« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

samedi 14 janvier 2012

Portrait d'une jeune relieure: Maud, de l'histoire médiévale, ses reliures à l'amour du livre

Amis Bibliophiles bonsoir,

Certaines Cassandre trouvent qu'il n'y a plus de livres, d'autres qu'il n'y a plus de bibliophiles, certaines qu'il n'y a plus de doreurs, de relieurs, qu'ebay détruit tout, que le Grand Palais c'est nul, que Brassens c'est nul, que les librairies c'est nul, que les ventes aux enchères c'est snob, etc. Ah on en a des pessimistes en matière de bibliophilie, des "c'était mieux avant"! Et pourtant, et pourtant, je suis un de ces incorrigibles optimistes qui pensent que le petit monde du livre ancien est un petit monde fort dynamique, avec une génération d'acteurs qui montent, de bibliophiles qui mûrissent, de livres encore à découvrir (si je m'écoutais, je me lancerais dans un blog, tiens! :)...).

Parmi ces acteurs, après vous avoir présenté Daniel la semaine passée, j'aimerais vous présenter ce soir une jeune relieure, Maud, qui s'est installée il y a à peine un mois.

Reliure à mors ouverts
Bonjour Maud, pourriez-vous nous parler de vous et de votre atelier?


Bonjour à vous. C’est un grand plaisir pour moi que d’être citée ici. Cet article récompense le travail accompli pour créer mon atelier. En effet, Reliure Morel existe officiellement depuis le 1er décembre 2011. C’est à Valence, dans la superbe région de la Drôme que je me suis installée après avoir grandi et vécu en Bourgogne.

Quelle est votre formation? 

Après le lycée, je suis entrée à l’université où j’ai obtenu une maîtrise d’histoire médiévale. Pendant cette année de recherche mon contact avec les livres et documents anciens était quasi quotidien. J’avais la chance de travailler sur un sujet peu étudié (les chantres au XVème siècle); les documents que je traitais étaient donc si rarement consultés qu’ils n’avaient jamais été microfilmés et encore moins numérisés !

Malgré tout le plaisir éprouvé à étudier l’histoire, il me manquait cependant le travail de la main. Et la reliure pouvait réunir les deux. Mon père est menuisier, il m’a très tôt transmis un intérêt fort pour la création manuelle. J’ai donc terminé mon année de maîtrise et suis entrée, en 2009, à l’école-atelier « Les Ateliers d’Or », à Semur-en-Auxois, en Bourgogne. C’est Mme Laetitia Campedelli, relieur-plasticien à l’Isle-sur-la-Sorgue qui nous dispensait les cours de reliure et de dorure. Mme Martine Locicéro (doreur à Paris) et feu Mr Rafael Tarifa (relieur-doreur de la Banque de France) sont venus régulièrement nous faire part de leur connaissances.

Lors cette année de formation j’ai été admise en stage dans l’atelier de reliure de la Banque de France, sous l’égide de Mr Rafael Tarifa. Il avait pour spécialités la reliure des livres de grand format et des techniques de dorure particulières (la dorure au blanc d’œuf par exemple). Ce séjour à la Banque de France fut pour moi d’une richesse inouïe, tant sur le plan technique, que sur le plan humain. Pendant cette période, j’ai rencontré des personnes formidables, un réseau d’amis/confrères sur qui je peux compter. En effet, depuis 2009, je poursuis ma formation en autodidacte, en soumettant mes travaux et en exposant ma progression à leur jugement.

Reliure à mors ouverts, mosaïquée de papier, parchemin et box.
Depuis quand êtes vous passionnée par la reliure?

La passion pour la lecture m’est venue très tôt, celle pour le livre est venue progressivement. C’est surtout au sein des Archives, lors de mes recherches universitaires que j’ai réellement perçu la beauté du livre relié et les infinies possibilités plastiques qu’offre la reliure. Cet intérêt grandissant s’est naturellement accru lorsque j’ai commencé à apprendre la reliure et à rencontrer des relieurs.

La reliure est-elle un art ?

Oui, parce la fonctionnalité d’une reliure traditionnelle ou de création (solidité, maniabilité…) s’accompagne toujours d’une recherche esthétique. En effet, si l’on met de côté les boîtes de conservation et autres compactus, une reliure est en général destinée à être exposée dans une bibliothèque. Elle a, je pense, un rôle un peu aguicheur, au service du livre. Elle attire le regard du bibliophile, le séduit pour qu’il l’ouvre et découvre le livre qu’elle contient. La reliure est aussi un hommage a ce livre qu’elle protège. On ne prendra pas de la jute pour fabriquer l’écrin d’un bijou, mais un satin capable de le mettre en valeur.

