« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

mardi 24 août 2010

Quoi de neuf sur Cazin? L'identification d'un graveur, une conférence, et un nouvel ouvrage de référence à paraître, par Jean-Paul Fontaine

Amis Bibliophiles bonjour,

Alors que Jean-Paul prépare une conférence sur Cazin (voir ci-dessous), avant d'enchaîner avec la publication d'un ouvrage entièrement l'imprimeur et éditeur Rémois, il vous propose en avant-première quelques nouvelles découvertes sur le sujet.

"Depuis que les historiens du livre et les bibliographes ont abandonné Cazin aux mains des romanciers et des collecteurs de titres du xixe siècle, les amateurs de ses éditions in-18, dits « cazinophiles », ont toujours des difficultés pour lui en attribuer certaines avec certitude. 

Parmi les découvertes récentes, citons celle concernant le graveur des Poésies de M. Bérenger (Londres [Paris], s.n. [veuve Valade], 1785). 
Poésies de Bérenger, Valade, Cazin
Impression de la veuve de Jacques-François Valade (décédé en 1784), rue des Noyers, absorbée en 1855 par le boulevard Saint-Germain (Ve arrondissement), en 2 vol. in-18.
Poésies de Bérenger, Valade, Cazin
Au tome I, le titre a été dessiné et gravé par C.J.B. Chatelain et porte « Poësies de Mr. Bérenger. », avec la mention « Edition de Cazin » ajoutée en marge inférieure : il précède le titre typographié et suit un frontispice gravé par Chatelain, d’après L. Pignon, avec la légende « J’ai fait un peu de bien j’y songe ... C’est assez ; » et la mention « Edition de Cazin ».

Au tome II, on trouve le même frontispice qu’au tome I ; une virgule est à la place du point qui suit « Londres » au titre.  

Personne ne s’est étonné de voir Jean-Baptiste-Claude Chatelain (Londres, 1710-1771) signer « C.J.B. » des gravures en 1785! Portalis et Beraldi s’interrogent tout de même dans Les Graveurs du dix-huitième siècle (Paris, Morgand et Fatout, 1881, t. I, p. 365) :   

« [...] comment concilier cette date [1771] avec la mention de 12 petites figures très-finement gravées par Chatelain pour un Robinson Crusoé de 1784 (Paris, Cazin) des vignettes pour les ouvrages de Fallet, lePhaéton et les Aventures de Chéréas et Callirhoé (1775) et Mes Bagatelles (1776) ; pour les Poésies de M. Bérenger (Paris, Cazin 1785), de pièces pour les Œuvres de l’abbé Prévost (1783-1784) etc... Il faut donc supposer l’existence d’un autre Chatelain ; Dominique suivant la catalogue Paignon Dijonval, ou F.-B. Chatelain d’après Le Blanc. »   

Mais leurs réponses sont quelque peu étonnantes : « Dominique » et « F.-B. » ne correspondent pas aux initiales « C.J.B. » lues au bas des gravures! 

C’est Haim Burstin, docteur d’État ès lettres et sciences humaines, spécialiste d’histoire de la Révolution française, professeur invité au Collège de France en 2002, professeur d'histoire moderne à l’Université de Milan, qui semble avoir découvert en 2005 le véritable auteur de ces gravures : « Claude-Jean-Baptiste Chatelain, graveur, 42 ans, collège de Reims, rue Chartière 11 », électeur et membre du comité de la section du Panthéon-Français en 1792. 

J-P Fontaine

Jean-Paul proposera prochainement une conférence à l'hotel de la Poste de Bouillon le 30 septembre dans le cadre du 250e anniversaire de l’impression à Bouillon du Journal Encyclopédique de Pierre Rousseau.
Ce sera pour lui est l’occasion de faire le point des connaissances sur Hubert-Martin Cazin (1724-1795), libraire éditeur à Reims et à Paris, qui fut en relation d’affaires avec Pierre Rousseau dès son installation à Bouillon en 1760 et qui fit appel aux presses de la Société Typographique de Bouillon en 1785. 

Connu notamment sur le marché du livre prohibé, mais pas uniquement, Cazin développa, bien qu’il n’en ait pas été le créateur, un format d’édition particulier, précurseur de notre futur livre de poche, le in-18. La conférence aborde cette caractéristique d’édition fascinante, et explique, à l’aide de nombreux exemples dont quelques inédits, la difficulté d’établir avec certitude l’attribution d’un ouvrage à une maison d’édition au XVIIIe siècle, - celle de Cazin en particulier -, contrariée en cela par le règne de la contrefaçon. 

Jean-Paul Fontaine, est docteur en médecine, historien du livre, éditeur. Fondateur de la revue Le Bibliophile Rémois (1985-2004), il est actuellement rédacteur auprès de plusieurs revues littéraires, auteur du Livre des Livres (Hatier, 1994) et autres travaux sur l’histoire de l’imprimerie, co-éditeur de La Nouvelle Revue des livres anciens (depuis 2009). Il travaille actuellement à un ouvrage sur Cazin et ses éditions authentiques, dont la parution est prévue en 2011. Nous serons là!


H

Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...