« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

samedi 7 novembre 2015

Ebayana: belles reliures, EO, livres à planches, éditions du 16ème au 20ème siècle et curiosités

Amis Bibliophiles bonjour,

De beaux ouvrages anciens, des livres aux armes, des ouvrages de voyages, des curiosités, il y a de quoi se faire plaisir cette semaine sur ebay. Voici une sélection de lots intéressants actuellement en vente.


 CURIOSA. LEWIS Matthew Grégory. LE MOINE. 1797. Edition originale rarissime





























et aussi...








H

27 commentaires:

Anonyme a dit…

Pour Le Moine de Lewis, il me semble qu'il s'agit de l'édition in-16, en quatre volumes normalement ... La véritable édition originale, parue avant, est en trois volumes certes, mais ne comporte pas de frontispice. Qu'en pensez-vous ?

Romain a dit…

Bonjour,

Je poste rarement de commentaires sur le blog, mais, en réponse à la question ci-dessus, sur Le Moine de Lewis, vous avez raison : l'EO est en trois tomes, in-12, sans figures. L'édition en quatre tomes, in-16 avec quatre frontispices, est parue peu-après.

L'exemplaire vendu en ce moment sur Ebay est donc assez étrange:


- soit il s'agit de la véritable EO, en trois tomes, à laquelle on aurait ajouté les figures de la seconde édition.

- soit il s'agit de celui qui s'était vendu à Drouot il y a trois ou quatre ans (je n'ai pas le courage de rechercher la référence de la vente...) : a savoir la seconde édition en quatre tomes in-16 avec frontispices, bizarrement et peu plaisamment reliée en trois volumes (si je me rappelle bien, le tome trois était "coupé" en deux entre la reliure deux et la reliure trois).


Désolé si cela est un peu confus mais ce n'est pas très facile à expliquer clairement ces histoires de tomes et de volumes.

Quoiqu'il en soit, ce manque de précision de la part du librairie vendant ce livre à 1200 euros, sans aucune collation (!) ni description (!!), ni même questionnement sur la présence sur une de ses photos d'une figure indiquant "Tome 4" pour un livre qu'il décrit comme étant en trois volumes (!!!) me désole un peu. A 1200 euros, on peut prendre cinq minutes pour indiquer au minimum du minimum le nombre de pages de chacun des volumes...

De même que l'utilisation un rien fatigante du mot rarissime (rien que cette année une dizaine d'exemplaires du Moine ont été en vente, en ligne, sur catalogue ou en salle... Rare certes mais pas rarissime).

Bonne soirée,

Romain

Anonyme a dit…

Merci à vous, c'est très clair. Ou peut-être l'édition en quatre tomes, avec le quatrième manquant ? Très loin d'un exemplaire de choix donc ...

Hugues a dit…

Merci à tous les deux, et en particulier à Romain d'avoir éclairci ce point pour les lecteurs du blog.
J'adore quand les commentaires des Ebayana permettent à des bibliophiles d'éviter de faire un petite bêtise, j'en ai fait tant à mes débuts!
Hugues

lexo-phil a dit…

Bonjour,
ces commentaires méfiants n'auraient pas lieu d'être si le vendeur avait fourni un minimum de renseignements concernant la collation de l'ouvrage, son format (en cm...), ses illustrations, son état intérieur (il semble y avoir quelques travaux de vers sur la reliure...)et des photos mieux cadrées...
bref, le minimum compte tenu du prix de départ demandé, pour un ouvrage qualifié de "rarissime".
Les questions ici posées sont parfaitement légitimes et ne relèvent pas du dénigrement. C'est en effet un des rôle du blog de pouvoir échanger des informations sur un livre proposé à la vente et "promu" dans l'ebayana.

Romain a dit…

Bonjour,

Cette histoire me tracasse... Et plus je regarde l'exemplaire en vente, plus je me dis que les choses ne sont pas si simples que mon précédent message pouvait le laisser penser.

Argumentons...

J'ai retrouvé le catalogue de vente présentant cet exemplaire bizarrement relié dont je parlais plus haut. Et bien ma mémoire me jouait des tours puisqu'il s'agissait non pas de l'édition en quatre tomes reliée en trois mais de l'édition originale (semble-t-il) en trois tomes, reliée en deux volumes, avec les frontispices de la seconde édition... Donc il ne s'agit pas de celui actuellement en vente.

