« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

mardi 4 septembre 2007

Quérard : un grand bibliographe, solution de l'énigme n°7

Naturellement, la réponse à l'énigme est le Quérard.
Il y avait plusieurs façons de trouver cette réponse, mais la plus simple était encore de s'en remettre à l'acrostiche.

C'est à nouveau Raphael qui a trouvé la réponse le plus rapidement, mais je félicité également Bertrand, Olivier et particulièrement Isabelle, qui a bien répondu sans pourtant connaître le Quérard...

Mais qu'est ce donc que le "Quérard"?

Joseph-Marie Quérard (1797 - 1865) est un bibliographe français. Après son apprentissage chez libraire, il s'installa à Vienne de 1819 à 1824 où il élabora les premiers tomes de sa grande oeuvre, le Dictionnaire des savants, historiens et gens de lettre de la France (14 volumes, 1826-1842), dans lequel il traite principalement des 18ème et 19ème siècles. Mais on lui doit également Les Supercheries littéraires dévoilées, ou la Galerie des Ecrivains français de toute l'Europe qui se sont déguisés sous des anagrammes, des astéronymes, des cryptonymes, des initialismes, des noms littéraires, des pseudonymes facétieux ou bizarres, etc. (5 volumes, 1845 - 1856).

C'est cet ouvrage qui est communément appelé le Quérard est qui s'avère très utile lorsque vous avez entre les mains un ouvrage écrit par M. H le B. du B. et dédié à tous les B. C. sur le W. Il permet en effet de décrypter ces noms cachés et d'identifier plus précisément l'auteur. Vous pouvez le consulter sur le site de la BNF à l'adresse :
http://visualiseur.bnf.fr/Visualiseur?Destination=Gallica&O=NUMM-200143

Dans l'énigme, vous aviez "supercher" pour "supercheries", l'acrostiche et les quelques vers qui symbolisent les cryptonymes, abbréviations, initiales et autres. Et le Quérard n'est effectivement pas super cher, puisqu'un assez bon exemplaire s'est vendu 90 euros il y a quelques jours sur ebay.

On doit notamment à Quérard la Bibliographie la Menaisienne (1849), le Dictionnaire des ouvrages-polyonymes et anonymes de la littérature française 1700 - 1850 (1846-47) etc. Il a aussi écrit sous le pseudonyme de Marie-Jozon d'Erquar et de Photius.
Grâce à Olivier, qui fût le 4ème à me donner la bonne réponse, je me permets d'ajouter la petite info en plus, sans laquelle le blog ne serait pas tout à fait le blog : une association (l'association des amis de Quérard) se bat actuellement pour sauvegarder sa tombe et éviter qu'elle ne soit rasée. Je vous invite à visiter leur site si vous voulez en savoir plus et faire un don :
http://perso.orange.fr/querard/

H

Images : Quérard et la tombe de Quérard.

2 commentaires:

J-P Fontaine a dit…

La véritable grande oeuvre de J-M Quérard ne serait-elle pas "La France littéraire" (1827-1864, 12 vol in-8), première bibliographie nationale française ?
Il serait peut-être prudent de ne pas continuer d'appeler "le Quérard" "Les supercheries littéraires dévoilées", car Quérard a publié un périodique ayant pour titre "Le Quérard" en 1855 et 1856 qui forme 2 vol. in-8.

J-P Fontaine

Hugues a dit…

Ah... si seulement le blog avait le pouvoir de changer toutes les mauvaises habitudes des bibliophiles français... à commencer par leur réserve.

Il me semble trop tard pour le Quérard également, malheureusement. Mais il est également vrai que l'ouvrage qu'on appelle Quérard est très spécifique et qu'il marque les esprits...
H

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...