« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

samedi 18 août 2012

Miscellanées de Monsieur H.: le bibliophile en vacances, la vacance de la bibliophilie.

Amis Bibliophiles bonjour,

"Une bibliothèque, ou même une collection en général, ne vit que que par la passion de la personne qui l'anime. Sa constitution est une quête perpétuelle: c'est l'occasion d'apprendre quotidiennement de nouvelles choses, de rencontrer de nouveaux interlocuteurs presque toujours passionnants, de découvrir des endroits ignorés et secrets. Si cela ne devient qu'un rassemblement d'objets, cela n'a plus d'intérêt. Pour les chercheurs, tous ces livres figurent à la Bibliothèque nationale de France, pour les amateurs, par contre, cela pourra constituer un jour un trésor qu'ils continueront à faire vivre".

C'est ainsi que Jean Bonna, immense bibliophile, conclue l'avant-propos du premier volume du catalogue de sa bibliothèque. Comment ne pas être d'accord, surtout lorsqu'il ajoute "je ne créerai pas de fondation, la plupart du temps celles-ci sont des cimetières: un jour, cette collection sera dispersée... "?

Les "vacances": on prend un peu de recul vis-à-vis du quotidien, on passe beaucoup de temps avec ses enfants (chouette), on lit beaucoup, on pense aux livres. Comme d'habitude.

Finalement, y-a-t-il des vacances pour le bibliophilie? Peut-on mettre aussi simplement une gentille névrose obsession au placard pendant quelques semaines? Juillet - août: Paris, dîner choisi, merveilles à table, dans l'assiette et à côté, curiosités, peaux de vélin, on se sent parfois tout petit; j'étais à New York, je cherchais une librairie, dans l'avion du retour je lisais un catalogue tout en serrant une acquisition et en comptant sur l'indolence des douaniers en ce début du mois de juillet. 


J'étais en Touraine, un soir, je buvais des petits vins frais au milieu de chèvres (vivantes), d'amis, de mes filles, de maroquins (morts) et des livres, Lycosthène et autres, comme en voit plus en me disant que la vie était belle. Le lendemain je visitais Amboise et je cherchais la bibliothèque pendant qu'Erick m'envoyait des messages en me demandant où étaient les maroquins de la bibliothèque de Rosanbo. Je chinais chez les bouquinistes de Morlaix en sachant déjà que je n'y trouverais rien. Le soir, sur le tour de la Pointe, je posais mes yeux sur les mots oubliés d'Octave Uzanne. Le matin, je découvrais le catalogue de la vente Montignac (la bien nommée?), que M. Poulain a la délicatesse de m'envoyer comme chaque année sur mon lieu de vacances... en m'inquiétant vaguement pour les colis non reçus au moment de partir mais que l'on gardait précieusement pour moi à mon domicile au fur et à mesure. 

Et puis le retour, tout s'accélère, on place des ordres en n'empiétant pas sur ceux des amis, on demande des lignes téléphoniques, on regarde s'il y a des libraires à Stockholm, on ouvre les colis, on en prépare d'autres, on respire ses livres. Comme s'ils ne nous avaient pas manqué. 

Pas de vacances pour le bibliophile. Parce qu'il ne pense qu'à ça. Non? L'un de vous a-t-il réussi à décrocher? J'avais programmé mes posts sur le blog, pour partir sereinement et sans m'imposer cette contrainte (qui, le croiriez-vous les amis, pèse parfois - 1368 messages) supplémentaire... mais je constate qu'au coeur de l'été certains, dévorés par les livres (ou par le Social Network?) postaient sans relâche, parfois il est vrai juste pour nous montrer leur quotidien avec sans livres. Bref, impossible de décrocher...

La rentrée? On est encore (déjà?) obligés de prendre de bonnes résolutions? Mince, c'est à ça que j'aurais du penser pendant mes vacances. Je suis nul en résolutions, aucune volonté. Essayons de reprendre la plume ou le clavier alors, tous les deux ou trois jours, de trouver de nouvelles idées (je travaille actuellement au "quiz du bibliophile" pour que chacun puisse savoir où il en est... C'est tout moi ça, toujours en retard, les quizs, les tests, c'est pour les plages, non? Du genre "la bibliophilie est-elle le ciment du couple?". Ah bon c'était pas ça?)... essayons aussi de mener à bien un ou deux projets ambitieux, la publication d'un texte oublié sur la reliure... à suivre.

On dirait un plan! Allez, on y va comme ça? Vous en êtes?

Bon retour à tous.

H


8 commentaires:

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Pas faux tout ça.
Vivement le 24 que je retrouve ma modeste bibliothèque, qui me manque comme si j'avais perdu la moitié de moi-même.

Anonyme a dit…

Ce qui est sûr, c'est qu'avec les vacances, nous sommes moins à chercher sur le net les nouveautés et il y a quand même de très bons ouvrages qui sortent (sur ebay et chez les libraires). Je viens d'acheter deux ouvrages anciens très rares et plutôt assez recherchés, à des prix attractifs, l'un à un particulier, l'autre à un marchand.

calamar a dit…

ah non, pas d'accord ! pas de livre ancien en vacances !
bon, faut dire que je n'avais pas d'ordi, et qu'en montagne, à part des marmottes... c'est le désert. Même les restaurants sont fermés, l'été, alors chercher une librairie ancienne...

Olivier a dit…

Dire que j'ai trouvé la seule librairie (éphémère : juillet-août)d'Ardèche à Labeaume (village qui vaut le détour pour d'autres raisons) par hasard... J'ai quand même senti les regards suspicieux de ceux qui m'entouraient quand je jurais mes grands Dieux que je ne le savais pas avant de venir.
J'attends mes achats normando-bretons de la seconde partie de mes vacances mardi (12 kg... mais quand on achète un ouvrage en 36 volumes et qu'on voyage en compagnie low cost on doit s'en remettre à la Poste...).

Vive la rentrée!
Olivier

Anonyme a dit…

Aujourd'hui, je me suis balladé a la Charite sur Loire (je suis en conges dans le coin).
Pas de maroquin bien sûr maiq une trouvaille avec un album photos de l'ami Georges Brassens que je ne connaissais pas!
Je reprendrais bien une petit verre de Sancerre moi!
Allez bonne reprise a tous!

Wolfi

Frédérick a dit…

Bonsoir les amis, en ce qui me concerne, la scène de me exactions bibliophiliques s'est déroulée cette année en Toscane. J'aime - que dis je - j'adore l'Italie. J'ai encore trouvé quelques libraires qui se mettent en quatre pour donner du plaisir au bibliophile. Pour Hugues : si je vois un Lycosthène (heureux que le mien t'ai tapé dans l'oeil), tu seras le premier au courant.

Anonyme a dit…

Je pensais que les vacances seraient l'occasion de faire une pause et de faire respirer mon porte-monnaie... mauvais calcul ! A New York, je n'ai pas résisté à l'envie de visiter l'une des plus belles librairies de la ville (Bauman Rare Books, "juste pour visiter, certainement pas pour acheter") et ce qui devait arriver arrivât... j'ai fait une folie ! La cigale a chanté tout l'été...

Jérôme

Le Chalet de l'Arête a dit…

Heslinki et Prague plutot décevant niveaux livres anciens, Vienne pas mal. Demain j'arrête...

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...