« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

mercredi 15 janvier 2014

Miscellanées bibliophiles et autres: de la conservation, de la donation, "de l'illumination"

Amis Bibliophiles bonjour,

Avez-vous vu passer cette information, au sujet d'un appartement parisien proprement figé dans le temps?

Cet appartement, abandonné dans la précipitation par sa propriétaire -Madame de Florian - en 1942, vient d'être réouvert par un huissier et un commissaire-priseur après près de 70 ans. Sa propriétaire, décédée à 91 ans il y a quelques années, avait continué à payer ses factures tout au long de ces années... sans jamais que quelqu'un ne réouvre la porte qu'elle avait fermé en 1942. L'appartement a donc été retrouvé tel qu'il avait été abandonné en 1942. L'impression est saisissante, le temps comme suspendu dans ces 140m2 qui restèrent insensibles au temps qui passe.




La visite est intéressante et amusante: la cuisinières est toujours en place, les journaux de l'époque, les jouets, une autruche naturalisée... et même un tableau de maître, signé de la main du peintre Giovanni Boldini adjugé aux enchères en 2010 (mais l'histoire vient seulement d'être dévoilée) pour plus de 2 millions d'euros. Pas de livres sur les photos, mais on se prend à rêver de bibliothèques ainsi suspendues dans le temps...

Pendant ce temps le temps fait son oeuvre à l’École nationale des chartes (qui forme les enseignants chercheurs et conservateurs du patrimoine et qui possède une bibliothèque de 150 000 ouvrages dont un magnifique fonds ancien, notamment des XVe et XVIe siècles), et cette institution est contrainte de lancer un appel aux dons pour restaurer certains des ouvrages conservés: particuliers et sociétés sont invités à choisir un titre sur le site de l'établissement, "où ils trouveront, pour chaque ouvrage, photos, notices bibliographiques, opérations à effectuer… et le devis correspondant. Les dons versés sont déductibles à 66 % de l’impôt sur les revenus, et à 75 % pour les contribuables assujettis à l’ISF.



Les premières restaurations ont déjà été engagées, pour lesquelles il est possible de suivre le travail effectué, avec des photos avant/après, et des explications techniques. « Les donateurs, français et étrangers, ont déjà contribué pour des sommes allant de 20 € à 10 000 € », indique Nathalie Darzac, directrice de la communication, qui précise que « tous seront remerciés par une mention de leur nom, à la fois dans la nouvelle bibliothèque, sur le site de l’École, et les réseaux sociaux ; sauf s’ils souhaitent garder l’anonymat »". (source http://www.la-croix.com)

Au total, 200 000 euros sont espérés, pour restaurer près de 1000 ouvrages comme par exemple "un Code Justinien publié à Venise en 1560, « volume in-octavo, à reliure dite germanique en peau de truie estampée à froid ». Le précieux exemplaire a besoin notamment d’« une consolidation de l’ais de bois du coin inférieur du plat recto ». Ou encore celle d’un ouvrage intitulé La pomme de grenade mystique, ou institution d’une vierge chrestienne et de l’âme dévote, publié à Lyon, en 1592. Et encore les Monumens de la monarchie françoise, la Grande Conférence des Ordonnances et Edits royaux, un Traité de la police du XVIII°siècle.…"

Pour en savoir plus, vous pouvez vous rendre ici, sur le site de l'Ecole des Chartes, et faire votre choix: http://sauveznosreliures.enc.sorbonne.fr/

Enfin, côté marché, Christie's s'apprête à mettre en vente un livre d'heures réalisé autour de 1505 pour les Habsbourg et qui a ensuite appartenu à la fameuse collection Rothschild. Cet ouvrage, «un des chefs-d'oeuvre de la Renaissance de la peinture flamande», selon Christie's sera mis aux enchères le 29 janvier. Il est estimé entre 12 et 18 millions de dollars et, avant d'être mis en vente, il voyagera en Chine et en Russie pour être présenté à des acheteurs potentiels.

Au total 150 pages, et des enluminures prestigieuses, un travail d'orfèvre de la main de Gerard Horenbout, un miniaturiste flamand particulièrement réputé à l'époque, et favori d'Henri VIII.


Insolite et signe des temps, cet ouvrage a déjà été vendu une première fois, en début d'année 1999, à un collectionneur européen, pour 13,3 millions de $, près de quatre fois son estimation de base...


H

5 commentaires:

Claire SDP a dit…

Ce livre d'heures est tellemen beau j'en ai des papillons dans le ventre.

J'ai découvert votre blog aujourd'hui et quel plaisir c'est pour moi. Je suis bibliothécaire mais surtout passionnée de reliures et de fonds anciens, j'ai eu notamment la chance de voir plusieurs livres anciens magnifiques que ce soit à la Méjanes à Aix en Provence ou à la bibliothèque du Louvre.
Tout ça pour vous dire que ce sera un réel plaisir de suivre désormais votre blog.

A vite

Claire SDP a dit…

tellement ...

Pierre a dit…

Je devrais être surpris que dans un appartement jamais ouvert depuis 1942, on trouve une toile achetée en 2010 ? Ai-je mal compris ? Pierre

calamar a dit…

oui Pierre ; la toile a été découverte à l'ouverture de l'appartement, et vendue en 2010 : simplement l'article relate des faits qui datent un petit peu.

Raoul Viergerie a dit…

Déja vu partout - Article avec plus de détails paru dans le Point dés Octobre 2010 ...et info reprise dans toute la presse en 2012 ...ça date un peu !!!

la grand-mère était une courtisane splendide, une vraie demi-mondaine qui vivait de ses charmes dans la haute société..parmi ses amants, Boldini himself...

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...