C'est ici, numéro 28 de la vente : http://www.bibliorare.com/pdf/cat-vent_drouot8-11-2011-cat.pdf

Cet exemplaire est maintenant en vente ici, à la librairie Otrante : http://www.otrante.fr/lewis.html (j'y reviendrai...)

Mystère donc sur la nature de l'exemplaire en vente sur Ebay. L'édition en quatre tomes avec un tome manquant ? A mon avis non. Pourquoi y aurait-il le frontispice de ce tome manquant alors ? Je pense aussi quand même que le libraire mettant le livre en vente s'en serait aperçu. EO en trois volumes avec les figures ajoutées (l'exemplaire devient là plus désirable...) ???

Ou alors, hypothèse très intéressante de la librairie Otrante : n'y aurait-il pas eu un tirage de la suite de gravures de la seconde édition, qui aurait été mis en vente, à posterior,i pour enrichir la première, sans figures ???

Citons le librairie lui même (c'est ici : http://www.otrante.fr/lewis.html) :

"Ces quatre épreuves présentent la rare particularité de porter les mentions de pagination de l’édition originale et de la seconde édition, alors que la plupart des exemplaires enrichis de cette suite possèdent uniquement la pagination de la seconde édition. Cet état des gravures laisse supposer que la suite gravée pour illustrer la seconde édition pouvait également être vendue à part pour enrichir la première.
Nous n’avons pas trouvé d’autre exemplaire présentant cette particularité de gravures à double pagination."

Serait-ce un autre exemplaire illustrant cette théorie de la librairie Otrante ? Si l'on regarde bien la première photo de l'exemplaire sur Ebay, cela semble aller dans ce sens puisqu'il est indiqué à la fois des mentions de pagination pour l'édition en quatre volumes et pour une édition en trois volumes : "Tome 4e" et "Tome 3e in-12" (le format in-12 étant la particularité de l'EO).

Vous suivez ??? Moi-même j'ai du mal...

Pour terminer sur la rareté du Moine, l'édition originale en trois volumes est quand même vraiment rare... mais à mon goût (c'est donc très subjectif) il est dommage de se priver des magnifiques figures.

Quelques exemplaires en vente ou vendus récemment :
http://urlz.fr/2EFW
http://urlz.fr/2EFZ
http://urlz.fr/2EG0
http://urlz.fr/2EGe
http://urlz.fr/2EGf


Bon j'arrête là et je vais prendre une aspirine.

Bonne journée,

Romain

Hugues a dit…

Merci beaucoup Romain!
Mais alors... Il faut l'acheter? 😊
Hugues

Daniel a dit…

Caillet T2 6654 donne la première édition française Paris Maradan 1797 en 4 volume in 12, puis 1819 en 3 volume in 12 ce serait l'EO Anglaise qui serait de 1795 en 3 volumes in 12 toujours d'après CAillet. une fiche de libraire d'un exemplaire relié en 3 volumes : LEWIS, Matthew Gregory. Le Moine. Paris, Maradan, 1797. 3 volumes in-12 de (2) ff., 182 pp. - (2) ff., 185 pp. - (2) ff., 168 pp., 188 pp. sauf d'etre extremement pressé le tome 3 devrait etre deux fois plus épais que les autres ?

Daniel B.

Romain a dit…

Hugues,

"mais alors... Il faut l'acheter ?"

Je n'en sais rien... Peut-être bien...

Il faudrait surtout une collation (demandée au libraire hier et pas encore reçue, normal, c'est dimanche).

Sans accabler ce vendeur, je rejoins Lexo-Phil sur l'absence de description pour un ouvrage vendu 1200 euros avec juste quelques lignes copiées-collées sur Internet pour décrire l'intrigue.

Dommage vu le prix, mais aussi dommage à mon avis car un des intérêts du métier de librairie ancien me semble résider (dans mon imagination, n'étant pas libraire moi-même) dans la description des ouvrages, surtout lorsque ceux-ci présentent de l'intérêt, ce qui est le cas du Moine.

