« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

dimanche 24 octobre 2010

Miscellanées de Monsieur H.: prix en chute libre, anonymat des acheteurs en salles, Derome(s)

Amis Bibliophiles bonjour,

- Les derniers commentaires ont éveillé mon intérêt, je vais essayer de trouver ce numéro de la Gazette qui dévoile ainsi le nom des acheteurs. Je m'interroge néanmoins sur le sens de tout ceci: en effet, à mon sens cela ne peut se faire qu'avec le concours des SVV. Quel intérêt y ont-elles? Est-ce lié à l'histoire des Savoyards et participerait d'une volonté de transparence?

En tout cas, je n'aimerais pas être concerné et je m'interroge même sur la légalité de tout ceci? Peut-on lever le voile sur l'anonymat d'un acheteur sans lui demander son autorisation? Je ne suis pas juriste, et je ne suis plus à Paris, mais j'imagine que ceci doit provoquer quelques remous dans le landerneau de la rue Drouot. Peut-être qu'Ugo, fin connaisseur des lieux et ses arcanes pourra nous donner sa vision des choses.

- De même, j'ai lu vos commentaires sur ebay, et si je comprends bien, vous trouvez que les prix ne sont pas très soutenus ces derniers temps. Je n'avais pas remarqué. Les ventes des maroquins de Pausanias, sur de bons textes, m'ont semblé atteindre des prix honorables, non?

556 euros pour les plaquettes de Dorat
1661 euros pour le Bernard de Palissy
716 euros pour le De Maistre que je convoitais... On ne peut tout avoir, hélas...

Dans le même temps, j'ai réalisé deux achats de documentation à bon prix, mais c'est un sujet particulier, et qui me semble peu symptomatique du marché. Peut-être est-ce que les livres moyens ont plus de difficulté à s'en sortir, mais là encore, j'ai peu d'exemples. Même s'il est vrai que le grand vocabulaire et ses 32 volumes in-4 pour 876 euros, ce n'est pas énorme a mes yeux.

En passant, la Pharmacopée de Moÿse Charas... Cocasse, deux tomes (1er et 2nd) sont vendus séparément (même édition, 1682) sur ebay.

- Du côté des salles je n'observe pas de baisse sensible des prix. J'avais laissé quelques ordres pour la vente Piasa et je n'ai décroché qu'un lot, le plus bas, le moins désirable... alors que sur l'un au moins des ordres, j'avais mis la barre très haut par rapport aux estimations. Mais peut-être avez-vous été plus chanceux que moi. Je vais retenter ma chance cet après-midi par téléphone. Nous verrons bien.

- En passant sans remonter aux premiers mois du blog, à l'époque où je faisais des sondages, je m'interrogeais récemment sur les achats que fait un bibliophile au cours d'un mois. Je reconnais que cela ne veut rien dire, mais combien d'achats effectuez vous par mois? En ce qui me concerne, je dirais 5, soit 60 nouveaux ouvrages par an.

- Enfin, je rassemble actuellement des informations sur les Derome, pour proposer une synthèse dans la Nouvelle Revue des Livres Anciens. Si vous en avez, ou vous si vous êtes l'heureux propriétaire de reliures de cette illustre lignée, pourriez-vous me contacter: (blog.bibliophile@gmail.com), cela me sera très utile. Merci.

H

10 commentaires:

Olivier a dit…

Concernant l'anonymat des acheteurs, je n'en sais rien. Les ventes sont publiques... même si l'opacité est une des ficelles du métier. Frédérick semblait dire que c'était monnaie courante dans les pays anglo-saxons et si j'ai bien lu les gazettes dernièrement cela semble leur avoir profité comparativement à la France.
Pour les reliures de Derôme, puisqu'un très bel exemplaire de leur production est en cause dans l'article en question, vous saurez à qui vous adresser ;-)
Quant au nombre d'achats... C'est, dans mon cas, d'avantage une question de budget et d'opportunités que de nombre. Je dirais, rarement moins de 2, rarement plus de 8.
Bonne soirée,
Olivier

Eric a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Jacques a dit…

J'avoue que je n'ai pas non plus observé cette décote des ventes, sur ebay ou ailleurs.
Jacques

Lauverjat a dit…

Il me semble que les seuls livres dont les prix baissent en salle sont des livres ravalés.

Lauverjat

Frédérick a dit…

Olivier n'a pas tout à fait tort en disant que la pratique de transparence des prix de vente semble avoir profité aux pays Anglo-saxon. Le rapport à l'argent n'est pas le même, il n'est pas honteux de gagner beaucoup d'argent comme c'est le cas en France, au contraire, c'est très valorisant, surtout aux Etats-Unis et en Australie. Alors pourquoi ne pas l'afficher dans ces conditions ? En France c'est différent, qui pourrait se sentir à l'aise ici de dévoiler ce qu'il possède, s'il possède beaucoup ? J'ai peut-être été un peu vite en disant que c'était une pratique courante, mais j'ai participé à une vente en Angleterre le 3 avril 2003 "Bloomsbury book auctions, Esoterica & occult sciences", et figurez-vous que j'ai reçu, après la vente, la liste complète des adjudications avec tous les noms des acquéreurss en face, dont de nombreux français, libraires et collectionneurs. J'ai retrouvé ces livres plus tard sur le marché, et j'ai vu les marges de chacun. Je trouve que c'est un manque de respect pour les libraires qui doivent avoir le droit de vendre sans avoir à craindre le reproche de marges. De toute façon, la selection est naturelle.

Olivier a dit…

Evidemment que les professionnels ont le droit de faire des marges, la librairie ancienne n'étant pas une œuvre de bienfaisance. C'est justement ce qui m'étonne dans cet article. Autant un particulier peut accepter (si ce n'est vouloir) d'être connu comme le possesseur d'un ouvrage admirable, autant chez les professionnels cela me semble problématique. Quoique.

Sur le second marché qu'est ebay il est facile de calculer les marges des libraires qui y achètent et y revendent des exemplaires, il est vrai lestés de leur notice.
Il est vrai aussi que les bibliophiles ont des pudeurs de jeunes filles (beaucoup de ventes sont anonymes quant au vendeur). Et en général lorsqu'elles sont "nommées" elles sont admirables.
Olivier

Hugues a dit…

Bon, je n'ai pas laissé mon téléphone pour rien cet après-midi. Un livre va rejoindre ma bibliothèque. Prix faible, c'est vrai, mais un exemple ne fait pas une règle.
H

Frédérick a dit…

je voulais dire "sans reproche de marges importante, qui peuvent sembler scandaleuse".

Frédérick a dit…

Vous aurez de vous même corrigé les fautes de mon dernier message. C'est signe qu'il faut que j'aille au dodo. Bonne nuit à tous, je découvrirai la suite demain.

Olivier a dit…

Pour info et par exemple.
Un compte-rendu de vente américaine avec les noms des acquéreurs :
http://burneycentre.mcgill.ca/mulvihill.pdf

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...