« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

vendredi 4 septembre 2009

Les mots de la dorure: le tortillon

Amis Bibliophiles bonsoir,

A la lecture du passionnant ouvrage de Pascal Alivon, Styles et Modèles, Guide des styles de dorure et de décoration de reliures (Artnoville Editions), j'ai croisé un nouveau mot, qui m'était encore inconnu: le tortillon.

Selon Alivon, le tortillon apparaît au XVIIème siècle et est particulièrement utilisé sur les dos dits "à la grotesque". Le tortillon est en fait une courbe poussée à l'extrême qui devient une spirale, un tortillon.
Voici une planche de tortillons, que l'on trouve dans l'ouvrage cité ci-dessus.

H

6 commentaires:

Le Bibliophile Rhemus a dit…

On peut lire dans le manuel Roret du relieur :

"5. - Fers à tortillons (XVIIè siècle)

Ils caractérisent le dix-septième siècle. C'est également à cette époque que l'usage des riches dentelles a commencé à devenir général.

« Le plus grand mérite de Legascon est d'avoir su garder, au milieu de sa prodigieuse richesse de détails, les savantes qualités d'ensemble des maîtres. Au dix-septième siècle, on procède d'une autre manière : c'est par la répétition des mêmes motifs, dans des positions différentes, que l'on arrive à un ensemble. Les belles reliures auxquelles Du Seuil a donné son nom, ces reliures à filets, soit droits et courbes, avec coins et milieux richement ornés, procèdent de cette manière. A la même époque, les armoiries jouent aussi un grand rôle dans la décoration du livre. On les trouve soit seules, soit accompagnées d'une marque, d'un emblème placé aux angles. Il y eut des bibliothèques dont tous les volumes étaient ornés de cette seule marque de leur propriétaire (M. Marius). »

Nous venons de nommer Du Seuil. Il s'appelait Augustin et était né aux environs de Marseille, vers 1673. Après avoir travaillé chez Philippe Padeloup, dont il épousa la fille, il devint, quelque temps avant 1714, relieur du duc et de la duchesse de Berry."

Le Bibliophile Rhemus a dit…

"Sous le règne de Louis XIV, au XVIIe siècle, les reliures débordent de
richesses : maroquin rouge, dos à cinq nerfs, à entre-nerfs très décorés, gardes
intérieures en papier marbré au motif « peigne » ou en peau, tranches à l’or et
roulette intérieure. Cette richesse contraste avec la sobriété des reliures à la Du
Seuil ou les reliures « Jansénistes » sans aucun décor. Les relieurs-doreurs créent
leurs propres « fers » qui signeront leurs reliures : fers à tortillons et à pointillés
attribués tantôt à Florimond Badier (signe les reliures d’une tête d’homme) tantôt à
Le Gascon."

Hugues a dit…

Et pour des informations plus complètes sur Du Seuil:

http://bibliophilie.blogspot.com/2007/12/les-reliures-ii-la-reliure-la-du-seuil.html

H

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Surtout Le Gascon
22 mars 2008

Pierre a dit…

Les bibliopégimanes sont de retour... Avez-vous, en magasin, quelques dos "à la grotesque" où l'on retrouve certains tortillons présentés sur la planche ?. Merci. Pierre

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Pierre,
voir article du 29 avril 2008

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...