« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

mercredi 19 mars 2008

Lorello, le bibliothécaire voleur...

Amis Bibliophiles Bonsoir,

Qui n'a pas un jour vécu de tels moments, dans une salle des ventes, ou confortablement installé à son bureau face à un écran d'ordinateur? Enchérir, voir quelqu'un surenchérir, enchérir, le voir surenchérir, etc. Ce qui est plus inhabituel ce sont les conséquences récentes d'une bataille d'enchères entre deux américains.

Dans le cas qui nous intéresse, le meilleur enchérisseur est un juriste américain qui vient de remporter une photographie d'un général de la Guerre de Sécession sur ebay, pour 2500$. Plutôt que de se faire envoyer l'objet, il propose de rencontrer le vendeur pour une remise en mains propres, et ce dernier organise une rencontre sur le parking de son lieu de travail... La Bibliothèque de l'Etat de New York, et plus particulièrement la section Manuscrits. L'acheteur se rend sur place, rencontre un vendeur affable et cultive, Daniel Lorello, conservateur de la dite librairie et expert.

Notre acheteur est bien loin de se douter que cette transaction sera au coeur d'un important vols de documents historiques, dont un almanach de Davy Crockett, commis par le conservateur en question.

En effet, celui-ci, après avoir vendu près de 300 documents anciens sur ebay, sera arrêté par la police, et rapidement confondu. En quelques années, il aura ainsi écoulé des documents précieux, plusieurs centaines, qui malheureusement, ne seront pas tous retrouvés par les autorités, malgré l'aide d'ebay.

A noter que le voleur profitait de sa position et du fait qu'il travaillait dans cette bibliothèque depuis de 30 ans, pour escamoter des documents et livres rares, mais pas assez rares pour attirer l'attention.

A noter également, et cela rejoint notre récent débat, que la bibliothèque n'avait pas remarqué la disparition des objets. Ce sont des acheteurs sur ebay qui ont alerté la police, avant que celle-ci n'achète un livre du vendeur sur ebay, pour le confondre définitivement. Les victimes de Lorello furent aussi bien des particuliers collectionneurs, que des professionnels.

A noter enfin, le geste appréciable d'ebay, qui a offert de racheter tous les objets vendus par Lorello sur ebay, pour 70000$ environ, avant de les offrir à la Bibliothèque spoliée.

Qu'en déduire?

L'absence d'un cachet ne garanti malheureusement pas la provenance d'un livre ou d'un document. Professionnels comme amateurs peuvent être abusés par un vendeur malhonnête, même si ici, c'est un particulier qui a tiré la sonnette d'alarme. Se méfier des mariées trop belles, sur ebay comme ailleurs. Et puis, pour finir sur un sourire... n'est-il pas cocasse de constater que la plupart de ces tristes individus ne sont quand même pas très futés! Ou alors on attrape que les plus bêtes...

H

1 commentaire:

Jean-Paul a dit…

Combien de livres et autres documents papier, NON ESTAMPILLES,mais catalogués, ont disparu de nos Bibliothèques municipales provinciales ! On a accusé les guerres...notamment dans le quart NE de la France...de temps à autre, on rencontre quelques-uns de ces ouvrages qui, bien que non estampillés,mais décrits dans les catalogues du XIXe, ont des caractéristiques telles (reliure, numérotation,envois, ex-libris rare) que le doute est le plus souvent levé.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...