« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

vendredi 4 mai 2007

Que pensez-vous d'ebay?

Ebay... vaste sujet.


Nombreux sont ceux parmi vous qui utilisent la première plate forme commerciale mondiale, que ce soit d'ailleurs pour acheter ou vendre des livres, et ce que vous soyez un professionnel ou un particulier. Lors du salon qui s'est tenu au Grand Palais la semaine passée, j'ai assisté à une conférence sur l'avenir du métier de libraire... Internet était au coeur du débat, et ebay dans l'oeil du cyclone. On pourrait parler d'ebay et de ses rapports avec le monde du livre ancien pendant des heures, je vais essayer de faire court... ça ne sera forcément pas exhaustif...

On ne peut lutter contre le progrès, ou l'évolution technologique si vous préférez, en particulier sur un marché... il est donc illusoire d'imaginer qu'un monde du livre ancien sans internet et sans ebay revoit le jour. Internet et ebay sont devenus des acteurs majeurs. C'est un fait. La question est plutôt de savoir comment cette évolution va influencer le marché, et quelle place va y tenir ebay.


Un libraire de substitution?

Je suis membre d'ebay depuis des années, et avant cela j'étais membre d'ibazar. J'ai acheté de nombreux livres sur ebay, sans jamais cesser d'en acheter chez les libraires ou sur les marchés. Il me semble que les vrais passionnés, et si vous me lisez, c'est que vous l'êtes, que les vrais passionnés ne se limitent jamais à une seule façon d'acquérir de nouveaux ouvrages : ils achètent chez les marchands, sur les salons, sur les brocantes avec un peu de chance, sur internet, sur ebay, etc.

Finalement, on devrait déjà pouvoir écarter le fait qu'ebay remplace les autres modes de distribution, tout au plus le site prend une part de marché, ce qui redistribue les cartes... mais c'est la logique de tout marché.

Un nivellement des prix par le bas?

C'est l'une des questions qui ont également été soulevées lors de la conférence. Je pense que c'est assez juste dans le fond, ebay a tendance à abaisser le prix d'un livre. Ainsi, un livre que vous pourrez trouver pour 100 euros chez un marchand, voire 120 sur un salon (comme le soulignait Thibault dans un message récent), peut souvent être déniché chez un libraire étranger contacté via internet pour 80 euros... et arraché sur ebay pour 60 euros. Il y a donc bien une perte de la valeur moyenne du livre et de la valeur globale du marché.

Néanmoins il faut s'interroger à un double niveau : cela touche-t-il tous les livres? J'ai tendance à penser que non, que seuls les livres de gamme moyenne à faible sont touchés, puisque les autres n'apparaissent même pas sur ebay (a contrario, un dépareillé 18ème qui ne serait même pas mis en vente chez un libraire crée de la valeur en se vendant 50 euros sur ebay). Et deux, cela ne correspond il pas à une régulation normale des prix comme on en connaît sur d'autres marchés? Je sais que nombreux sont ceux qui trouvent d'ailleurs cela assez sain par rapport à des abus qui furent auparavant pratiqués en matière de prix.

Le paracommercialisme?

Certains libraires se plaignent du fait que des particuliers réalisent des centaines de ventes par an sans être soumis aux obligations légales et fiscales des professionnels. C'est une exigence absolument légitime, néanmoins on peut s'interroger sur le fait que le paracommercialisme soit véritablement l'explication de la chute de chiffre d'affaire des libraires, dans la mesure où les libraires conviennent dans l'enquête du SLAM qu'ils ne réalisent que 10% de leur chiffre d'affaire sur internet (et que c'est le catalogue qui reste leur premier outil de vente)... Et ce d'autant plus qu'une nouvelle génération de marchands est apparue avec ebay, à savoir des marchands qui y réalisent quasiment la totalité de leur chiffre d'affaire.


La vraie question du paracommercialisme n'est-elle pas d'ailleurs tout autre... à savoir que les libraires considèrent le site comme un sérieux concurrent en matière d'approvisionnement... Auparavant, les particuliers venaient leur proposer leurs livres, désormais il les mettent directement sur ebay... Mais je crois qu'à nouveau c'est anecdotique, ou alors qu'on parle de livres de qualité moyenne...


Conclusion (partielle, j'en conviens, le débat est sans fin)?

Ebay est un élément de la révolution internet, je pense qu'il fait simplement considérer que c'est simplement un nouvel élément à prendre en question sur le marché. Le site régule sans doute les prix à la baisse, mais nous savons tous qu'il s'agît principalement de livres de qualité moyenne, voire de dépareillés, qui n'avaient pas même de marché avant. Il est logique que les particuliers qui réalisent des centaines de ventes par an soient soumis à des contraintes, mais existent-ils vraiment sur ebay pour les livres anciens?

