« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

vendredi 8 mai 2009

Miscellanées de Monsieur H.

Amis Bibliophiles Bonsoir,

Mon courrier en retard s'accumule, veuillez m'en excuser: Frédéric veut devenir libraire et me/nous demande quelques conseils... avant de mettre un terme à ses études universitaires... Benoît veut savoir si l'un d'entre vous détient des informations sur les relieurs ayant oeuvré en Algérie française, nombreux sont ceux qui m'interrogent sur la date de sortie de la Nouvelle Revue des Livres Anciens et son contenu.

Frédéric: je ne sais que vous répondre, mais si vous êtes passionné, que vous n'avez pas de bouches à nourrir autre que la vôtre et que vous êtes prêt à passer malgré tout par quelques moments de doute, qu'avez vous à perdre à tenter l'aventure? Le fait que vous soyez en province ne me semble pas être un handicap, mais il est vrai par ailleurs qu'une petite mise de départ semble nécessaire. Allez vers votre risque! Plusieurs jeunes libraires sont des lecteurs du blog, je suis convaincu qu'ils seront prêts à vous donner des conseils.

Benoît: aucune idée sur les relieurs de l'Algérie Française... mais je parie que Gilles saura vous aider.

La Nouvelle Revue des Livres Anciens: vaste sujet. 

Que puis-je vous dire sans trop en dire? La Revue partira en impression d'ici une semaine. Après l'édito de Jean-Paul, vous découvrirez un article magnifique. L'un des plus beaux textes que j'ai lus sur la bibliophilie. Mais j'en dis déjà trop... Quoi d'autre? Nous luttons avec Jean-Paul pour résoudre l'équation économique que pose la revue. En fait, nous avions sous-estimé les divers coûts. Ne sortez pas les mouchoirs, on s'en sort, mais on comprend mieux l'expression "essayer de joindre les deux bouts" au regard de cette aventure, ou de cette folie, le mot est plus juste. Sourire. Rassurez-vous, pour tous les nombreux souscripteurs, ce sera transparent. Au contraire même, finalement, vous en aurez plus que prévu à vous mettre sous la dent! 

La date de sortie est prévue pour début juin, selon le délai de notre imprimeur. Ensuite vos deux dévoués serviteurs vont eux-mêmes mettre sous enveloppe les exemplaires avant de les envoyer. Travail de romain. Les exemplaires partiront ensuite vers Carantec, Fontoy, Milan, Tel Aviv, New York, Tokyo, Paris ou Buenos Aires. Nous y avons mis toute notre âme et beaucoup de temps. En dehors des parrainages bienveillants et de la collaboration des auteurs, je crois pouvoir dire que nous aurons porté ce projet sur nos quatre épaules, bien aidés dans la dernière phase par Sandra, notre maquettiste. Vous serez juges.

Le numéro deux? Nous avons déjà la plupart des articles et il paraîtra en octobre. 

Je suis aussi impatient que vous. Nous y sommes presque.

H

6 commentaires:

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Hugues,
Tu as oublié la numérotation à la main des 350 premiers exemplaires avant la mise sous enveloppe à bulles. Pour le reste, tout sera conforme aux prévisions, même si,effectivement, c'est un véritable métier, qui n'est pas le nôtre.

Hugues a dit…

Tu as raison! J'en profite pour ajouter que si votre numéro n'est pas numéroté, c'est que vous êtes bien plus que 350 à avoir souscrit. Beaucoup beaucoup plus même!
H

Anonyme a dit…

Je remercie Hugues pour sa confiance qui m'oblige..., mes lumières en matière de relieurs du continent africain sont cependant limitées. Rien sur l'Algérie dans mes tablettes, notez cependant:
-François Louis Schmied (1873-1941) bien que né à Genève était fils d'un colonel de l'armée française d'Algérie. Peintre, graveur, illustrateur, plus créateur de reliures que relieur lui-même peut-être, il fit une carrière éblouissante à Paris, mais ruiné il s'exila à Tahanaout, poste avancé du désert marocain au sud de Marrakech où il mourut.
-Ali Daouas, 9 rue du Maroc à Tunis, ce relieur avait exposé en 1984 à l'hôtel de Sens à Paris une fort jolie reliure en chagrin noir au décor étoilé.
à suivre?
Lauverjat

Anonyme a dit…

Deux relieurs d'Alger:
*LOUIS Léon relieur rue de Constantine en 1900
*ANDRE Pierre (1860-1894) relieur à Alger

et deux ouvrages:

ES-SOFIANI (Abou el-'Abbas Ahmed ) Art de la reliure et de la dorure, Paris , Geuthner, 1925

L'Art du livre au XXe siècle: exposition Alger, Salle Pierre Bordes,
Direction de l'intérieur et des beaux-arts, Comité national du livre illustré français, Société de la reliure originale,- 1955 - 192 pages

ce dernier, est un catalogue d'exposition.

Lauverjat

Anonyme a dit…

Merci pour ces informations sur les relieurs d'Algérie.
Je devrai sûrement y aller, et j'espère avoir la chance de me faire introduire dans quelques superbes bibliothèques qu'il y a là-bas..

J'ai personnellement une très jolie demi-reliure à coins des années 20 tout à fait dans le style orientaliste. Signée "A. Pisani et J. Mari Alger"

Par ailleurs ma question concernait les relieurs de l'Algérie en général, pas uniquement de la période française, même si j'ai cru comprendre que depuis 1962, il y en a eu très peu. Je tiendrai au courant le blog de mes avancées lorsque j'irai là-bas (date non prévue pour l'instant, j'espère avant la fin de l'année)

Wall

Anonyme a dit…

Gabriel Figarola, relieur à Alger 5 rue Génina, rapatrié, s'établit à Paris en reprenant les ateliers Richert et Victor Morel, exerce 2 rue de la Roquette. Décédé le 20 juin 1977, ses enfants poursuivent son activité. Paul Figarola (son fils?)semble avoir travaillé avec un autre atelier, celui de Jacques Ebrard pour des petites séries de reliures d'éditeurs.
Lauverjat

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...