Romain

lexo-phil a dit…

Ce qui est évident, c'est que cet ouvrage suscite d'autant plus d'intérêt que sa description est lacunaire...
beaucoup de mystère autour de ce roman gothique ! :)
technique de promotion ? je ne le pense pas...
reste à poser quelques questions au vendeur, certains l'ont sans doute déjà fait, mais pas de réponse publiée pour éclairer notre lanterne dans les ténèbres qui entourent ce livre sulfureux.
Les limites de la vente sur le net... on aimerait bien l'avoir en mains...

Romain a dit…

Bonjour Daniel,

Caillet est un peu "à l'ouest" pour ce genre de livres.

Dans le domaine bibliographique du roman gothique, outre les essais d'Alice Killen ("Le Roman terrifiant ou roman noir") et de Maurice Lévy ("Le roman "gothique" anglais 1764-1824" et "Images du roman noir"), tous avares en collations, c'est surtout vers quelques catalogues de librairies qu'il faut se tourner pour avoir des informations bibliographiques précises :
- le catalogue de la librairie Loliée (petits romantiques et romans noirs), premier consacré à ces thèmes (à ma connaissance) et datant des années 50 ;
- le catalogue Oberlé du début des années 70 (c'est lui qui "découvre" l'EO en trois volumes du Moine alors qu'on considérait avant l'édition en quatre volumes comme l'EO) ;
- le catalogue de la librairie Henner "Le Roman de Terreur ou Roman Noir en France de 1760 a 1830" (199?)
- Plus récemment, les catalogues de la librairie Pierre Saunier, qui contiennent souvent des titres gothiques/noirs.

Romain

calamar a dit…

à voir les photos il devrait s'agir de l'édition in-12 avec les gravures de l'édition in-16 : on voit clairement que ces gravures sont beaucoup plus petites, ce qui est normal puisque destinées à un format plus petit.
Ce qui semble indiquer que les gravures ont été tirées sur un papier plus grand pour être insérées dans l'édition in-12 ou in-16, au choix, d'où la double mention de placement.

Romain a dit…

Bonsoir,

Quel œil !!! En effet, maintenant que vous le dites, les gravures sont bien petites par rapport à la taille du volume.

Cet exemplaire devient potentiellement intéressant mais reste qu'il faut être un peu "joueur" pour enchérir sans collation (l'enchérisseur actuel en sait peut-être un peu plus que nous). Toujours pas de réponse à mes questions de la part du libraire...

Bonne soirée,

Romain

Hugues a dit…

Et Calamar surgît avec une explication limpide.
"C'est le meilleur d'entre nous"!
H

Anonyme a dit…

Quand y'en à maaaarre, y'a Calamar.

Son explication est probante.

Anonyme a dit…

Ajoutons qu'il y a -à minima- 2 tirages in-16 du Moine dans l'année 1797, l'un portant la date An V.-1797 l'autre uniquement An Sixieme avec 2 séries de gravures différentes. Ce qui fait au moins 3 tirages la même année en incluant l'in-12.

Résumons la trame probable de l'aventure éditoriale du Moine de Lewis chez l'ami Maradan dans le courant de l'année 1797:

1- Publication d'une édition in-12 en 3 volumes, sans gravures ---> L'ouvrage, tiré à petit nombre, se vend remarquablement bien.

2- Publication d'une édition illustrées in-16 en 4 volumes (les 4 frontispices portent la numérotation I/II/III/IV référence aux 4 tomes) , peut-être cette édition in-16 fut-elle prévue plus ou moins en même temps que l'in-12? (c'était courant chez Maradan de sortir des éditions en deux formats) Ou bien il fut décider de l'imprimer face au succès rapide et l'épuisement de l'in-12? On l'ignore ---> L'édition illustrée est un succès.

3- En rupture de stock rapide, Maradan imprime un second tirage illustré in-16, probablement en Novembre ou Décembre 1797, la page de titre portera donc An Sixieme. Les gravures sont différentes ---> Elles sont inversées, et la gravure du tome 4 porte une mention de pagination pour l'in-12 (dont le troisième volume contient les parties 3 et 4, sans doute afin que le relieur sache ou la placer dans le troisième volume in-12 qui contient 2 parties).

