« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

dimanche 10 juin 2012

Miscellanées de Monsieur H. : une offre réservée aux lecteurs du blog, des manuscrits dans un coffre et les premiers gazouillis du Blog du Bibliophile sur twitter...

Amis Bibliophiles bonjour,

Vous constaterez qu'une bannière publicitaire vient d'apparaître dans la colonne de gauche du blog, pour deux semaines. Cette bannière m'a été proposée par un libraire (que je ne connais pas personnellement) et plutôt que de vendre cet espace publicitaire, ce qui n'est pas dans l'esprit du blog, nous avons trouvé un accord sur une petite réduction spéciale réservée aux lecteurs du blog. Pour profiter de cette offre, vous pouvez cliquer sur la bannière. Si  l'un de vous achète les produits proposés, il serait très sympathique de me dire ce que vous en pensez. Pour cliquer, utiliser la colonne de gauche. 


Passons de la bannière au Banier... L'enquête pour "abus de faiblesse" dont le photographe fait l'objet a conduit la justice a dresser l'inventaire des avoirs susceptibles d'être confisqués. Des dizaines d'oeuvres d'art, issues de quatre coffres ont ainsi été répertoriées. Parmi elles de nombreuses toiles de maître, Matisse, Munch, Kandinsky, Delacroix, Giacometti et autres... mais aussi un nombre important de livres anciens qui auraient été offerts en 2008 à M. Banier, dont des manuscrits et des éditions rarissimes de Molière, Rimbaud, Balzac, Dumas ou Céline d'une valeur d'environ 3 millions d'euros. Rien à dire sur le fond, la justice suit son cours, mais sur la forme, je crois que je ne ferai jamais à l'idée d'avoir des livres dans le coffre-fort d'une banque...

Un blog, un facebook, et maintenant un compter twiter, on arrête plus le progrès puisque vous pourrez désormais suivre les tweets du blog du Bibliophile en suivant @Blog_Bibliophil sur twitter. Les tweets seront rares, tout comme les posts sur facebook. C'est simplement un moyen plus simple et plus rapide d'échanger des informations, et des informations de moins de 140 caractères! Impressions à la lecture de catalogues, en salle des ventes, chez un libraire, dans la rue... Le Blog du Bibliophile en live ou presque...

H

13 commentaires:

Olivier a dit…

De mémoire, dans les notes de la comptable de Bettencourt apparaissaient aussi de copieuses factures d'un relieur...
Je vais surveiller le #bibliophilie désormais. On pourra chroniquer en live les ventes de livres ;-)

Olivier

Daniel a dit…

Pour ce qui est des produits , ce sont ceux qui étaient vendus, auparavant par le site "livres et autographes" Mr Yaich désormais retraité et reconverti dans le stylo, je les utilise depuis de nombreuses années, le breknnel est bien sur, super efficace pour les cuirs encrassés et pour aviver des dorures mais à utiliser avec précaution sur des dorures craquelés pour ne pas les enlever carrément. La cire ne laisse pas de trace, donne parfois un aspect un peu gras juste après application, qui disparaît ensuite. Ne donne pas d'aspect super brillant.Attention quand même sur veau blond peut assombrir par exemple les mors et met très longtemps avant de revenir a la couleur d'origine, trop longtemps pour un commerçant.:) Elle a remplacée la 212 depuis longtemps dans mes produits et mes livres s'en portent mieux au niveau des traces blanches que la 212 laissait parfois.

PS: Je n'ai aucun intérêt commercial avec ce confrère, mais suis seulement client depuis qu'il a pris la suite de livre et autographe pour cette cire, le brecknell et les teintures.

Si quelqu'un a une solution d'entretien parfaite pour les veaux glacés et blonds je suis preneur.

