« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

vendredi 21 septembre 2007

La Fontaine et les Fermiers Généraux...

Sous l'Ancien Régime, les fermiers généraux étaient ceux qui tenaient à ferme ou à bail les revenus publics, composés surtout alors de la taille, de la gabelle (l'impôt du sel), de l'impôt des tabacs, des octrois, etc.
Ils formaient une association privilégiée, la ferme générale, qui compta longtemps 40 membres, et qui fut ensuite portée à 60. Ils s'enrichissaient rapidement et de façon considérable.

Leur nomination dépendait du ministre des finances, et le plus souvent le ministre recevait du personnage préféré un pot-de-vin considérable. L'institution des fermiers généraux remonte à Philippe le Bel. Elle donna lieu à une foule d'abus, que l'Assemblée constituante fit disparaître en 1790, en supprimant les fermes.

Mais quand on est bibliophile, les fermiers généraux renvoient à la Fontaine (1621 -1695) et à son ouvrage "Contes et Nouvelles en vers" dont les fermiers généraux financèrent une édition qui passe pour l'un des plus beaux livres illustrés du 18ème siècle.

Les richissimes Fermiers Généraux ne renoncèrent en effet à aucune dépense pour que l'édition soit une des plus belles qui soient : elle fût imprimée à Paris (Barbou), avec les caractères de Fournier le Jeune, et tirée à 2000 exemplaires seulement, en deux volumes in-8, sur papier de Hollande.

Cette édition des Fermiers Généraux doit grandement son succès à l'illustration d'Eisen, qui se livre ici à un exercice magistral, "amplifiant délicatement" ce que le texte suggère, et bien souvent de façon assez libertine. Il est d'ailleurs secondé par Choffard, graveur ornemaniste dont les culs-de-lampe sont également magnifiques.
En général, les exemplaires bien constitués comportent un Portrait-frontispice de La Fontaine d'après Rigaud gravé par Ficquet, un portrait d'Eisen, gravé par Ficquet d'après Vispré, quatre vignettes, 53 culs-de-lampe par Choffard et 80 figures d'après Eisen gravées par Aliamet, Baquoy, Choffard, Delafosse, Flipart, Lemire, Leveau, de Longueil et Ouvrier.

Naturellement, les Fermiers Généraux ne pouvaient se contenter de reliures médiocres et très souvent les exemplaires sont reliés en maroquin, parfois même signé, ce qui est assez rare pour le 18ème siècle.

L'ouvrage est-il rare? Curieusement, non. Mais il est toujours très cher. Et puis, comme tout bel objet, l'ouvrage a fait l'objet de nombreuses contrefaçons qui sont elles plus abordables et parfois également exquises.
Je possède pour ma part une contrefaçon de 1792, en maroquin bleu nuit signé Vermorel dont je ne me séparerai pas pour tout l'or du monde (enfin, ou presque). C'est vraiment un livre pour bibliophile.

H

Images : mon édition, bleue, et une autre.

P.S. : Saviez vous qu'en procédant à la toilette mortuaire de La Fontaine, on découvrît qu'il portait un cilice
?

2 commentaires:

J-P Fontaine a dit…

Le cilice : normal pour un ami des animaux ...
Superbe, votre exemplaire des Contes et Nouvelles relié par Vermorel !

J-P Fontaine

Vanessa a dit…

Lafontaine est mon auteur préféré, puis La Comtesse de Monségur. Ces deux auteurs ont beaucoup marqué mon enfance. J'aimerais bien avoir ce livre dans ma bibliothèque. Où peut-on acheter un original? Merci.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...