Les gravures sont inversées car on surement perdu les cuivres du premier tirage, ça devait être un sacré bordel dans l'échoppe de Maradan je vous le dis, du coup, on a refait graver des cuivres en prenant comme base la première série, donc tout est inversé.

Conclusions:

Hypothèse 1 (j'y crois pas): Le second tirages des gravures fin 1797 était destinée au retirage in-16 et, peut-être, à l'in-12 dont on s'est dit chez Maradan que certains voudraient peut-être l'illustrer (d'ou la mention de pagination in-12 du quatrième frontispice afin de correctement l'insérer).

Hypothèse 2 (I believe): Il y a eu un retirage in-12 au même moment que le second tirage in-16, on a donc prévu une série de gravures pouvant s'adapter au deux formats, en portant là ou il le fallait des mentions de paginations destinées aux relieurs.

Note: Il y a des in-12 illustrés de la première série de gravures destinées uniquement à la première in-16 ---> Ce qui ferait dire que la première série de gravures pouvait s'acheter à part, afin de l'inclure pour qui le voulait dans la précédente in-12. Ou alors des in-16 de premier tirage ont été dépouillée de leurs gravures c'est possible aussi, surtout si in-12 et première in-16 ont été imprimée quasi simultanément.

Maintenant, à savoir si il y a eu 2 tirages in-12... Pour ma part oui, c'est certain, la mention de pagination du quatrième frontispice va dans ce sens. Je doute très fortement que Maradan ce soit emmerdé à préciser ce détail en songeant à la première édition in-12 déjà épuisée depuis longtemps. Par contre, ça devient très logique de le préciser si ce retirage des 4 gravures devait être utilisé à la fois pour une nouvelle in-12 à l'identique de la première en 3 volumes et une nouvelle in-16 en 4 volumes, toutes les deux réimprimées à la fin de 1797.

L'exemplaire Ebay: Il s'agit donc de l'in-12 en 3 volumes et 4 parties, illustrés du second tirages inversé des gravures, avec mention de placement pour le quatrième frontispice. Pour moi il s'agît d'un second tirage in-12 fin 1797 et non du premier. Mais pour en être certain, il faudrait pouvoir comparer un nombre important d'exemplaires in-12 afin de parvenir à voter quelques inévitables petites différences -impression, papier etc...).

Voilà voilà.

Daniel a dit…

Merci Romain pour ces références, il est vrai que Caillet Brunet et les bibliographes du XIXe sont maintenant souvent pris en défaut par les bibliographies plus modernes sur des points préçis, mais je l'avais sous la main...Si il y a eu gros succès de ce titre, il y a surement eu des contrefaçons ? Quand les cuivres sont inversés, souvent ce n'est pas que les cuivres ont été perdus, mais c'était plus simples pour les contrefacteurs de l'époque ? et on trouve dans d'autres titres nombre de contrefaçons avec des cuivres inversés. Amateurs de bibliographie matérielle, mettez vous au travail...semblerait que ce titre soit intéressant de ce point de vu.

Daniel B.

Patrick a dit…

Le béotien en matière de bibliophilie que je suis est toujours émerveillé par les connaissances de certains commentateurs mais toujours aussi énervé par les "anonymes" qui ne signent pas de leur nom vrai ou fantaisiste.
Lorsqu'il y a beaucoup de commentaires cela facilite le repérage dans la discussion et surtout d'un article sur l'autre on a plaisir à retrouver les Calamar et autres Daniel B.
Dommage, en particulier, que celui qui a terminé son intervention par "voilà voilà" n'ait pas signé; à moins que cette expression ne soit sa signature qu'on aura intérêt à retrouver sur d'autres sujets.

Hugues vous devriez exiger que les commentaires soient signés, cela ne retire rien à leur anonymat .

Patrick. C.