Daniel B.

sebV a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
sebV a dit…

A noter que la recette de la cire "Maupin" qui était utilisée jusqu'alors a été améliorée depuis peu (enfin je m'en suis aperçu à ma dernière commande) par l'ajout de cire de carnauba que les ébénistes connaissent bien. Je trouve que le brillant en est amélioré et surtout l'application est plus agréable, moins "grasse".
Je n'ai pas non plus d'intérêt dans l'affaire... ;)

On trouve sur ebay une cire vendue pour les livres anciens mais qui est produite à partir de cire jaune d'abeille (on le voit à la couleur). C'est à proscrire sur les cuirs anciens la cire jaune étant légèrement acide. C'est la cire blanche d'abeille qu'il faut utiliser (de la jaune passée aux uvs)en restauration/conservation, elle a un pH neutre. Je passe sur les lait démaquillants et autres crèmes hydratantes que certains peuvent utiliser, l'effet peut être flatteur sur le moment mais que dire sur la conservation à long terme avec des produits dont on ne connait rien de la composition ?


Daniel vous avez essayé d'appliquer de la Klucel G entre le nettoyage et le cirage ? ça évite de faire pénétrer la cire trop en profondeur notamment sur les cuirs un peu fatigués.
De ma petite expérience les veaux glacés par contre ne prennent la cire que sur les imperfections du glaçage (rayures, accrocs) qui du coup foncent, le simple passage d'un microfibre reste pour moi la seule méthode d'entretien de ces reliures avec laquelle on est sûr de pas faire de dégâts.

Et pour terminer la librairie essentiam a mis en ligne récemment une vidéo montrant le bon usage de ces produits (ils vendent aussi leurs cires).

Anonyme a dit…

Méthode de restaurateur:
- nettoyage : éponge naturelle et savon de qualité (type nettoyage des selles de chevaux)
- entretien des cuirs clairs : cire du british museum
- entretien des cuirs foncés : cire 213

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Je n'utilise que la méthode du dernier commentaire (dommage qu'il soit anonyme).

Daniel a dit…

@SebV Exactement la même expérience que vous sur les veaux glacés qui prennent la cire sur les imperfections et les mors , là ou le glaçage est parti, ce qui fonce ses endroits, c'est bien à cela que je pensais...Effectivement je n'ai jamais essayé la Klucel G entre nettoyage et cirage.

Daniel B.

Anonyme a dit…

Hugues,

attention à ce que tu mets comme gazouillis sur twitter :))

Wolfi

Anonyme a dit…

J'ai déjà la cire.
Je viens d'acheter le Cazin.
Je ne vais quand même pas m'inscrire sur Twitter !
Je saurais conserver une éthique à ma curiosité, je resterais cohérent (dans l'ensemble) et maître de ce que je peux.

Yannick a dit…

Bonjour,
je découvre ces commentaires suite à une recherche internet et à mes mésaventures avec la cire vendue par cette librairie Ivre de Livres;
en fait, depuis quelque temps, je teste les différents solutions de cire sur mes nombreux livres, je suis notamment la méthode classique je crois de maupin avec brecknell et cire 213, mais pas toujours sûre à 100% et malheureusement des dégâts.. (fonçage des cuirs surtout aux endroits irréguliers, fragilisation des mors, et disparition des dorures).

quant à la cire ivre de livres, je reste perplexe, (le problème vient-il justement du rajout de cire ce carcauba, gros doute) car j'ai abîmé des livres modernes en basane mais de belle facture somme toute selon moi (type jean de bonnot) avec apparition de pliures irréversibles au dos et cassage des dorures... une catastrophe, sans comprendre d'où vient cette réaction (pb du tannage moderne, pb de conservation de la cire, quels ingrédients réagissent?..).

voilà pour mon expérience, en tout cas je ne renouvellerai pas ce calamiteux essau sur de belles reliures modernes.
Je n'ai pas encore testé la cire d'essentiam, y a-t-il une différence dans la composition? en tout cas l'odeur n'est pas la même et la couleur non plus, cela vient-il du type de cire d'abeille?
et effectivement il vaut certainement mieux un simple lustrage non agressif plutôt que de payer 20€ et bousiller ses beaux livres!

calamar a dit…

j'ai du mal à associer "belle reliure moderne" et "jean de Bonnot".

Hugues a dit…

Le problème vient de vos reliures, les Jean de Bonnot ne se cirent pas.
C'est de la reliure industrielle, pas de la "belle" reliure, aussi les cires que vous évoquez sont destinées à de "vrais" cuirs.
Hugues

Anonyme a dit…

Je confirme pour les Jean de Bonnot, ce sont des cuirs tannés de façon industrielle, ils ne se nourriront d'aucune cire !
B.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...