« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

lundi 30 janvier 2017

Miscellanées bibliophiles: les vieux livres de Gustave, dans l'appartement d'Octave Uzanne, Aristophil, le salon de Cléry, le Blog du Bibliophile

Amis Bibliophiles bonjour,

Aux Vieux Livres de Gustave:

Vous avez peut-être reçu comme moi un email annonçant la naissance d'une nouvelle librairie, la Librairie ancienne Aux Vieux Livres de Gustave.
Emmanuel, le libraire, qui est un ami, vous propose des livres anciens et modernes mais également des reliures, des documents, des manuscrits et des estampes. Basé dans les Alpes, il a fait le choix de vendre uniquement en ligne, tout en étant régulièrement présent sur des salons spécialisés.


Vous pouvez parcourir le premier catalogue de "Gustave" ici: https://cld.bz/ZmKSKha/34
Une sélection éclectique avec quelques agréables éditions originales, notamment 20e, des reliures et cartonnages Bonnet et Prassinos et du régionalisme.
Vous trouverez le site internet de la librairie ici : www.auxvieuxlivresdegustave.fr

Salons:

Le printemps arrive et avec lui le traditionnel Salon du Grand Palais (7-9 avril), mais savez vous également qu'un autre salon fera son apparition dans l'agenda ses bibliophiles, le salon qui se tiendra à l'Espace Cléry à Paris les 18 et 19 mars?
Il réunira une quarantaine de libraires dynamiques qui font le pari d'un événement d'un autre style, dont je vous reparlerai prochainement plus en détails.


Vous pouvez d'ores et déjà en savoir plus ici: http://parisdelivres.wixsite.com/salon-du-livre-rare

Paléo-bibliophilie:

Je suis allé me promener sur les traces de Lortic suite à un dîner avec un libraire, notamment pour faire le point sur l'adresse de son atelier. Je vous en parlerai bientôt sur le blog!

L

Dans le même esprit, je suis entré dans l'appartement d'Octave Uzanne à Saint-Cloud, dont je suis voisin, à l'invitation des habitants. Pas de photos, mais de belles sensations! :)  

Aristophil:

On entend parler ici ou là de 150 ventes aux enchères prévues pour écouler les collections acquises au fil des années, de centaines de lettres de Baudelaire... les chiffres donnent le vertige. 

Blog:

Benoît me demandait ici quelques nouvelles du blog et de son trafic. Il va très bien merci, très très bien même. Pour vous donner une idée, le dernier article sur la reliure de Poe en peau humaine, sujet particulier il est vrai, a attiré plus de 2500 lecteurs en quelques jours. Il est fréquent que des articles (6 dans les dernières semaines), franchissent les 1500 lectures en quelques jours. Les articles les plus lus sont souvent les portraits, les ebayana, et bien sûr les articles qui génèrent des débats.

La fréquentation du blog continue de croître, ce qui est pour moi une satisfaction dans la mesure où j'ai moins de temps à lui accorder qu'il y a quelques années. Ces derniers mois en particulier, les lecteurs sont de plus en plus nombreux. Je ne mets pas de compteur sur le blog, parce que je ne suis à la recherche de pages vues, mais plutôt de qualité ou de fidélité, mais ce que je peux vous dire c'est que le blog reste le plus fréquenté du microcosme bibliophilique sur internet. Assez nettement.

Plus important que le trafic, le contenu: je suis bien sûr toujours à la recherche d'articles de contributeurs. Cela me permet non seulement de respirer un peu, mais cela permet aussi de donner au blog une ligne éditoriale plus large puisque chaque contributeur vient avec sa propre bibliophilie, ses propres livres, et ses connaissances.

Je travaille actuellement avec un développeur à une refonte complète. Je ne peux vous promettre de date, cela dépend du temps que je suis capable d'y consacrer, ainsi que du budget que je peux y accorder. Le développeur a bien compris le besoin, et continue de me proposer des modules que je choisirais ou non d'implémenter, comme un forum (plutôt non), un agenda, et même un module de ventes aux enchères sur lequel je ne me suis pas encore fait de religion.

Parler du blog me donne aussi l'occasion de revenir sur l'essence du blog: j'ai créé ce blog le 3 mars 2007, cela fait donc presque 10 ans, pour permettre aux bibliophiles d'échanger entre eux. C'est son objectif premier: leur donner l'opportunité de poser des questions, d'identifier des armes, de se rencontrer dans la vie réelle, etc. C'est le Blog du Bibliophile, ce n'est pas le blog des libraires. J'aime beaucoup les libraires, mais cela ne signifie pas que cet amour doit être aveugle, aussi il m'arrive de signaler des chose qui me semblent étonnantes, c'est un euphémisme, comme la manipulation récente autour d'un exemplaire des Misérables, qui a permis à un bibliophile d'économiser 12000 euros.

Ces "alertes" font grincer des dents visiblement, comme d'autres choses que je signale parfois, notamment les questions que l'on peut parfois se poser en tant que bibliophile sur les prix, dans un monde qui change très vite. 

N'en déplaise à certains, le bibliophile de 2017 n'est plus celui de 1987, auquel on pouvait faire prendre des vessies ("très chères et très rares") pour des lanternes. Le bibliophile de 2017 a accès à beaucoup plus d'informations, et peut s'exprimer. La parole n'est pas le privilège des libraires.

J'ai de nombreux amis libraires, je présente très souvent sur le blog de nouvelles librairies, ou des livres mis en vente par des libraires, mais le Blog n'est pas là pour faire l'apologie de la librairie, ce que certains semblent oublier. 

Ma parole restera donc libre. :)

H

6 commentaires:

Anonyme a dit…

O liberté, que de crimes on commet en ton nom !



Pour les misérables, il y a néanmoins une chose à savoir : l'envoi était réellement sur un faux-titre. Et bien que remonté, on ne connait que 3 envois de Victor Hugo directement sur le livre. Comme il était en exil, la plupart des envois sont sur des papiers volants, ce qui fait d’ailleurs que ça vole toujours d’un livre à l’autre, comme pour le « Mille Compliments » de Dumas.



Gloire au Snowden de la Bibliophilie Française

Robert

Hugues a dit…

Amusant.
Vous avez raison sur les envois Robert, c'est juste dommage que le vendeur ne l'ai pas précisé.
Hugues

philippek a dit…

A Robert:

"On n'est point criminel pour faire la peinture des bizarres penchants qu'inspire la nature" (à prendre stricto sensu)

Le faux-titre provenait d'un autre exemplaire bien identifié et il était relié avec le reste de cet exemplaire au départ (l'exemplaire en question était une édition différente....: donc en aucun cas le même exemplaire qui aurait éventuellement pu être re-relié)!
Nous n'avons pas les mêmes goûts...

Anonyme a dit…

À philippek

Je ne justifie pas l'exemplaire, résultat d'un traficotage, mais la rareté réelle de l'envoi. Ce qui est assez différent.

Robert

gepobe a dit…

bonjour, je vois beaucoup d'éditions originales, avec "mention fictive" de
ennième édition...je me pose la question: quel éditeur a intérêt à imprimer
ce détail?
je suis un bibliophile en graine et donc je m'intéresse aux reliures, aux beaux papiers, a la typo, aux éditeurs... mais aussi aux écrivains et je viens de lire: voyage autour de ma chambre de Xavier de Maistre...super texte.
mais vous, quel livre vous a fait vibrer dernièrement? gepobe

Anonyme a dit…

Les mentions fictives permettent de donner un succès supplémentaire au livre. Certains livres étaient publiés dès le premier tirage avec des mentions fictives...

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...