« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

lundi 25 octobre 2010

La famille d'Houry et les Almanachs Royaux

Amis Bibliophiles bonsoir,
Houry, un nom que les bibliophiles, et parmi eux ceux qui apprécient les almanachs, connaissent bien. Mais qui sont les Houry?
C'est Jean Houry (1611 – 1678) qui lance cette dynastie d'imprimeurs-libraires parisiens des 16 et 17ème siècle. Jean, installé quai des Augustins, « à l'image Saint-Jean ». Son activité se concentre sur les ouvrages d'alchimie et de médecine (ainsi les Oeuvres de Gabriel de Castaigne, tant médicinales que chymiques, 1661).
Mais c'est Laurent, son fils, qui rendra célèbre le patronyme en obtenant le privilège de l'Almanach Royal dès 1683. IL a en effet imaginé dès 1683 un Almanach ou Calendrier, qui présenté à Louis XIV, prendra le nom d’Almanach royal. L'Almanach Royal a été publié sous divers titres jusqu'en 1919 et est resté dans la famille d’Houry jusqu'en 1814.

Laurent continuera également l'oeuvre de son père en éditant des ouvrages de médecine et de pharmacie, dont la célèbre Pharmacopée Universelle de Lemery, qui sera l'objet de nombreuses rééditions. Entre 1683 et 1725, c'est l'âge d'or des Almanachs proposés par les Houry, le plus souvent luxueusement reliés par les meilleurs relieurs de l'époque.

Mais à la mort de Laurent, en 1725, la situation se complique. Laurent a en effet laissé un testament complexe, désignant comme successeur aussi bien sa veuve (que l'on retrouve sur bien des pages de titre: « La Veuve Houry »), son petit-fils André-François Le Breton (1708 – 1779, fils d'André Le Breton – époux d'Elisabeth d'Houry -, et qui proposera de nombreux almanachs royaux), et son propre fils, Charles-Maurice d'Houry (1688 - 1755). La dynastie prend donc des chemins de traverse mais continue ses activités à travers ses divers membres: Le Breton propose des almanachs royaux, la Veuve d'Houry, et Charles-Maurice d'Houry perpétue la tradition familiale en publie des ouvrages médicaux (il obtiendra le titre d'imprimeur du Duc d'Orléans).


Laurent-Charles succède à son père Charles-Maurice en 1755 et réunifie les activités familiales en héritant d'André-François Le Breton en 1780: la fortune est alors immense, puisque Le Breton a accumulé des profits considérables en participant à l'aventure de l'Encyclopédie (mais c'est une autre histoire) et les fameux almanachs royaux, les ouvrages de médecine ou d'histoire et le privilège continuent de faire prospérer la maison d'Houry.

Mais si la maison survécût aux coups de boutoirs procéduriers de Charles-Maurice d'Houry qui espérait s'emparer du privilège de l'Almanach, origine de la fortune familiale, l'équilibre reste fragile et la révolution fragilise l'édifice.

En 1790, la faillite est inévitable, même si la tradition se perpétuera via le mariage de la fille de Laurent-Charles, Anne-Charlotte qui épouse François-Jean-Noel de Bure. Laurent-Etienne Le Testu, de son côté, héritera de la veuve de Laurent et éditera l'Almanach National dès 1792.

On le constate , comme souvent, les alliances sont nombreuses à l'époque dans le milieu de la librairie parisienne et auront permis de faire perdurer, même sous des patronymes différents, l'héritage des d'Houry.


J'ai acquis l'exemplaire présenté il y a quelques années: plein vélin de l'époque aux armes et recouvert d'un semé de fleur de lys. Le dos alterne fleurs de lys et lettres L couronnées. 
L'un des ces précédents propriétaires a eu la bonne idée de lui faire confectionner un étui, et une chemise cartonnée doublée d'une jolie toile de Jouy. Fringuant!

H

3 commentaires:

calamar a dit…

Très bel exemplaire !
Le L était pour Louis XIV, sans doute. Etait-ce courant ? je croyais qu'on trouvait "couramment" le blason royal. Et que l'usage de l'initiale était plus ancien ?

Pierre a dit…

J'ai eu pendant quelques temps, en dépôt, un livre de prix avec un semis de fleurs de lys alternées avec des "L" couronnés sur basane. Le cas doit donc être répandu, calamar.

En tout cas, la saison des almanachs doit battre son plein car les causeries du lundi de Ph.G reprennent ce thème. Piano à quatre mains... Amicalement.Pierre

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Pour compléter les infos permettant l'identification des veuves d'Houry :
- Elisabeth Dubois (+1757), veuve de Laurent d'Houry (+1725)
- Marie-Elisabeth Laisné (+1783), veuve de Charles-Maurice d'Houry (+1755)

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...