Hugues a dit…

Ah cher Patrick...
Demandé 1000 fois, mais ils n'écoutent pas :)
Hugues

calamar a dit…

Pour Voilà voilà, quelques remarques :
- je n'ai pas comparé toutes les gravures (il y en a 4, c'est du boulot !) mais sur le frontispice du tome 4 je ne vois pas qu'il soit inversé ?
- l'hypothèse d'un retirage in-12 en même temps qu'un retirage in-16 s'appuie sur le changement de date ; or les ex in-12 ont bien an V de marqué.
- l'exemplaire numérisé dans Gallica présente exactement le même frontispice que celui de cet ex in-12, on voit tout en haut de la page la mention du placement tome 3 in-12 (coupé par la reliure).
Cf http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8626871s.r=
L'emplacement de cette indication, tout en haut de la feuille, a pu être prévu pour rester sur les ex in-12 et disparaître à la reliure des ex in-16 ? (simple hypothèse aussi ;) )
- d'accord avec Daniel, des gravures inversées sont plutôt un signe de contrefaçon que de bazar chez l'éditeur, surtout pour un retirage dans la même année.

Et merci pour vos commentaires sur mes commentaires, et sur mon pseudo, il est judicieusement choisi pour susciter des jeux de mots !

Anonyme a dit…

Bonjour,
Je continue à informer la communauté des utilisateurs et vendeurs ebay... Les catégories par époques ont été remises sous forme de filtres que l'on peut choisir lors de la mise en vente. J'imagine que les acheteurs peuvent sélectionner ces filtres lors de la recherche après être entrés dans la catégorie générale. En revanche, il y a toujours la catégorie couleur complètement inutile (j'ai suggéré une catégorie reliure : maroquin, veau, etc.) et dans les thèmes il manque Voyages, Sciences, etc. J'encourage les libraires (et acheteurs) à prendre contact pour continuer à faire évoluer Ebay. Le constat est quand même qu'ils sont à l'écoute de leur public, ce qui est plutôt une bonne chose !
SD

Anonyme a dit…

Rectification : cela apparait quand on met en vente mais pas quand on recherche et parcourt les catégories, il faut donc continuer à leur mettre la pression pour qu'ils le changent rapidement...
Pour détailler quand on clique sur livre bd revues, on doit cliquer sur le thème général pour ensuite pouvoir sélectionner livres anciens et recherchés et là, dans le bandeau de gauche des filtres, on ne peut pas faire apparaître les époques. Ils n'ont fait que la moitié du travail, c'est bien pour la mise en vente mais impossible à retrouver pour l'acheteur.
SD

Hugues a dit…

Personnellement j'ai totalement laissé tomber eBay. C'est devenu un enfer pour l'acheteur.
And the winner is, hélas, les SVVs.
Hugues

Anonyme a dit…

Eh oui, Hugues a raison...
Ceci posé, en ce moment, je vends plutôt pas mal du tout (approche des fêtes ?), y compris des ouvrages à trois chiffres, MAIS avec le système "Prix Fixe - Option faire offre", qui permet de limiter le risque de n'être pas "vu" rapidement... D'autant que je disperse en courtage une bibliothèque qui donc ne m'appartient pas, donc interdit de faire des impairs, puisque je suis payé à la comm' !

Ce système de vente est me semble t'il assez approprié à la nouvelle typologie d'Ebay, qui ralentit ou limite les recherches des acheteurs...
Qu'en pensez-vous ?

B.

Hugues a dit…

Je ne regarde quasiment jamais les livres en achat immédiat lorsque je surfe.
Je ne les vois que lorsqu'ils apparaissent dans mes recherches.
Hugues

Daniel a dit…

Hugues vour leur manquiez trop, Pour la modif ebay c'est fait, allez dans livres anciens recherchés, colonne de gauche vous avez la selection par période. Petit bémol pour les vendeurs en achat immédiat, vu qu'ebay avait mis tous nos livres dans cette catégorie unique, il faudra tout retrier et modifier toutes les caractéristiques du livre 1 a 1 grrrr des semaines de mise à jour... pour les mises en vente nouvelles il faut bien spécifier la période dans les caratéristiques du livre, ce qui est possible depuis quelques jours déja.

Daniel B.

Anonyme a dit…

Je confirme : la période apparaît enfin!!!

Et 80% de mes livres ont été mis automatique dans une période. Ca à l'air correct comme tri. Donc reste plus qu'à vérifier et signaler les périodes pour les livres qui ont été mal triés.

Un libraire à qui ça remonte un peu le moral!

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...