« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

jeudi 15 septembre 2011

Promenade de bibliophile: les livres au musée national du Moyen Age de l'hôtel de Cluny

Amis Bibliophiles bonjour,

Lauverjat vous invite à découvrir avec lui le musée national du Moyen Age de l'hôtel de Cluny et ses trésors pour bibliophiles.

"Les expositions permanentes de nos musées sont trop souvent éclipsées par des manifestations temporaires spectaculaires. Elles recèlent cependant bien des trésors dont le bibliophile attentif fera son profit. Le musée national du Moyen Âge installé dans l’hôtel de Cluny et les thermes antiques de Paris présente une collection variée d’objets d’art ou de la vie quotidienne de l’Antiquité à 1500. Le livre y trouve naturellement sa place.


Commençons par cette statue de la Vierge, une annonciation acquise en salle des ventes en 2004, qui repose son livre sur un petit meuble bibliothèque qui nous livre tous ses détails.





L’ornement liturgique ensuite nous réserve ses exceptionnelles plaques de reliures tant en ivoire qu’en émaux ou d’orfèvrerie.

Tout au long de la visite divers manuscrits médiévaux enluminés sont exposés (des calendriers de livres d’Heures en particulier). Mais vous ferez une halte prolongée dans la salle des stalles de Beauvais pour feuilleter les lutrins qui préservent sous plexiglas quantité d’enluminures détachées de leurs livres.


Les débuts de l’imprimerie sont faiblement représentés et on cherche en vain un incunable de la Sorbonne voisine ou une image pieuse xylographiée du XVe par exemple. Il faut être juste et reconnaître que l’exposition temporaire “l’épée” offrait cependant quelques épreuves de Dürer. Une vitrine expose un livre d’heures à l’usage de Rome, imprimé sur vélin en 1500 de Thielman Kerver avec cette multitude caractéristique de gravures sur métal.




Enfin, et c’est ce qui a décidé l’écriture de ce billet, une vitrine du “Corridor de la nation picarde” présente trois étuis à livres peu ordinaires, ravalant au rang de “boîtes à mégots” les cartonnages des illustrés modernes. Un livre enchaîné, une reliure estampée à froid, un livre d’heures manuscrit et quelques instruments d’écriture complètent la présentation. L’obscurité de cette pièce et particulièrement de cette vitrine ne favorise pas hélas les photographies. Ces étuis ( les cartels ne précisent pas qu’ils soient constitués d’une  âme de bois?) sont de cuirs estampés, peints et dorés. Ils sont en très bon état de conservation et dates des XV et XVI e siècles.

Ragaillardi par ma visite, je me suite ensuite rendu chez un expert bien connu dans l’objectif d’une prochaine vente.... Mais c’est une autre histoire.

Lauverjat"

7 commentaires:

Bergamote a dit…

J'ai récemment eu l'occasion de visiter ce musée (que je ne connaissais pas) mais un peu "en quatrième vitesse" (entre deux rendez-vous).
Après avoir lu ton article, c'est sûr, j'y retournerai !

Olivier a dit…

Sympa ces étuis. Il y a une boutique qui les propose?
Olivier

Textor a dit…

Il y a longtemps que je ne suis pas entré à Cluny qui est pourtant un musée que j'adore. J'ai même le guide rouge du musée rédigé par Sommerard himself qui me laisse penser que les réserves sont plus riches que ce qui est présenté en salle aujourd'hui, ou alors ils ont tout revendu !
Les reliures à chaine m'avaient particulièrement frappées, je n'en avais jamais vu alors; elles étaient présentées différemment que sur votre photo.
Merci Lauverjat
Textor

Laura Carlu a dit…

Bonjour,

J'espère ne pas dire de bêtises en m'avançant ainsi, mais je pense que les étuis ont été réalisés grâce à la technique du "cuir bouilli" qui rend le cuir dur comme du bois sans pour autant être collé sur une structure de bois. Le cuir n'est pas bouilli mais trempé dans une sorte de gélatine animale et durci en séchant. Cette technique rend le cuir très souple avant séchage et permet la création de décors par estampage. C'est une technique assez dure à manier et quelques peu oubliée aujourd'hui mais vous pouvez trouver des renseignements très intéressants sur ce site :
http://astelier-medieval-du-cuir.over-blog.com/categorie-10370860.html

Étant moi-même relieure j'ai essayé, et c'est vrai que l'on peut obtenir des effets très intéressants.

Anonyme a dit…

En cuir "bouilli", n'oublions pas le célèbre casque ou barrette du mineur de fond.

René

Lauverjat a dit…

Bonjour Laura,

Il ne faut pas avoir peur de faire des remarques et d'ajouter des commentaires, c'est à nous de vous remercier de nous lire. Il y a de bonnes chances que vous ayez raison. Comme j'ai dit, les cartels sont muets sur la technique. L'étui de la dernière photo n'est-il pas un peu compliqué pour la technique du cuir bouilli et d'ailleurs le cartel est moins catégorique sur sa destination d'étui à livre.

Lauverjat

Pierre a dit…

Je viens de faire seulement la visite alors que l'accès était ouvert depuis 5 jours mais j'étais un peu occupé ce Week-end... Merci à Lauverjat d'avoir été notre guide. Pierre

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...