« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

jeudi 9 août 2012

La Gaufrure: un décor particulier pour les reliures


Amis Bibliophiles Bonjour,

Apparue entre les années 1820 et 1830 la gaufrure est un procédé spécifique utilisé par les relieurs de l'époque. Ceux-ci cherchaient en effet à agrémenter les plats de leur reliures sans pour autant orner ceux-ci de plaques comme celles de la fin du XVIIIème siècle ou de petits fers, qui étaient forts complexes et revenaient finalement chers aux bibliophiles. Aussi, pour des livres de qualité intermédiaire, une nouvelle tendance fît son apparition: la gaufrure.
On considère généralement que c'est Courteval qui eût le premier l'idée de d'appliquer simultanément sur les deux plats des plaques de bois ou métal crénelées en sens inverse. Pour que le procédé soit efficace il était nécessaire d'exercer une très forte pression, le plus souvent au moyen d'une presse ou d'un balancier. On obtenait alors un décor à froid qui dans son exécution n'était pas sans rappeler les reliures "estampées à froid" de la fin du Moyen Age. Gaufrer, en fait, n'est ni plus ni moins que graver profondément en relief des décors dont la complexité varie. Dans le cas de la gaufrure des années 1820 - 1830, l'objectif recherché était d'obtenir un résultat satisfaisant, rapidement et à un moindre coût. 

Néanmoins, cela restait un travail délicat qui même s'il ne nécessitait pas d'or faisait des attributions du doreur. Celui-ci devait veiller à appliquer des plaques chauffées à la juste température, afin de ne pas brunir le cuir. 
Le succès fût au rendez-vous et après les premiers décors simples, reposant sur des lignes entrecroisées, d'autres motifs furent également proposés aux amateurs. Finalement, le procédé faisant ses preuves, les ateliers en vinrent finalement à dorer la gaufrure, aboutissant à de magnifiques reliures dignes des plus belles réussites du 19ème siècle.

Les trois relieurs emblématiques ayant employé la gaufrure sont Courteval, Thouvenin et dans une moindre mesure Bozérian. On croise finalement assez peu de ces reliures "intermédiaires", mais elles sont aisément reconnaissables et plutôt recherchées des bibliopégimanes.

H

2 commentaires:

calamar a dit…

très intéressant... je ne crois pas en avoir vu de près. Petite question : sur les photos, la différence de couleurs est due au flash ? on a l'impression que c'est le même livre, dans une teinte différente.

Anonyme a dit…

Bozerian en a fait pas mal. J'ai déjà pu voir et tenir en main aussi plusieurs de ces reliures typiques : veau glacé, plats à encadrement doré et forme de losanges à froid

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...