Reliure à plats rapportés
Outre son savoir-faire, le relieur met donc également sa créativité au service de cette discipline. La couleur, la texture des matériaux, le galbe d’un plat, la tranchefile…Tout est matière à l’expression de sa sensibilité. Je crois que la reliure est l’art des artistes timides. De ceux qui n’osent pas exposer le fruit de leur inspiration sur une toile format raisin mais plus volontiers dans une tranchefile, dans un cuir mosaïqué, dans un nerf bien travaillé…

Que ressentez-vous quand vous vous occupez d'un livre ? Comment travaillez-vous ?

Quand je commence à travailler sur un livre, je ressens une pointe d’excitation, une sorte d’empathie pour cet objet. Je suis contente pour lui, parce qu’ils va être soigné et embelli. Mais comme je sais aussi que quelqu’un tient à lui, et que c’est un objet fragile, la concentration prend donc vite le dessus. S’installe alors dans l’atelier un silence studieux parfois ponctué de musique quand une étape demande de l’énergie ou par l’écoute d’un livre audio quand la couture est longue…

Le respect du livre est l’enjeu essentiel du relieur. Respecter le livre c’est évidemment ne pas l’abîmer mais c’est surtout respecter l’esprit du livre. C’est pourquoi je travaille toujours en me remémorant l’identité du livre : son sujet, son auteur, son propriétaire, son histoire… La conception d’une reliure doit prendre en compte tous ces aspects et ils doivent guider les gestes du relieur. C’est pourquoi je place le contact avec le propriétaire du livre au centre de mon travail.

Faites vous uniquement de la reliure, ou également de la dorure et de la restauration? Avez-vous une période de prédilection? Restaurez vous les livres anciens?

Pour le moment je fais uniquement de la reliure. Pour la dorure et la restauration, je m’en remets aux professionnels que je connais et en qui j’ai une totale confiance. Cependant, j’envisage de me former à la restauration des reliures et papiers anciens, après de Monsieur Olivier Maupin. C’est prévu pour cette année !

Reliure d'un cahier unique
Une période de prédilection ? Les reliures médiévales, parce ce sont de belles demoiselles un peu rustres, et cela les rend attachantes.
Mais j’entends bien qu’une fois formée aux techniques de restauration, j’emploierais ce savoir-faire au service de toutes les reliures, car toutes le méritent.

Que préférez-vous dans la reliure?

La plaçure : toutes les étapes de réparation des pages, de couture des cahiers. Le contact avec le livre est total, pages après pages, on l’ausculte, on le soigne…
La couvrure : c’est l’étape la plus grisante. C’est très stressant mais, enfin, on arrive au résultat tant attendu !

Reliure islamique
Quelle serait la reliure de vos rêves ?

Maintenant que je pratique la reliure, et que je connais l’étendue des techniques et des décors possibles, il m’est difficile de répondre à cette question. La reliure de mes rêves serait sans doute la reliure du livre de mes rêves, mais j’ai tout autant de mal à le définir.

Parlons plutôt des reliures qui me font rêver : les reliures carolingiennes pour la diversité des matériaux utilisés (ivoire, pierres, métal), les reliures à entrelacs d’Henri II (raffinement de la mosaïque de cuir), et des reliures plus contemporaines comme celles de Philippe Fié (modernité des décors et des matériaux utilisés) ou de Brigitte Benoist (décors mobiles).

Avez-vous des matériaux favoris ?

J’aime beaucoup travailler le cuir côté chair, pour l’aspect molletonné, le toucher doux… J’aime également le parchemin pour sa couleur ou plutôt son absence de couleur (ni blanc, ni beige). Je n’ai pas encore eu l’occasion de travailler les cuirs exotiques, mais cela me tente beaucoup. (perche du nil, patte d’autruche…) Pardon par avance si je choque les défenseurs des animaux mais ces peaux ont une texture et des motifs absolument somptueux.


Etes vous également bibliophile? Si oui, quels sont les livres qui vous intéressent et où achetez vous vos livres? Internet, salons, libraires?

