« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

dimanche 20 mai 2007

Un relieur indélicat... ou Napoléon et la Pompadour unis dans le mensonge!

L'un des principaux atouts que peut présenter un livre ancien est la provenance... Et ce relieur-restaurateur parisien l'avait bien compris. Longtemps restaurateur attitré de grands libraires, son talent était tel que ses pastiches de reliures anciennes étaient vraiment très difficiles à identifier, même pour un professionnel. Il abusa même un expert en signant une reliure mise aux enchères, et que l'expert qualifia bien d'ancienne, tout en avouant ne pas connaître ce relieur...


Notre ami aurait pu s'en tenir à cela d'ailleurs, mais comme souvent, c'est l'occasion qui fît le larron et lorsque les conditions furent réunies il passa à un stade supérieur. Il avait en effet réussi à se procurer le fer de Mme de Pompadour et celui de Napoléon. Une fois récupérés les catalogues de leur bibliothèques, il ne lui restait plus qu'à trouver les ouvrages des dits catalogues dans des conditions plus modestes, puis à y frapper les armes des deux personnages historiques... quitte à réemboiter les textes dans des maroquins... La valeur des ouvrages était alors décuplée, voire plus.

Et c'est semble-t-il bien ce qu'il fît. Je dis "semble-t-il" car dans l'univers feutré des livres anciens de luxe, les scandales se nouent rarement au grand jour. En fait, c'est une vente à Drouot qui attira l'attention des amateurs et des professionels. Celle-ci proposait en effet un (trop) grand nombre de reliures de grande provenance, notamment des reliures aux armes de l'Empereur et de la Pompadour. Tous furent stupéfaits de la richesse de la collection et d'autant plus sceptiques. Rapidement, certains firent le lien entre les volumes présentés, un libraire s'étant retiré, et notre fameux relieur-restaurateur... La vente devînt alors suspecte et les résultats ne furent pas à la hauteur des espérances.


Il est clair que les bibliothèques de Napoléon et Madame de Pompadour (on cite aussi celles de la Comtesse du Barry, ou de Marie-Antoinette) n'ont fait que s'accroître depuis la disparition de leur propriétaires... ce qui n'est pas courant.

La vigilance est donc de mise quand on vous propose une mariée trop belle, à des conditions inespérées... Mieux vaut être vigilant, même si les experts eux-mêmes avouent qu'ils peuvent se laisser tromper par de telles reliures lorsqu'elles sont bien exécutées.


Comment les identifier? Difficile, on ne peut que conseiller de se méfier des armes dont la dorure semble éclatante, et encore, cela n'écarte pas les falsifications anciennes, qui existèrent aussi. Le meilleur moyen reste peut-être de vérifier que la dorure ne recouvre pas d'accrocs ou d'épidermures. En effet, les armes étaient le plus souvent poussées juste après la reliure, alors que le maroquin ou le veau étaient encore immaculés, les dommages "normaux" liés au temps doivent donc apparaître au dessus de l'or de la dorure... et non au dessous!

H
Images : les armes de la Pompadour, et celles de Napoléon.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...