« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

Trois coups de coeur à suivre

dimanche 28 novembre 2010

Un exercice de style de l'atelier Bauzonnet - Trautz: un double emboitage sur deux minuscules

Amis Bibliophiles bonsoir,

Bravo à la plupart d'entre vous, et en particulier à Lauverjat, PhilippeM, Olivier et Textor, les premiers à imaginer qu'il s'agissait de livres minuscules... un exercice de style rare de la part de ce grand atelier de reliure du 19ème, encore plus rare et raffiné quand on considère l'objet dans sa globalité.


Les deux ouvrages reliés en plein chagrin sont en effet inséré dans un double emboîtage, lui aussi minuscule que l'on pourrait qualifier d'emboîtage à système. Sous sa forme première l'objet se présente comme un ouvrage relié en chagrin, dont le dos (dont on peut admirer la dorure très fine) indique qu'il pourrait contenir deux ouvrages reliés à la suite, dans une reliure signée Bauzonnet - Trautz. 


Quand on retourne l'objet, on constate à l'absence de feuilles sur la tranche que c'est un emboîtage, mais qui reste curieux puisque les deux plats s'ouvrent malgré tout, découvrant même un ex-libris.


Il faut ensuite retirer l'étui doré pour faire apparaître deux emplacements dans lesquels sont glissés les deux ouvrages. 

Un petit système avec des rubans permet de les faire sortir de leur emplacement.


L'emboîtage mesure 97x76 mm. Les ouvrages mesurent 87x51 mm pour l'Horace (Mesnier, 1828) et 80x51 mm pour les Maximes (Didot le Jeune, 1827). L'ex-libris est celui de Gustave Chartener, un grand bibliophile messin du 19ème (bibliothèque vendue en 1885... si l'un de vous déniche le catalogue). 

Je n'ai pas une passion pour les minuscules, mais cet exemplaire va rejoindre mon rayonnage "curiosités", je crois qu'il le mérite. Je n'ai jamais croisé un tel travail avant. Et vous?

H

15 commentaires:

Anonyme a dit…

AH oui, ça calme... merci pour la citation et l'éphéméride mis à jour.
A.

lamen a dit…

Superbe! Que de complexité pour abriter ces ouvrages. On aurait pu imaginer qu'un tel travail aurait pour but d'accueillir des livres à ne pas mettre entre toutes les mains...
Olivier

Pierre a dit…

Magnifique et élégant bijou. L'artiste relieur dépasse l'artisan relieur dans ce cas.

Manifestement, il s'est fait plaisir ...comme nous, qui voyons le résultat. Pierre

Anonyme a dit…

Superbe travail, rare.
petit bijou.

Benoît a dit…

Génial, j'adore.

Textor a dit…

Etonnant, je n'ai jamais rien vu de pareil. L'objet fait penser à ces précieux cabinets italiens dont les tiroirs s'ouvrent grâce à des ressorts dissimulés....

Ceci dit, j'ai beau compulser toutes les documentations à ma disposition sur Trautz-Bauzonnet, je ne vois nulle part qu'il ait réalisé des minuscules.

Supercheries bibliophiliques ?
Textor

calamar a dit…

et ça a au moins l'avantage de ne pas encombrer les étagères...
A placer à côté des in-plano.

intaglio a dit…

Plusieurs ventes de plusieurs jours à chaque fois pour la bibliothèque de Gustave Chartener :
[Vente. Livres. Hôtel Drouot 4-9 Mai 1885]
Catalogue des livres rares et précieux et des estampes composant la bibliothèque de feu M. Gustave Chartener de Metz. 1ere partie... livres à figures,... heures... linguistique du XVIe... facéties... ouvrages sur la Lorraine... reliures... - Paris : Labitte, 1885. - 204 p. ; in-8.

[Vente. Livres. Hotel Drouot 27-30 mai 1885]
Catalogue des livres rares principalement sur la Lorraine composant la bibliothèque de feu M. Gustave Chartener, de Metz. - Seconde partie. - Paris : Labitte, 1885. - 112 p. ; in-8.

Catalogues disponibles à la BnF. Un exemplaire était en vente à la vente Bérès...

Hugues a dit…

Textor... soyons sérieux, si c'était un faux, une supercherie, le faussaire aurait choisi un vrai bon relieur, Lortic quoi... et non l'alliance de la carpe et du lapin...
Sourire.
Hugues

Textor a dit…

Hugues, il est vrai que la belle qualité de cette reliure permet de réduire les hypothèses : Lortic pastichant Bauzonnet Trautz est une piste à étudier mais il manque le mobile ! ;)
Maintenant, que Trautz soit sorti de son registre habituel pour faire ce minuscule ne colle pas avec le personnage et ses productions quasi industrielles.

Bonne soirée
Textor

Lauverjat a dit…

Prends garde Hugues, l'ami Textor, qui ne jurait que par les relieurs de Grolier et Mahieu, cherche à te dessaisir de tes charmants et si singuliers ouvrages!
Sous la signature Bauzonnet-Trautz les deux associés travaillent encore ensemble.
Ah cette querelle entre Lortic et Trautz on se demande bien pourquoi, heureusement il y avait Capé!!!!
Lauverjat

Textor a dit…

Quoi ? distiller le doute, puis faire du ramassage ? Ce n'est pas mon style !!

J'attends néanmoins qu'on me dise où je peux aller admirer des minuscules de Bauzonnet Trautz ailleurs que chez Hugues.

T

Benoît a dit…

Et bien, il n'y a pas beaucoup d'endroits où admirer des minuscules de B-T, je vous le concède, Textor. Mais ma petite expérience me dit que cet exemplaire est parfaitement authentique - et plus, parfaitement désirable. Une supercherie de ce niveau me ravirait, à vrai dire...

alain a dit…

N'est ce pas le propre de ces grands ateliers de se plier aux caprices des bibliophiles en produisant ce genre d'unica?^
alain

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Les reliures signées "Bauzonnet-Trautz" ont été réalisées entre 1840 et 1851.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...