Ebay n'est d'ailleurs pas exempt de tout reproche, j'aime beaucoup ce site, mais je trouve qu'un effort pourrait être fait dans le domaine qui nous concerne, avec un nombre de photos minimum, voire une charte un peu plus précise, obligeant le vendeur à préciser clairement l'état, le format, les défauts éventuels, etc.


Enfin, vous le savez si vous me le lisez régulièrement, tout en aimant beaucoup ebay et internet en général, je suis un fervent défenseur des libraires. Ils sont la clef de voûte de l'univers du Livre Ancien, ce sont eux qui détiennent la connaissance du livre (que nous partageons avec eux), l'expérience et permettent aux livres de circuler... alors qu'ebay n'est au fond qu'une plate forme de mise en relation commerciale sans valeur ajoutée... Il est ainsi très rare d'entamer une discussion via ebay avec un vendeur, comme on pourrait le faire avec un libraire.

Je me suis permis d'intervenir dans la conférence au Salon, sur un point précis : les libraires présents évoquaient ebay avec amertume (pour certains en tout cas, puisque d'autres utilisent le site, même si c'est parfois en avançant masqués), tout en déplorant la raréfaction des clients et le fait qu'il y a de moins en moins de jeunes clients bibliophiles.... Je me suis permis de leur faire remarquer qu'ebay (parce que site internet, et offrant des prix réduits sur des livres de début de gamme) attirait sans doute de jeunes bibliophiles, qui deviendraient un jour de sérieux clients... Je crois que nous avons tous connu ça, on commence par acheter des livres à 10 euros, puis quelques années plus tard, on dépense 10, 20, 50 ou 100 fois plus. Avec cette progression, on devient aussi plus exigeant et on se tourne fatalement vers les libraires ou les grands salons un jour.


Mon ebay à moi? J'essaie de faire un petit tour chaque jour et j'ai programmé des recherches automatiques. Avec le temps, je suis devenu plus exigeant et j'avoue que j'effectue pas mal d'achats à l'étranger, notamment sur ebay.com où les livres sont souvent de meilleure qualité, notamment parce que les grands libraires anglos-saxons n'hésitent pas à mettre en vente des livres sur ce site. Après de gros achats, il m'arrive de mettre des livres en vente sur ebay pour financer ces nouvelles acquisitions... mais je doute qu'ebay permette un jour à un vrai collectionneur de s'enrichir! :) Enfin, avouons-le, c'est quand même très amusant de suivre une enchère, palpitant de la remporter et très agréable de recevoir des paquets par la Poste, comme si le Père Noêl passait tous les jours!

Et vous?
H.
Ouvrage présenté : Le théâtre d'honneur et de chevalerie, 1620, un volume in-4, qui a le grand avantage d'avoir été colorié à l'époque. Assez joli! Chaque planche est pleine page!

2 commentaires:

Philippe a dit…

Un libraire que j'ai rencontré à Honfleur m'a dit il y a quelques mois que 90% de ses ventes se faisaient via ebay, et que maintenant, son magasin ne lui servait qu'à passer son temps en quelque sorte... Il a d'ailleurs prédit la disparition des librairies d'ici à quelques années. Bien sûr, j'ai vivement répondu que non, que rien ne valait le toucher et l'odeur du livre, que rien ne pouvait remplacer une découverte en direct d'un livre. Mais sur le marché, je dois être une minorité invisible...
Il n'empêche qu'ebay reste attractif, surtout, effectivement, pour une bourse comme la mienne. Mais je préfère toujours aller dénicher la perle (pour moi, c'est une perle en toc, étant donné que 50€ c'est déjà pas mal, et ça plombe très vite la fin de mois...) dans mon magasin de livres anciens préféré!

Guillem a dit…

Effectivement, je dois reconnaitre qu'en temps que jeune bibliophile Ebay me permet rapidement d'avoir accès à quelques livres à prix raisonnables, sur des thèmes variés mais surtout, il me permet de voir une pseudo côte et me fait vraiment découvrir l'aspect froid et mercantile de la bibliophilie.. Toutefois, il est clair que quelques photos sont largement insuffisantes.. Gare aux surprises..
Enfin dans l'ensemble je dirai que je vote quand même POUR Ebay (et Delcampe aussi)--> pour ma part l'ouverture sur les plus grandes librairies du monde et ce, de son fauteuil.. me fait d'autant plus savourer le fait d'avoir fait l'effort d'aller en librairie..

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...