Je suis une bibliophile débutante. J’achète encore par coup de cœur (libraires et internet) : principalement sur la Bourgogne, ma région natale et sur les voyages (j’aime beaucoup lire les descriptions de pays et de coutumes selon les époques, on lit des choses parfois surprenantes). Mon compagnon, s’intéresse surtout aux sciences et à leur vulgarisation (Louis Figuier notamment). Mais notre passion commune c’est la montagne, nous sommes donc de plus en plus tentés par l’achat de livres sur ce thème. La dernière exposition de la bibliothèque d’étude de Grenoble nous a encouragé dans ce choix. Nous prendrons garde cependant à ne pas être trop jaloux de la bibliothèque de Mr Barféty!

Vous savez que les lecteurs du blog aiment les histoires, auriez-vous une anecdote à nous raconter concernant la reliure, ou autre chose qui touche à la bibliophilie?

Mon premier achat bibliophilique : Numquid et tu ? La personne qui me l’a vendu n’avait cure de ce petit livre. Elle me vendait un lot de livres sur la Bourgogne et avait glissé celui-ci pour s’en débarrasser. Je l’ai pris sans avoir moi-même d’intérêt particulier pour l’œuvre de Gide. De retour chez moi j’ai eu une bonne surprise et ma première fierté de bibliophile : l’exemplaire était numéroté, hors commerce et signé de la main de l’auteur. Je ne suis pas devenue adepte d’André Gide mais j’ai compris ce que ressentaient les chasseurs de livres.

Evoquons pour finir les aspects pratiques... au cas où l'un des lecteurs du blog souhaitait vous confier un livre... Comment faire?

Me contacter par téléphone (0 648  250 668), par mail (contact@reliure-morel.com) ou par courrier (8 rue de Belfort, 26000 Valence). Nous parlerons du livre à relier et de ce que vous voulez pour lui. Naturellement Il faudra ensuite que je l’examine pour définir la reliure qui lui convient et les réparations que son état nécessite. Chacun est donc le bienvenu dans mon atelier. Il est possible également de visiter le site internet de l’atelier ( www.reliure-morel.com ) pour en savoir plus sur mon travail et vous donner des idées quant à la structure ou au décor dont vous avez envie. .

Des projets ?

Oui, plusieurs! Me former à la restauration, comme je vous l’indiquais plus haut.
Participer au concours de la Foire Internationale aux Livres d’Exception de la Médiathèque d’Albi (prix Rochegude et Prix Jalby)
Participer (peut-être) à l’un des concours organisés par l’ARA : « Paris relié »
Faire l’ascension du Kilimandjaro, donc relier comme il se doit mon journal de voyage !

Merci Maud, bon voyage!
H

17 commentaires:

Olivier a dit…

Merci pour ce portrait qui prouve que les livres et ceux qui les aiment ne sentent pas la naphtaline...
J'aime bien cette reliure à mors ouverts qui m'ouvrent (c'est le cas de le dire) les yeux sur les potentialités de livres en feuilles sous emboîtage dont, jusqu'à présent, je ne voyais pas les potentialités reliées.

Bonne soirée,
Olivier

Michel a dit…

Beau portrait, ça fait du bien, surtout après le 1er paragraphe d'Hugues, tellement vrai quand on écoute certaines personnes!
En passant, c'était un plaisir de faire votre connaissance de visu à la vente de Villefranche, de pouvoir mettre un visage sur des mots.

Vente de Villefranche: ou la vente la plus comique (au sens de tragique) qu'il m'est été de voir depuis longtemps: livres poussés par le CP, ordres oubliés, ordres poussés à leur maximum dès le début, enchères "fictives", on a eu droit à la totale.

Se lancer dans des analyses des prix atteints dans de telles conditions devient hasardeux. Quelques uns des enchérisseurs auraient pu avoir leur livre pour bien moins cher dans des conditions normales.

Michel

Limier a dit…

Michel me laisse sur ma faim en discourant sur la Vente de Villefranche qu'il dit comico-tragique sans donner des détails. J'avais confié quelques ouvrages à Edgar et je tremble d'autant qu'actuellement je suis à Madrid, loin de mes bases habituelles. J'ai repéré sur la Place San Martin une alléchante enseigne de librairie "per los bibliophilos". Fermé jusqu'à mardi. Hugues connait ?
J'irais fureter.Bonne soirée.

Hugues a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Hugues a dit…

Ah oui, Limier, vous m'enverriez une photo de cette librairie madrilène? Je ne la connais pas, et je suis pour ma part à Barcelone :)
Hugues

Lauverjat a dit…

Bravo, une artiste timide qui se soigne!

