importantes faites dans la connaissance de ce sujet.

La première partie est dans la rare édition originale de 1810 ; on rencontre plus souvent les deux parties à la date de 1815. On remarque le changement de nom de l'Ecole en 1815: impériale pour la
première partie puis royale pour la seconde.

Cet ouvrage est inachevé. Deux parties seulement, la statique et la dynamique, s'y trouvent traitées; il manque encore l'hydrostatique et l'hydrodynamique, que Prony avait promises et auxquelles même il devait joindre des applications, ce qui eût donné lieu à une cinquième partie.


Pièce autographe écrite par Prony en 1826 ou 1827 relative à sa  demande de fonds pour les expériences sur la force expansive de la vapeur d’eau.

On trouve à la suite un mot de Joseph Fourier : Convoquer la commission des fonds pour l’inviter à délibérer sur cet objet  et un mot de Georges Cuvier : A convoquer la com.  des fonds pour lundi.

Le Gouvernement français engagea, en 1824, l'Académie des sciences à s'occuper de recherches expérimentales sur les lois de la force expansive de la vapeur d'eau, à des hautes températures. 

L'Académie nomma une commission  formée de Arago, Dulong, Ampère, Girard et  Prony.

On pourrait encore parler de l'important ouvrage de Prony sur l'Architecture hydraulique … Mais j'ai déjà trop abusé de l'hospitalité de Hugues que je remercie. 

Bernard

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Bernard reprend ses causeries physico-historiques pour notre grand plaisir.

Encore un précieux ouvrage, spécialement par les autographes.
Je connaissais le personnage surtout pour son frein dynamométrique.

René

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...