@ Hugues: Bonne idée ce blog :)

Lauverjat

Hugues a dit…

Je laisserai Michel répondre s'il le souhaite, mais personnellement, je dirais que c'est typiquement la vente où j'espérerais ne pas avoir remporté de lot si j'avais laissé un ordre. :(
Pour ma part, j'ai eu l'impression d'une vente un peu brouillonne dans la gestion des téléphones et des ordres: certains furent semble-t-il oubliés. Régulièrement les acheteurs n'étaient pas appelés avant leur lot, mais alors que les enchères étaient déjà débutées, et les ordres ont permis à certains lots de démarrer fort haut.

Pas une vente à garder dans les annales à mes yeux, loin de là, à oublier même. Et certains lots sont je dirais partis très hauts, aussi loin que le regard du commissaire priseur portait au fond de la salle en prenant les enchères, loin, très loin.
Comprenne qui pourra. En même temps j'étais au premier rang, je ne sais pas qui enchérissait si loin dans le fond. C'est dommage, cette personne avait les moyens de "ses" ambitions.
Hugues

Limier a dit…

Hugues,
je ne manquerais pas de te faire un conte rendu + Photos de cette librairie Madrilène. Buenas Noches.

Bernard

Daniel a dit…

Je vous l'accorde pour le départ à l'ordre, mais malheureusement, rares sont les salles qui ne font pas ainsi...
Je connais assez bien cette salle, où j'ai participé depuis plus de 4 ans à toutes les ventes de livres ou presque. Il y avait effectivement quelques personnes en fond de salle dont une bien connue du milieu du livre qui ont fait monter fort, une sur le curiosa et divers livres, une autre sur le régionalisme mais ce n'était pas fictif. J'ai parfois fait de très bonnes affaires dans cette salle avec exactement les mêmes acteurs à la table, mais il y avait 20 personnes dans la salle et seulement 4 achetaient et il y avait 400 livres corrects. Le problème surtout c'est qu'il y avait une poignée de bons livres! et trop d'acheteurs en salle, d'ordres et de téléphones, c'est tout. Quand il y a dix fois plus de bons livres et le même nombre d'acheteurs la répartition est moins violente.
Donc, une mauvaise vente comme une autre où il fallait être très patient pour amortir son déplacement et sa journée; mais pour moi c'est chose faite, bien qu'elle ne restera pas dans les annales c'est certain, d'autant qu'endormi par la fièvre j'ai laissé partir les figures de la bible de Paradin vers 300 euros même incomplet des feuillets préliminaires, c'était une bonne affaire! Je suis parti dans les derniers, il n'y avait pas grand chose de ravalé, donc les enchères étaient bien réelles.

Daniel B.

Daniel a dit…

Pour le Moreri dans les trois livres à suivre, soit il y a une erreur dans l'annonce et ses photos, soit j'ai bien l'impression que c'est le tome 1 du Moreri et les tomes 2 3 4 du Bayle, ce qui ne va pas ensemble.

Daniel B.

Benoît a dit…

A priori, bien vu, Daniel, les tomes 2, 3 et 4 sont visiblement ceux du Bayle...

Benoît P.

Pierre a dit…

Bonne chance à Maud dans son installation. Je ne suis pas très loin de Valence. Je garde l'adresse ;-)) Pierre

Maud a dit…

Olivier, comme vous le soulignez très justement, la reliure offre mille et une possibilités ! C'est ce qui en fait un métier vivant où, contrairement à ce beaucoup croient, on peut faire preuve d'innovation et rester cependant fidèle à ce qu'on inventé nos prédécesseurs.

Merci à tous pour vos encouragements.

Laetitia a dit…

Amis bibliophiles, je vous recommande Maud, une élève douée, sérieuse, et qui m'a donné beaucoup de joies à lui enseigner les rudiments de la reliure, et qui saura avec humilité demander conseil. Le monde du livre est si vaste!

Maud a dit…

...fidèle à ce qu'onT inventé...

Anonyme a dit…

Bravo à Maud pour cette belle présentation, et pour ton travail absolument merveilleux. Il faudra suivre cette artiste et surtout venir à elle pour nos travaux...Bravo et bonne continuation.

Bibliothèque dauphinoise a dit…

Je lis un peu tardivement ce beau portrait. Au passage, je suis flatté de voir que ma bibliothèque puisse rendre jaloux. C'est une question de temps (je n'ai pas l'âge de Maud) et de patience. Et, de plus, il me manque encore tellement de livres sur le Dauphiné , les Alpes et la montagne...
Félicitations pour ces reliures. Il faudra que j'aille faire un tour pour vous voir, un jour où je passe voir ma sœur à Valence.

Jean-Marc

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...